Skip to main content

David Desharnais s'est vu jouer au héros lors du cinquième match

La visualisation a fonctionné pour l'attaquant des Oilers, qui a marqué en prolongation contre les Sharks

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

EDMONTON - David Desharnais sait que les Oilers d'Edmonton ont fait son acquisition avant la date limite des transactions 2017 de la LNH afin qu'il joue un rôle de soutien.

Ça ne l'a pas empêché de se voir jouer les héros à l'occasion de la première présence des Oilers en séries éliminatoires de la Coupe Stanley depuis 2006.

Et c'est ce que l'attaquant de 30 ans originaire de Laurier-Station, au Québec, a effectivement fait quand il a marqué le but en prolongation du cinquième match de la série de premier tour dans l'Association de l'Ouest contre les Sharks de San Jose. Il a alors permis aux Oilers de l'emporter 4-3 au Rogers Place, jeudi, et de prendre une avance de 3-2 dans la série quatre de sept.

« Il faut toujours se voir jouer les héros, a déclaré Desharnais après avoir inscrit son but à 18:15 de la prolongation. C'est la clé. [L'ancien joueur de la LNH] Daniel Brière m'a déjà dit qu'il avait toujours connu du succès dans les séries et qu'il se visualisait en train de marquer des buts. C'est ce que j'ai fait ce soir et j'ai marqué.

« Tout le monde peut être un héros et tu dois tenter ta chance… Il faut penser de cette façon. »

Le sixième match de la série aura lieu samedi au SAP Center à San Jose (22 h 30 (HE); TVA Sports, SN, NBCSN, NBCS-CA, NHL.TV). 

Desharnais, que les Oilers ont obtenu des Canadiens de Montréal en retour du défenseur Brandon Davidson, a pris part aux 18 derniers matchs du calendrier régulier de la formation albertaine.

Il a récolté quatre points (deux buts, deux aides) et il n'avait pas trouvé le fond du filet depuis le 14 mars.

Tard en saison régulière, le temps de glace de Desharnais a fluctué entre 7:57 et 15:12, et il a rarement évolué au sein des unités spéciales des Oilers.

Quand les séries ont commencé, on lui a donné un rôle un peu moins important, alors qu'il a été muté au centre du quatrième trio des Oilers. Son temps de glace lors du premier match contre les Sharks s'est élevé à 6:07. 

Peu importe, avait alors déclaré l'entraîneur d'Edmonton Todd McLellan. Tout le monde a un rôle à jouer.

« Quand les deux premiers trios s'équivalent pas mal, il faut que les joueurs des troisième et quatrième trios répondent à l'appel, a affirmé McLellan. David remplit un rôle avec nous et ces derniers temps, il a bien accepté ce rôle. Et c'est ce qui lui a permis de devenir un meilleur joueur. Mais parfois, il faut que ce soit ton soir. Et ce soir, ç'a été son soir. »

À sa cinquième présence sur la patinoire en prolongation, Desharnais avait la rondelle à l'entrée de la zone des Sharks alors qu'il était opposé à des adversaires qui montraient des signes de fatigue. Il a relayé la rondelle à son coéquipier Leon Draisaitl dans le coin droit, a jeté un regard rapide autour de lui pour évaluer la situation, puis il a foncé dans le couloir du milieu vers le filet de San Jose, se détachant du même coup de l'attaquant des Sharks Tomas Hertl. 

Draisaitl l'a rejoint d'une passe parfaitement dosée et la rondelle est restée sur la lame du bâton de Desharnais pendant une fraction de seconde avant qu'il la place dans le haut du filet protégé par le gardien Martin Jones. 

« C'est une sensation incroyable, a souligné Desharnais. Quel effort l'équipe a donné! On n'a pas lâché. C'est une sensation formidable. »

A-t-il cherché à repérer l'ouverture derrière Jones? 

« Bien sûr que non, je n'ai pas eu le temps, a-t-il dit. Je l'ai juste envoyée à [Draisaitl] et j'ai vu que tout le monde sur la glace était un peu fatigué, alors j'ai foncé dans l'espace et il m'a fait une très bonne passe, puis j'ai juste essayé de tirer le plus vite possible et la rondelle l'a battu. Alors je suis pas mal content. »

Selon Desharnais, les Oilers ont gagné en confiance au fur et à mesure que le match avançait. Ils ont dominé les Sharks 14-2 au chapitre des tirs en prolongation.

« On voulait juste continuer à pousser, a dit Desharnais. On allait marquer éventuellement. Si tu te trouves constamment dans leur zone à tirer, ils vont se fatiguer… Et c'est ce qu'on a fait. On a tout simplement refusé de lâcher.

« Ils étaient fatigués. On était partout. Ils dégageaient la rondelle, leurs joueurs sur la glace étaient fatigués et on n'arrêtait pas de tirer au but, et on a marqué un gros but. »

Desharnais a dit avoir vécu des hauts et des bas à Edmonton depuis la transaction.

« Tu t'amènes dans un nouveau groupe et dans un nouveau système, et tu es loin de tout ton monde que tu as laissé à la maison, alors tu dois t'occuper de tout, a-t-il noté. C'est le temps des séries maintenant, je me sens un peu plus à l'aise, mais je dois quand même être meilleur que je l'ai été ce soir. »

Desharnais a connu sa meilleure soirée de la série à l'occasion du match no 5, quand il a récolté deux points.

Il a joué un rôle-clé sur le jeu qui a mené au filet égalisateur d'Oscar Klefbom, alors qu'il a fait une passe qui a permis à Klefbom de foncer sur la rondelle et de tirer avec force alors qu'il restait 2:46 à faire en temps réglementaire.

« Quand tu le vois aller sur la glace, tu peux voir qu'il joue dans la ligue depuis plusieurs années, a fait remarquer Klefbom. Il économise son énergie et il se trouve toujours au bon endroit.

« Il affiche tellement de patience quand il a la rondelle… Mon but est un bon exemple. Il n'y a pas beaucoup de joueurs qui ont la patience d'attendre comme ça ; je suis arrivé directement du banc et il m'attendait. Je pouvais voir qu'il allait me la refiler au bon moment. Il est très utile à notre équipe. »

Klefbom a affirmé qu'il n'était pas surpris de voir un des joueurs de soutien des Oilers répondre à l'appel en réalisant des jeux importants, jeudi.

« Je suis content pour lui, surtout de la façon dont il a rebondi, a dit Klefbom. Tout le monde est de bonne humeur en ce moment. Ça n'a aucune importance qui a marqué le but vainqueur. Tout le monde a disputé un match solide et tout le monde était prêt dès le début du match. »

En voir plus