Skip to main content

Colton Sceviour très utile aux Panthers

L'attaquant et son coéquipier Jonathan Marchessault rapportent d'importants dividendes en Floride

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

Il s'est présenté dans le vestiaire après le gain des Panthers de la Floride 5-2 sur les Red Wings de Detroit dimanche, et alors que les journalistes l'entouraient pour lui parler de son tour du chapeau, ses coéquipiers ont applaudi et sifflé.

« Voilà le gars auquel vous voulez parler », a crié quelqu'un.

Jaromir Jagr? Aleksander Barkov? Vincent Trocheck? Aaron Ekblad? Keith Yandle?

Non.

Colton Sceviour.

Parfois, le joueur que vous voulez n'est pas le plus grand nom avec le salaire le plus onéreux.

Au cours de la folie des joueurs autonomes le 1er juillet et dans le cadre de plusieurs mouvements de personnel effectués par l'équipe au cours de la saison morte, les Panthers ont accordé des contrats de deux ans à Sceviour et Jonathan Marchessault, Sceviour à un salaire annuel moyen de 950 000 $, et Marchessault pour 750 000 $ par année, selon NHL Numbers.

Sceviour a marqué cinq buts, à égalité pour le deuxième plus haut total dans la ligue. Marchessault a également touché la cible contre Detroit et compte maintenant six buts, à égalité au premier rang de la LNH, et 11 points, à égalité en deuxième place.

La saison est jeune. Personne ne s'attend à ce que Sceviour et Marchessault continuent de produire à ce rythme. Mais les Panthers ont ajouté de la profondeur à prix d'aubaine, et cela leur est fort utile au moment où Nick Bjugstad, Jonathan Huberdeau et Jussi Jokinen sont blessés. Cela lève également le voile sur le processus menant à la construction de l'alignement des Panthers.

« Ces deux joueurs sont d'excellentes trouvailles, a affirmé le directeur général adjoint des Panthers Eric Joyce. Une partie de ce que nous tentons de faire au cours de chacune des saisons mortes est d'ajouter de la valeur à faible coût. »

Les Panthers ont terminé au premier rang de la section Atlantique la saison dernière avec 103 points, un record d'équipe, mais se sont inclinés en six matchs contre les Islanders de New York en première ronde de l'Association de l'Est des séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Parmi les problèmes qui ont été cernés : la profondeur à l'attaque.

Joyce a indiqué que le processus des Panthers est simple : l'entraîneur Gerard Gallant explique comment l'équipe doit jouer pour remporter la Coupe Stanley. Les dirigeants regardent l'alignement et identifient les joueurs qui peuvent jouer de cette manière, ou qui peuvent apprendre à le faire, et qui ne cadre pas. Ils repêchent et développent les joueurs afin de respecter cette vision, et c'est ce qui motive les transactions qu'ils effectuent et les embauches de joueurs autonomes.

Ils utilisent un mélange de dépistage à l'ancienne, de nouvelles statistiques avancées et de gestion de la masse salariale, afin de tenter de maximiser leurs chances de succès sur la glace tout en respectant le plafond salarial.

« Nous agissons en fonction du processus, et non du résultat, a noté Joyce. Nous savons que si nous agissons de la sorte …

Il prend une pause.

« Disons que nous sommes des parieurs, poursuit-il. Si vous recevez 19 au blackjack, vous allez gagner plus souvent que vous allez perdre. Alors il s'agit de jouer selon les probabilités et de nous assurer de respecter ce processus. »

Gallant souhaite que les Panthers jouent du hockey rapide, qu'ils déplacent la rondelle vers l'avant et qu'ils se portent souvent en attaque. Les dépisteurs professionnels ont identifié Sceviour et Marchessault comme des attaquants avec de bons coups de patin, un bon sens du jeu et un haut niveau de compétition. Les dirigeants ont comparé ces opinions subjectives à ce qu'ils considèrent être des données objectives.

L'analyse des Panthers commence avec les statistiques traditionnelles et se poursuit avec le premier niveau de statistiques qualifiées d'avancées, comme les pourcentages de possession de rondelle et la production des coéquipiers avec et sans la présence d'un joueur sur la glace. Cela va toutefois beaucoup plus loin que ça. Les Panthers possèdent leurs propres algorithmes, qui sont bien évidemment secrets, et ils évaluent les joueurs par rapport à tout leur parcours, des rangs juniors aux rangs mineurs en passant par la LNH.

Les données sur Sceviour et Marchessault ont soutenu l'évaluation faite par les dépisteurs, et les Panthers ont qualifié ces deux athlètes comme des joueurs polyvalents qui pourraient amorcer la saison sur les deux premiers trios, mais qui pourraient évoluer un peu partout dans l'alignement selon les besoins de l'équipe. Ils représentent de bons paris.

« Après cela, a ajouté Joyce, il faut s'atteler à faire fonctionner leurs salaires dans notre structure salariale. »

Sceviour, âgé de 27 ans, et Marchessault, 25 ans, ont pu être embauchés à un salaire relativement modeste puisqu'ils n'avaient pas joué de rôles importants dans la ligue auparavant. Ils provenaient d'organisations qui regorgeaient d'attaquants.

Malgré le fait qu'il ait affiché de bonnes statistiques dans les rangs juniors et dans la LAH, récoltant notamment 32 buts en 54 matchs avec le Texas dans la LAH en 2013-14, Sceviour a été limité à 28 buts en 170 parties avec les Stars de Dallas, et n'a jamais inscrit plus de 11 filets en une saison.

« À l'approche de l'ouverture du marché des joueurs autonomes, il y a deux choses que je voulais faire, a mentionné Sceviour. Je voulais obtenir une chance de montrer que je pouvais assumer un rôle plus important, et je voulais jouer pour une équipe qui pouvait gagner. J'ai considéré que j'avais la chance de remplir ces deux critères avec la Floride si je jouais bien. »

Sceviour a au moins eu la chance d'être repêché en quatrième ronde (112e au total) au repêchage 2007 de la LNH et de prendre part à 170 matchs dans la LNH. Marchessault n'a jamais été repêché et a été limité à 49 parties dans la LNH, deux avec les Blue Jackets de Columbus, et 47 avec le Lightning de Tampa Bay. Il a été placé au ballottage par Tampa Bay et n'a pas été réclamé après le camp d'entraînement la saison dernière. Il est répertorié à 5 pieds 9 pouces et 174 livres.

« Les gens ont toujours pensé que j'étais trop petit, ont toujours pensé que je n'allais pas faire l'équipe ou passer au niveau supérieur », a-t-il rappelé.

Il a cependant trouvé le fond du filet avec régularité dans le junior et dans les rangs mineurs, et il a été rappelé de Syracuse dans la LAH pour finalement inscrire sept buts et 18 points en 45 rencontres avec le Lightning la saison dernière. Les Panthers lui ont dit qu'ils le voyaient jouer sur le troisième trio et l'avantage numérique.

« Il s'agissait simplement d'une meilleure opportunité pour moi », a-t-il énoncé.

Marchessault a joué à l'aile gauche du premier trio avec Barkov et Jagr depuis le début de la saison en remplacement de Huberdeau, qui sera à l'écart du jeu pendant trois à quatre mois à la suite d'une blessure au tendon d'Achille.

Sceviour a patiné à l'aile droite du deuxième trio avec Trocheck et Reilly Smith au cours des deux derniers matchs, lui qui remplace Jokinen, réévalué sur une base quotidienne en raison d'une blessure au genou. Vous voulez parler de polyvalence? Sceviour a touché la cible en avantage numérique, à forces égales et en infériorité numérique dimanche.

Ils vont éventuellement ralentir. Idéalement, ils vont jouer sur l'un des deux derniers trios avec Huberdeau et Jokinen en santé, ce qui va enlever de la pression sur les deux premières unités et créer de meilleures confrontations pour les troisième et quatrième trios. Même s'ils ne conservent pas le même rythme, ils vont probablement obtenir leur meilleure production en carrière dans la ligue et vont aider à faire des Panthers une meilleure équipe.

Mais pour l'instant, ils font partie des meilleurs pointeurs de la ligue, et ils offrent aux Panthers un excellent retour sur investissement.

« C'est excitant, a reconnu Sceviour, de voir les choses fonctionner pour nous. »

 

En voir plus