Skip to main content

La Finlande surprend le Canada 2-1 en prolongation

Toni Utonen a déjoué Michael DiPietro à 5:17 de la prolongation pour permettre à la Finlande d'éliminer le Canada en quarts de finale

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

VANCOUVER - Parfois, les Dieux du hockey sont là. D'autres fois, ils ne le sont pas.

Et quand une équipe ne fait rien pour les invoquer, ils peuvent se retourner contre elle. C'est exactement ce qui s'est produit, mercredi, alors que le Canada a subi une élimination hâtive en s'inclinant 2-1 en prolongation contre la Finlande au Championnat mondial junior.

Aleksi Heponiemi a créé l'égalité à 46 secondes de la fin du match après que la rondelle eut dévié au moins trois fois et Toni Utunen a profité du bâton fracassé de Noah Dobson pour s'amener à 2-contre-1 et battre Michael DiPietro d'un tir dans la lucarne pour surprendre le Canada et jeter un froid glacial au Rogers Arena.

« Ça signifie beaucoup de battre le Canada ici, a lancé l'espoir des Canadiens Jesse Ylonen. Je suis très fier de mon équipe. Tout le monde a bien joué, surtout notre gardien. L'énergie de la foule nous a aidés. Nous voulions la faire taire. »

À LIRE AUSSI : Cinq choses à retenir du CMJ: Jour 6 | Alexander Romanov impressionne Francis Bouillon

Le but d'Utunen est survenu quatre petites minutes après l'arrêt fort important du gardien Ukko-Pekka Luukkonen devant Maxime Comtois sur un tir de pénalité en prolongation.

Les Dieux ne voulaient vraiment rien savoir.

« C'est une grande victoire, c'est certain, a commenté l'entraîneur finlandais Jussi Ahokas. L'équipe a bien joué, nous savions comment le Canada allait jouer et nous avons fait confiance à notre système du début à la fin. Notre attaque n'était pas au rendez-vous, mais nous avons trouvé le moyen de gagner.

« Je savais que les Dieux du hockey allaient nous aider. […] J'avais fait mes prières! »

La Finlande croisera maintenant le fer avec la Suisse, qui a surpris la Suède 2-0 dans l'autre quart de finale.

C'est la première fois de l'histoire du Championnat mondial junior que le Canada ne participe pas à la ronde des médailles dans un tournoi présenté en sol canadien et la première fois depuis 2016 qu'il est éliminé en quarts de finale - il avait aussi perdu contre la Finlande.

« C'est plus difficile parce que nous sommes au Canada, a commenté le pilote canadien Tim Hunter. La médaille n'est pas assurée parce que le tournoi est au Canada. C'est un tournoi difficile et tout le monde s'améliore. C'est de plus en plus difficile de gagner sur une base régulière. »

Les troupiers de Tim Hunter avaient promis qu'ils allaient offrir leur meilleure performance du tournoi, mais ce fut loin d'être le cas. Ils ont au contraire disputé un bon match « de route », ne générant presque rien offensivement. C'était peut-être du jeu efficace, mais on repassera pour le spectacle. Les Canadiens ont notamment bousillé trois chances en avantage numérique pour conclure le tournoi avec une piètre efficacité de 16 pour cent (3 en 18).

Comtois a d'ailleurs insisté sur l'aspect défensif du jeu quand est venu le temps de se prononcer sur la performance de l'équipe face aux Finlandais. Il n'y avait rien à dire sur l'offensive.

« Nous ne leur avons presque rien donné, a-t-il plaidé. La majorité de leurs tirs venaient de l'extérieur de la zone dangereuse. Dans un match comme celui-là, avec un but d'avance, on aurait pu gagner. On a fait un bon travail. Ça s'est joué sur des centimètres et on l'a échappé »

Le défenseur Ian Mitchell a été l'unique marqueur du Canada quand il a touché la cible à l'aide d'un tir précis des poignets en tout début de deuxième période.

DiPietro a tout fait sauf marquer

Dans ce match plutôt fade, le seul qui a réellement animé la foule avait déjà conquis son cœur avant le début du match. DiPietro, un espoir des Canucks de Vancouver, a multiplié les arrêts spectaculaires et a été ovationné en plein milieu de la rencontre quand les amateurs se sont mis à scander son nom.

« Je suis déçu, frustré et je ne me sens pas bien, a dit le gardien. C'était cool à entendre, mais en fin de compte, l'important c'est la victoire. Je n'ai jamais aimé parler de moi. C'était plaisant, mais ma concentration était sur la victoire et nous ne l'avons pas obtenue. »

Le Canada a été dominé 34-24 au chapitre des tirs au but et a eu de la difficulté à orchestrer des sorties de zone décentes pendant la majeure partie du match.

À la défense des Canadiens, la brigade finlandaise n'avait accordé que trois buts en trois matchs avant de s'incliner 4-1 face aux États-Unis en ronde préliminaire. Le défi était de taille et les Finlandais ont été presque parfaits dans leur territoire.

« Nous avons bien réagi et je crois que les cinq joueurs ont tous bien fait, a vanté Ahokas. Nous avons contrôlé l'espace que nous leur avons donné et nous nous sommes mis à avoir plus de temps de possession en deuxième. Ç'a été la clé. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.