Skip to main content

CMJ: L'expérience de Veleno sera mise à profit

L'attaquant québécois est l'un des deux seuls joueurs canadiens qui évoluent chez les professionnels, cette saison

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

OSTRAVA, République tchèque - Vingt-neuf matchs dans une carrière de hockeyeur, ce n'est pas grand-chose. Vingt-neuf matchs d'expérience dans la Ligue américaine avant de participer au Championnat mondial junior pour une deuxième fois en autant d'années, c'est énorme.

Joe Veleno le sait très bien et a bien l'intention d'en faire profiter la formation canadienne au cours de deux prochaines semaines. Ça tombe bien parce que l'entraîneur Dale Hunter compte aussi en faire bon usage.

À LIRE AUSSI: ÉCJ: Lafrenière, un mentor pour Byfield? | CMJ: Questions-réponses avec Trevor Timmins | Formations du Championnat mondial junior 2020Sept joueurs à surveiller au Championnat mondial junior

« Il joue contre des hommes dans la Ligue américaine, et si vous regardez les matchs, vous savez que ce n'est pas facile, a expliqué le pilote. Il écoule les pénalités, il joue en avantage numérique et sur les premiers trios (du club-école des Red Wings). Il peut amener sa contribution dans tous les aspects. »

L'attaquant québécois a mis un peu de temps à se mettre en marche à sa première saison chez les Griffins de Grand Rapids. Il a été limité à deux buts à ses 12 premiers matchs, mais il a réussi à trouver un certain rythme depuis ce temps puisqu'il totalise maintenant cinq buts et sept aides.

C'est quand même peu pour un joueur qui a récolté 104 points, dont 42 buts, à sa dernière saison dans la LHJMQ avec les Voltigeurs de Drummondville. Ça illustre surtout l'imposant écart entre les deux calibres de jeu. Il a maintenant l'occasion de redescendre d'une petite marche au Mondial junior.

Tweet from @griffinshockey: Velen... OH. 🔥 pic.twitter.com/Po8EJFBcCZ

« J'ai eu beaucoup de difficulté à m'adapter, mais les vétérans et les plus jeunes qui sont passés par là m'aident beaucoup et me donnent des conseils », a fait valoir Veleno, qui a été nommé adjoint au capitaine Barrett Hayton, le seul autre représentant canadien avec de l'expérience chez les pros (Coyotes de l'Arizona).

« Ce tournoi peut faire une bonne différence pour la confiance. Je n'ai pas les mêmes opportunités à Grand Rapids parce que je suis un des plus jeunes. Ici, je vais jouer de grosses minutes dans toutes les situations et ils vont beaucoup se fier à moi. »

Ce sera assurément le cas. Depuis qu'il a rejoint l'équipe, il y a quelques jours, Veleno est utilisé au centre du premier trio en compagnie de son compatriote Alexis Lafrenière et de Nolan Foote, le choix de première ronde du Lightning de Tampa Bay en 2019 (27e au total).

Il a disputé le dernier match préparatoire de la formation unifoliée contre la Finlande, lundi, et on a immédiatement senti que son arrivée avait placé tout le monde dans la bonne chaise à l'attaque. Son trio a d'ailleurs été à l'origine de deux buts - les deux ont été l'œuvre de Foote.

« Ç'a vraiment bien été avec eux, a commenté Veleno. Foote complète bien notre trio. C'est un gros bonhomme, il a un très bon tir et il travaille fort dans les coins. C'est facile de jouer avec eux parce que nous sommes trois travailleurs. 

« La grosse différence que j'ai remarquée, c'est la grosseur de la glace. Dans le match contre la Finlande, j'ai pu passer beaucoup plus de temps avec la rondelle et je ne suis pas habitué à ça. »

Dans le négatif

Si Veleno admet d'entrée de jeu que le saut de la LHJMQ à la Ligue américaine a été plutôt difficile au chapitre offensif, ç'a aussi été le cas en défensive - un aspect dans lequel le Québécois s'est pourtant toujours illustré. 

Après 29 matchs, il affiche le pire différentiel de la Ligue américaine à moins-22. Ce n'est assurément pas la meilleure unité de mesure, mais il serait difficile d'affirmer que tout va comme sur des roulettes.

« Tu affrontes des gars qui ont joué chez les professionnels pendant longtemps, a-t-il argué. Ce sont tous de bons joueurs avec beaucoup de talent, donc c'est plus dur de défendre contre eux. Ils sont plus forts et très intelligents défensivement. Tu dois vraiment batailler pour ne pas encaisser de but. »

L'attaquant n'est quand même pas le premier à passer par là, et les choses risquent de s'améliorer avec le temps. Les Red Wings ont d'ailleurs l'habitude de laisser tout le temps nécessaire à leurs jeunes espoirs de se développer avant de les amener dans la grande ligue.

C'est exactement ce qu'ils ont fait en rappelant Filip Zadina à la fin du mois de novembre après qu'il eut passé la grande majorité de sa première saison chez les pros dans la Ligue américaine.

« Ils font passer beaucoup de temps aux jeunes à Grand Rapids et ils font du bon travail au chapitre du développement, a vanté Veleno. Zadina connaissait une grosse saison comparativement à l'année dernière et il s'en allait dans la bonne direction quand ils l'ont rappelé. J'espère que ce sera aussi mon cas. »
 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.