Skip to main content

Danault s'est levé à un moment crucial

Le Québécois a participé à quatre des cinq buts du CH dans un gain de 5-4 face aux Rangers

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Phillip Danault avait décidé que les Canadiens ne perdraient pas ce match face aux Rangers. À un moment crucial où tout aurait pu basculer du mauvais côté et entraîner encore davantage de questions sur le rendement de l'équipe, le Québécois a connu la soirée la plus productive de sa carrière.

Il a amassé deux buts, dont celui de la victoire, et deux mentions d'aide dans une rencontre qui avait très bien commencé, mais qui semblait se diriger tout droit dans le mur. 

Très calme et « affamé » Danault a foncé au filet et déjoué Ondrej Pavelec pour la deuxième fois de la soirée alors que les Rangers venaient tout juste de combler un retard de 4-2 en troisième période.

Video: NYR@MTL: Un deuxième but pour Danault

À ce moment, les encouragements des partisans que l'on avait entendus lorsque le CH a pris les devants 3-0 au premier tiers étaient sur le point de se changer en concert de huées.

Une défaite aussi éclatante aurait certainement ajouté de l'huile sur le feu qui brûle déjà intensément dans le camp montréalais après un aussi lent départ (3-7-1). Mais grâce à Danault, tout le monde a pu quitter l'âme en paix et le coeur léger après un gain de 5-4.

« C'était important de répliquer (à leurs buts), a dit le héros de la soirée. Lors des derniers matchs, nous avons encaissé des buts rapides. Nous avons évité ça aujourd'hui. Ç'a probablement été notre meilleur match.

« Nous étions affamés et nous avons travaillé pour obtenir nos rebonds. Nous avons eu quelques bonds chanceux, mais nous avons travaillé plus fort qu'eux. »

Cet exploit survient après que Claude Julien eut finalement décidé de réunir Danault à Max Pacioretty, son fidèle compagnon de l'an dernier, et au fougueux Andrew Shaw en début de semaine, sonnant du même coup le réveil des trois attaquants.

« Quand tu perds, personne n'est satisfait, a relaté Danault. Dans ce temps-là, t'essaies de voir un peu de ton côté ce qui ne fonctionne pas. Je jouais bien défensivement, mais je voulais contribuer à l'attaque. Nous n'avons pas marqué beaucoup de buts. C'est important d'être affamé autour du but. »

Ce trio n'avait pourtant pas été envisagé au début de la saison avec l'arrivée de Jonathan Drouin, mais force est d'admettre que Danault et Pacioretty ont développé une chimie qui ne met pas de temps à opérer. Samedi, ce trio a généré 12 des 43 tirs des Canadiens en plus de récolter huit points.

« Parfois, tu mets des gars ensemble et ça fonctionne. Ils semblent avoir du plaisir à jouer sur le même trio, a dit Julien. Shaw se salit le nez et il peut faire les jeux. Pacioretty est un franc-tireur et Phil peut prendre les mises au jeu importantes, il est rapide et il est capable de marquer comme il l'a démontré ce soir. »

Outre le fait qu'il a noirci la feuille de pointage plus souvent qu'à son tour face aux New-Yorkais, Danault s'est aussi illustré au cercle des mises au jeu, remportant 80 pour cent de ses batailles. Il avait d'ailleurs travaillé sur cet aspect à l'entraînement cette semaine puisqu'il n'était pas satisfait de son rendement à ce chapitre.

« Phillip a eu un début de saison ordinaire, mais c'est un joueur avec lequel nous avons travaillé tous les jours, a dit Julien. C'est un jeune homme intelligent, il a réalisé où il devait s'améliorer. Il continue de le faire et les bonnes choses se produisent.

« Il jouait avec confiance ce soir. Dans ces moments-là, tu espères que ça peut être contagieux avec le reste de l'équipe. »

En voir plus