Skip to main content

Condon fier d'atteindre la centaine de rencontres dans la LNH

« Je n'aurais jamais pensé me rendre à un, alors 100 c'est incroyable », lance le gardien des Sénateurs

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

OTTAWA - Le plateau est modeste, mais pour Mike Condon il n'est pas banal. En venant en relève à Craig Anderson lundi soir contre les Canadiens de Montréal, le gardien réserviste des Sénateurs d'Ottawa a pris part à son 100e dans la LNH. 

« Je n'aurais jamais pensé me rendre à un (match), alors 100 c'est incroyable », a lancé Condon, lundi, avant le duel Canadiens-Sénateurs au Centre Canadian Tire. 

« Ça va être particulier, c'est un gros plateau pour un gardien qui n'a pas été repêché. C'est quelque chose dont je suis fier. Je ne l'ai pas encore joué par contre », a-t-il glissé avec le sourire comme pour rappeler qu'il ne tient jamais rien pour acquis, sans savoir qu'il allait atteindre ce plateau quelques heures plus tard. 

Pour l'Américain âgé de 27 ans, tout a commencé à Ottawa, le 11 octobre 2015, dans l'uniforme des Canadiens à titre d'adjoint de Carey Price. Il avait signé une performance de 20 arrêts dans le gain de 3-1 du CH. 

À ce moment-là, il était loin de se douter de ce qui l'attendait à peu près un mois plus tard. Price est tombé au combat, blessé, et Condon allait être envoyé dans la fosse aux lions. Price n'allait pas revenir au jeu et le gardien recrue a été appelé à tenir le fort. 

« J'ai été étrenné à ma première saison dans le marché le plus médiatisé de la ligue, constate-t-il avec le recul. Vous êtes sous les feux de la rampe, la pression est forte, il y a de l'adversité. Toutes ces choses-là forgent votre caractère. Elles vous enseignent ce que c'est d'être un joueur de la Ligue nationale. J'ai tiré des leçons profitables qui ont été importantes dans mon cheminement. » 

Condon a souligné que la maturité acquise depuis ce temps ferait qu'il composerait mieux avec la situation, si c'était à refaire. 

« À mon âge actuellement, je serais mieux outillé pour vivre l'expérience de Montréal. Tout là-bas était nouveau pour moi. J'apprenais sur le tas, sans trop de sécurité d'emploi avec un contrat à deux paliers de salaire (Ligue américaine-Ligue nationale). On ne sait jamais ce qui peut arriver dans ce temps-là et plein de choses vous trottent dans la tête. Vous avez beau essayer d'en faire abstraction, le petit hamster dans mon cerveau ne cessait de tourner. » 

Condon a confié avoir beaucoup travaillé l'aspect psychologique de sa vie d'athlète et qu'il parvient à recentrer toute sa concentration sur l'essentiel : son rendement sur la glace. 

« Pour un gardien inexpérimenté, Montréal est un endroit difficile où commencer sa carrière. Mais ç'a été une des meilleures choses qui pouvaient m'arriver. » 

Condon a vu son association avec les Canadiens prendre fin au terme du camp d'entraînement l'an dernier. Réclamé au ballottage par les Penguins de Pittsburgh, il n'a fait que passer chez les champions de la Coupe Stanley, qui l'ont échangé aux Sénateurs. 

« Je me suis promené un peu, mais là j'ai une plus grande sécurité d'emploi avec les Sénateurs. J'adore ça à Ottawa. Je suis bien traité et je fais partie d'une équipe compétitive. Je ne pouvais pas demander à être échangé à une meilleure équipe. » 

Après avoir connu du succès la saison dernière en remplacement de Craig Anderson, qui a dû épauler son épouse dans sa lutte contre le cancer, Condon s'est vu offrir un contrat de trois ans se chiffrant à 7,2 millions $. 

« Mon niveau de confort est plus élevé après deux saisons, même si j'essaie d'écarter le mot confort de mon vocabulaire, a-t-il expliqué. Le métier rentre. Je suis plus familier avec le rythme du jeu. C'est comme si les tirs avaient moins de vélocité. J'essaie de continuer de m'améliorer tous les jours et je me sens à l'aise actuellement. » 

 En trois sorties cette saison, Condon a savouré un succès et encaissé deux échecs en bris d'égalité. 

Après 100 matchs en carrière, il montre un dossier de 41-39-14, incluant six jeux blancs, avec une moyenne de buts alloués de 2,61 et un pourcentage d'arrêts de ,909.

En voir plus