Skip to main content

Dahlin et Pettersson se livrent un bon premier duel dans la LNH

Les recrues des Sabres et des Canucks sont considérées comme l'avenir du hockey suédois

par Mike Zeisberger @Zeisberger / Journaliste NHL.com

BUFFALO - Le membre du Temple de la renommée Peter Forsberg a affirmé que Rasmus Dahlin et Elias Pettersson représentaient l'avenir du hockey suédois.

« Ce qu'ils ont montré jusqu'ici sur la glace est fantastique, a confié Forsberg à NHL.com au cours de la fin de semaine. Je crois que tout le monde en Suède est très enthousiaste de voir deux jeunes joueurs être si bons, si rapidement. »

Forsberg, comme plusieurs autres dans le monde du hockey, avait hâte de voir Dahlin et les Sabres de Buffalo recevoir la visite de Pettersson et des Canucks de Vancouver au KeyBank Arena samedi. Les deux joueurs s'étaient affrontés dans la Ligue élite de Suède, mais il s'agissait de leur premier duel dans la LNH.

Lorsque le match fut terminé, les deux futurs visages du hockey suédois arboraient des expressions totalement différentes. Et avec raison.

Dahlin, âgé de 18 ans, souriait de toutes ses dents. Pettersson, 19 ans, avait plutôt l'air renfrogné. Leurs émotions reflétaient l'histoire de la rencontre, remportée 4-3 en tirs de barrage par les Sabres sur les Canucks, qui détenaient pourtant une avance de 3-1 avec 2:27 à écouler au troisième tiers.

« C'est fantastique d'apprendre qu'une légende de la Suède comme [Forsberg] parle de nous de la sorte, a reconnu Dahlin. C'est mon rêve d'accomplir quelque chose de spécial comme ça. Je suis de toute évidence heureux d'entendre quelque chose comme ça, mais je ne peux m'arrêter maintenant. J'ai une longue carrière devant moi, et je dois donc continuer de m'améliorer chaque jour.

« [Elias] a été très bon, mais ça ne me surprend pas. Je ne suis pas non plus surpris de son début de saison. Il est tellement talentueux. »

À LIRE AUSSI : Pettersson continue d'impressionner chez les Canucks | La lumière au bout du tunnel à Vancouver

Pettersson n'était pas du tout aussi enclin à discuter du compliment de Forsberg ou de l'engouement qui le suit partout. Pas après une défaite des Canucks dans un match qu'ils avaient le sentiment d'avoir dû gagner.

« J'ai bien amorcé la saison, mais… (soupir), en ce moment, je ne souhaite pas en parler », a expliqué Pettersson.

Video: VAN@DET: Pettersson bat Howard du côté de la mitaine

Il a été demandé à l'attaquant recrue comment lui - et son équipe - pourraient s'améliorer.

« En gagnant des matchs, a-t-il répondu. Nous avons accordé deux buts alors que nous étions en avance 3-1. Nous devons… je ne sais pas, mais nous ne pouvons donner deux buts quand nous menons 3-1. »

L'entraîneur des Canucks Travis Green n'était pas surpris que Pettersson, qui aura 20 ans lundi, ne désirait pas parler de lui-même.

« Ce jeune homme est très motivé, a noté Green. C'est l'une des choses que j'aime chez lui. Il veut gagner. Il veut gagner à tout prix.

« Je le compare un peu à Patrice Bergeron avec qui j'ai joué à Boston avec les Bruins à sa saison recrue (2003-04). Lui aussi, était motivé dès le départ. Comme ce jeune homme.

« Il connaît un excellent départ. Je ne connais pas beaucoup [Dahlin], mais je l'ai trouvé très bon sur la glace. Ces deux jeunes Suédois sont voués à des carrières très prometteuses. »

Pettersson, le cinquième choix au total du repêchage 2017 de la LNH, est devenu le premier joueur de moins de 20 ans à remporter le championnat des pointeurs dans la Ligue élite de Suède avec 56 points (24 buts, 32 passes) en 44 parties avec les Lakers de Växjö la saison dernière. Il a amassé 17 points (10 buts, sept passes) en 12 matchs avec les Canucks.

Dahlin, le premier joueur sélectionné au repêchage 2018, est un défenseur talentueux capable de bien faire circuler la rondelle. Il a obtenu deux mentions d'aide contre les Canucks et a maintenant sept points (un but, six passes) au compteur après 17 rencontres. Les deux joueurs ont attiré l'attention de Forsberg, maintenant âgé de 45 ans. Le fabricant de jeux suédois a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2014.

« Dans le cas de Dahlin, il est un peu plus difficile pour un défenseur de s'amener dans la ligue, surtout à un si jeune âge, a noté Forsberg. Il faut s'acclimater à ce rôle. Les deux joueurs possèdent toutefois des habiletés fantastiques, surtout en ce qui concerne leur manière de se déplacer sur la glace. Pettersson voit tellement bien le jeu. Ce qui frappe le plus du côté de Rasmus, c'est son coup de patin, qui lui permet d'aller et venir sur la patinoire sans qu'il semble déployer d'efforts.

« Je trouve évidemment spécial de voir un attaquant comme Pettersson accomplir tout ce qu'il fait en ce moment. Il n'est pas imposant, mais il voit bien la glace, et il possède un bon tir. Il a aussi ce petit quelque chose de plus que peu de joueurs ont, ce qui fait qu'il est excitant à regarder, surtout pour moi, qui jouait en attaque. »

Video: BUF@ARI: Dahlin marque son 1er but dans la LNH

Pettersson a presque réalisé un de ces jeux excitants auxquels Forsberg a fait référence au cours de la prolongation samedi. Son contrôle incroyable de la rondelle dans l'enclave a forcé le gardien des Sabres Carter Hutton à se compromettre, ce qui a forcé l'attaquant de Buffalo Jeff Skinner à le faire trébucher avant qu'il ne glisse la rondelle dans une cage déserte pour mettre fin au match.

« Nous le voyons tout le temps faire à l'entraînement, a mentionné son compagnon de trio Jake Virtanen. C'est quand même assez fou de le voir réussir ça dans un match. Je ne pense pas que quelqu'un d'autre y aurait même songé. Mais il tente toujours de nouvelles choses. »

L'attaquant membre du Temple de la renommée Pavel Bure, qui a évolué pour les Canucks entre 1991 et 1998, a été impressionné par le début de carrière de Pettersson dans la LNH. Bure, intronisé en 2012, était reconnu pour sa combinaison de vitesse et de feintes spectaculaires, des éléments qu'il retrouve chez la recrue de Vancouver.

« J'ai entendu dire qu'Elias était décrit comme un mélange de Pavel Datsyuk et de Pavel Bure, a confié Bure à NHL.com/ru. D'un côté, Pettersson est très habile, et d'un autre côté, il est très rapide. La LNH est aussi devenue très rapide au fil des ans. Il est toutefois très important de ne pas simplement traverser la glace à toute vitesse, mais de bien synchroniser sa vitesse avec sa tête. Si un joueur de hockey parvient à coordonner les deux, il a la chance de devenir un grand joueur.

« Quand je vois un joueur comme lui, je comprends qu'il peut accomplir n'importe quoi sur la glace. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.