Skip to main content

#BobVousRépond : Que feront les Canadiens à la date limite?

Domi, Drouin, Petry et Tatar : quels joueurs de Montréal sont les plus susceptibles de partir?

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

La date fatidique des échanges dans la LNH approche à grands pas. Je m'attends à ce que les mouvements de personnel déferlent d'ici lundi (15 H.E.). Les équipes désireuses d'améliorer leur sort à très brève échéance - lire cette saison - vont tenter de trouver des partenaires de danse chez les équipes désireuses d'améliorer leur sort à moyenne et longue échéance. Les yeux seront rivés sur les Canadiens de Montréal et leur directeur général Marc Bergevin. Quel geste fera-t-il dans le contexte où l'équipe est en voie de rater les séries pour la quatrième fois en cinq ans? Parce qu'il va bouger… A-t-il le choix?

C'est d'ailleurs le premier sujet qu'on aborde avec Jacques Plante, qui demande sur Twitter (@jplante65) quels joueurs des Canadiens parmi les suivants - Max Domi, Jonathan Drouin, Jeff Petry, Tomas Tatar, Carey Price, Shea Weber - devrait-on échanger afin d'accélérer le processus de réinitialisation de l'équipe.

Une question à plusieurs volets, comme on dit. Réglons au préalable une chose. Il n'y a aucun intouchable chez les Canadiens. Bergevin a beau dire que Price et Weber n'iront nulle part, il pourrait difficilement résister à la tentation si on lui offrait un pont d'or en retour d'un des deux piliers. C'est correct qu'il affirme publiquement qu'ils sont des intouchables. Après ça, les discussions qu'il a en privé avec ses homologues, ça le regarde.

DATE LIMITE : Tatar tente d'ignorer les rumeurs | Transaction entre les Canadiens et les Penguins

Pour revenir à la question, comme vous donnez un choix de réponses, allons-y un à la fois. Commençons par Domi. Le « docteur Jekyll et M. Hyde » du CH est susceptible de partir. Il connaît une saison ardue au pire moment, à sa dernière année contractuelle. Tout ça après avoir pulvérisé des sommets personnels, la saison dernière.

Lequel est le vrai Domi? Je ne serais pas à la recherche de la réponse longtemps, advenant qu'une équipe soumette une offre alléchante afin d'acquérir ses services. Il se peut cependant qu'on ne se bouscule pas aux portes parce que Domi, qui fêtera son 25e anniversaire de naissance le 2 mars, se révèle sous le même jour que lors de son passage chez les Coyotes de l'Arizona. À Bergevin de procéder à un autre échange du même acabit que celui d'Alex Galchenyuk pour Domi.

Video: CBJ@MTL : Domi profite de la circulation

Jonathan Drouin? Je serais enclin à le garder. Il connaissait ses meilleurs moments dans la LNH avant de se blesser au poignet gauche en novembre. Ce n'est pas une mince tâche que de retrouver un niveau de forme et de compétitivité suivant une période d'inactivité de trois mois. Il faut lui donner le bénéfice du doute. Encore là, Bergevin doit être à l'écoute, mais les homologues intéressés tenteront de l'obtenir au rabais.

Les cas de Petry et de Tatar sont intéressants parce qu'ils seront très convoités. Il leur reste chacun une année de contrat à écouler. Le CH dispose dans sa manche d'une solide marge de manœuvre dans sa masse salariale afin d'absorber une partie de leur salaire. C'est un atout non négligeable parce qu'il pourrait lui permettre d'obtenir un choix de repêchage très élevé en plus d'un espoir de catégorie A en retour de chacun d'entre eux.

Je serais plus réticent à échanger Petry, qui s'avère être un défenseur fiable et durable, une denrée rare. Ce n'est pas pour rien qu'on dise que l'intérêt à son endroit augmente considérablement.  

Vous n'avez pas inclus le nom d'Ilya Kovalchuk dans votre liste. Permettez-moi tout de même quelques mots au sujet du vétéran russe, qui rend plus que de précieux services à l'équipe depuis son arrivée.

Cela dit, rien ne devrait empêcher Bergevin de l'envoyer sous d'autres cieux. Quitte à le rapatrier l'été prochain, si on tient tant que ça à lui, comme on l'a fait avec Tomas Plekanec, il y a quelques années.

Kovalchuk montre de belles choses et son attitude est exemplaire. Mais il faut tasser les émotions et analyser la chose de façon rationnelle. Un choix de repêchage additionnel à Montréal cette année peut rapporter gros. Il n'y a absolument aucune urgence de lui présenter une offre contractuelle. Tant pis si on devait l'échapper. La mère des filles n'est pas morte, comme m'a souvent dit ma mère.

 

Frédéric C. Moreau sur Facebook se demande s'il est le seul à croire que les Rangers possèdent encore des chances de participer aux séries éliminatoires?

Je vous rassure tout de suite, la réponse à votre question est très certainement non. Il y a sûrement d'irréductibles fans des Rangers qui y croient, comme vous. Vous êtes pas mal plus en droit de vous accrocher à l'espoir que des partisans d'autres équipes, comme ceux des Canadiens, tiens. Au sein même des Rangers, on y croit. Ils sont sur une très belle lancée depuis la pause du Match des étoiles, avec huit victoires en 11 matchs.

Mais ont-ils des chances réelles de réaliser le fait d'armes? Là est la question. À cela, je répondrai de minces chances. Le grand désavantage des Rangers, c'est qu'ils font partie de la très compétitive section Métropolitaine. Leurs chances seraient nettement meilleures s'ils évoluaient dans la section Atlantique, où les Panthers de la Floride et les Maple Leafs de Toronto se livrent une « course de tortues » pour la troisième position - la dernière donnant accès aux séries dans la section.

Video: LAK@NYR: Shesterkin résiste devant Toffoli

Dans la Métropolitaine, il y a engorgement avec quatre équipes d'impliquées dans la lutte pour la troisième place : les Flyers de Philadelphie, les Islanders de New York, les Hurricanes de la Caroline et les Blue Jackets de Columbus. Peu importe laquelle l'emportera, les trois autres équipes seront en bonne position de ravir les deux places de quatrième as disponibles dans l'Association de l'Est.

Les Flyers, les Islanders et les Hurricanes doivent être établis comme les favoris, selon moi. Les Blue Jackets ressentent déjà les contrecoups de la perte pour une longue durée de leur défenseur étoile Seth Jones.

Les Rangers sont à six points des Hurricanes et des Islanders, les derniers de ce peloton. Ils ont un calendrier peu commode sur les bras d'ici la fin, avec entre autres trois affrontements contre les Penguins de Pittsburgh et les Flyers chacun. Les Capitals de Washington (deux fois), les Hurricanes, les Islanders, le Lightning de Tampa Bay, les Blues de St. Louis, les Stars de Dallas et l'Avalanche du Colorado sont d'autres rivaux de premier ordre. Avec six de leurs 20 derniers matchs contre leurs quatre rivaux directs, ils peuvent se dire qu'ils ont plus ou moins leur sort entre les mains. Il leur faudra toutefois davantage.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.