Skip to main content

Corey Crawford pourrait mériter le trophée Vézina

Déjà vainqueur à deux reprises de la Coupe Stanley, le gardien des Blackhawks figure parmi les favoris pour l'obtention du trophée

par Kevin Woodley / Correspondant LNH.com

Corey Crawford a déjà remporté deux fois la Coupe Stanley avec les Blackhawks de Chicago, mais n'a jamais décroché de titre individuel.

Cette situation pourrait bien changer si Crawford poursuit son jeu inspiré.

Alors que la qualité de jeu du gardien de but des Capitals de Washington Braden Holtby, grand favori en milieu de saison, semble se dégrader depuis le mois de janvier, si l'on se fie aux statistiques, Crawford se pose désormais comme sérieux candidat à l'obtention du trophée Vézina 2016, remis au meilleur gardien de but de la LNH.

Même si Holtby pourrait battre un record détenu par Martin Brodeur pour le plus de victoires en une saison (48), son taux d'efficacité, l'une des plus importantes statistiques à sa position, le place actuellement aux alentours du 10e rang dans la Ligue. Crawford, entre-temps, se classe près du sommet dans plusieurs catégories de statistiques, notamment celles qui tiennent compte de la qualité des tirs selon leurs distances.

« Je connais une bonne saison », a déclaré Crawford aux journalistes après avoir stoppé 34 des 35 tirs dirigés contre lui le 6 mars dernier dans une victoire aux dépens des Red Wings de Détroit. « Je serais ravi de remporter le [trophée Vézina], mais la saison est loin d'être terminée; je dois avant tout me concentrer sur le prochain match. »

Crawford est deuxième parmi les gardiens de but dans la LNH qui ont pris part à au moins 40 rencontres avec un taux d'efficacité de ,927, tandis que son taux d'efficacité à forces égales de ,937 le classe deuxième derrière le gardien étoile des Rangers de New York Henrik Lundqvist (,939). Holtby est quant à lui au 10e rang, avec un taux d'efficacité de ,929.

Pour répondre à ceux qui doutent de l'excellence du travail de Crawford, arguant qu'il n'est qu'un produit dérivé du jeu d'ensemble des Blackhawks, son taux d'efficacité ajusté aux situations à forces égales, qui évalue la charge de travail d'un gardien de but selon la distance des tirs, s'établit à ,9367, à nouveau deuxième derrière le taux d'efficacité de ,9398 de Lundqvist, selon le site Web war-on-ice.com. Le taux d'efficacité ajusté de Crawford (,9262) toutes situations confondues est le deuxième plus élevé de la Ligue. Même si cette donnée ne rend pas parfaitement compte de la difficulté réelle des tirs, celle-ci ne tenant par exemple pas compte du déplacement de la rondelle avant un tir, elle permet toutefois de remettre les statistiques traditionnelles dans une certaine perspective.

Bien entendu, Crawford se débrouille également bien dans les catégories usuelles.

Il mène la LNH avec sept blanchissages; et pour ceux qui pourraient y voir un signe que ces blanchissages compensent pour de moins bonnes performances et masquent l'irrégularité du jeu du gardien, Crawford mène aussi la Ligue avec 40 départs de qualité, soit des rencontres où son taux d'efficacité a été supérieur à la moyenne dans la Ligue ou supérieur à un taux de ,885 lors de rencontres de moins de 20 tirs, d'après le site Hockey-Reference.com. Le taux d'efficacité de Crawford durant ses départs de qualité (,715) le place au sommet des gardiens de but ayant participé à un minimum de 40 matchs. Ces données compensent les sept très mauvais départs de Crawford, matchs au cours desquels il a affiché un taux d'efficacité inférieur à ,850, Holtby et Lundqvist ayant quant à eux connus respectivement cinq et quatre très mauvais départs.

« Cela est dû à bien des facteurs », a répondu Crawford lorsque questionné sur son rendement régulier. « Je prends bien soin de moi, tant physiquement que psychologiquement, et je me présente toujours prêt à tout donner pour gagner. Je m'assure d'être prêt à entreprendre chaque rencontre de la bonne manière. »

Crawford mène également la LNH au chapitre des buts arrêtés au-dessus de la moyenne (19,70), qui comptabilise le nombre de buts arrêtés par rapport à ceux que réaliserait un gardien de but affichant le taux d'efficacité d'arrêts moyen de la Ligue, selon le site Hockey-Reference.com. Lorsque l'analyste Nick Mercadante a décortiqué cette statistique le 10 mars dernier, en tenant compte de la difficulté selon la distance des tirs à forces égales, la moyenne de 0,384 but arrêté par tranche de 60 minutes de jeu de Crawford n'était devancée que par celle de Lundqvist (0,448) parmi les gardiens de but ayant pris part à au moins 40 rencontres.

Bref, les performances de Crawford ne sont pas le fruit du jeu d'équipe des Blackhawks, qui se classent curieusement au 14e rang au chapitre du pourcentage de tirs obtenus à forces égales (50,68), juste devant les Capitals au 16e rang (50,38), mais bien loin devant les Rangers au 24e rang (47,52).

FINALISTES

Henrik Lundqvist, Rangers de New York : S'il existe un gardien de but capable de connaître une séquence de jeu qui pourrait reléguer Crawford au second plan dans le dernier mois de la saison, il s'agit de Lundqvist, surtout lorsqu'on tient compte des problèmes de possession de rondelle susmentionnés de son équipe. À la fin du premier quart de saison, Lundqvist était notre favori pour remporter le trophée Vézina, mais un deuxième quart de saison plus laborieux l'a fait dégringoler au classement des favoris au trophée Vézina. Il est toutefois de retour dans la lutte. En fait, comme nous l'avons mentionné précédemment, Lundqvist est l'unique gardien de but qui devance Crawford dans la plupart des statistiques à forces égales. Or Lundqvist a maintenu un taux d'efficacité en infériorité numérique peu reluisant (,832), qui le place au 20e rang parmi les gardiens de but ayant participé à un minimum de 40 parties. Bien que le taux d'efficacité à forces égales est crucial à l'évaluation et à la prédiction des performances futures d'un gardien de but, le rendement en infériorité numérique est aussi un élément clé de l'évaluation du travail d'un joueur au cours de la présente saison.

Braden Holtby, Capitals de Washington : Certains considèrent que les victoires sont des statistiques qui reflètent le jeu d'une équipe, surtout lorsque celle-ci a la deuxième plus importante production offensive de la LNH, mais cela ne rendrait pas justice aux exploits de Holtby. Sa capacité d'adaptation aux directives de son nouvel entraîneur des gardiens Mitch Korn au cours des deux dernières saisons et la constance de son jeu d'un match à l'autre ou en fin de rencontre lors de matchs serrés sont des habiletés tout aussi impressionnantes que sa technique papillon ou ses exploits réalisés de la mitaine. On pourrait même avancer que ces facteurs font la différence dans les rencontres serrées, les Capitals menant la Ligue avec 25 gains et un pourcentage de victoire de ,694 au cours de matchs ayant été décidés par un but. Holtby présente une fiche de 20-4-4 au cours de parties décidées par un seul but cette saison, mais ces succès pourraient ne pas suffire pour compenser sa baisse de régime au chapitre du taux d'efficacité d'arrêts, qui a glissé de ,932, un sommet dans la LNH en milieu de saison, à ,922, bon pour le 10e rang avec un mois à jouer dans la saison.

AUSSI DANS LA COURSE : Ben Bishop, Lightning de Tampa Bay; Cory Schneider, Devils du New Jersey; Roberto Luongo, Panthers de la Floride; Petr Mrazek, Red Wings de Détroit; Marc-André Fleury, Penguins de Pittsburgh

En voir plus