Skip to main content

CMJ : L'excitation est à son comble dans le camp canadien

La troupe de Dominique Ducharme se frottera aux Américains devant plus de 40 000 personnes au New Era Field, vendredi

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BUFFALO - Il fallait voir les sourires sur les visages des joueurs d'Équipe Canada junior à leur entrée sur la patinoire aménagée sur le terrain du New Era Field pour comprendre la signification du match qu'ils disputeront vendredi après-midi.

Non seulement la plupart des joueurs auront l'occasion de disputer une première rencontre « officielle » en plein air, mais ils le feront dans l'uniforme unifolié. Contre leurs grands rivaux américains. Devant plus de 40 000 personnes.

Il s'agira en plus du premier affrontement entre les deux nations depuis la finale du tournoi l'an dernier. Une finale qui, rappelons-le, s'était soldée par la marque de 5-4 en tirs de barrage en faveur des États-Unis.

Devant une foule qui devrait être majoritairement américaine, disons que l'occasion de revanche sera belle. Et ce, même si on préfère ne pas trop l'admettre du côté canadien.

« Je ne pense pas qu'il y ait un esprit de revanche, a déclaré l'attaquant québécois Maxime Comtois. C'est plus l'atmosphère typique d'un match entre le Canada et les États-Unis.

« Partout où j'ai joué, chaque fois que je jouais contre les Américains, il y avait une atmosphère différente dans la chambre. La défaite de l'an dernier est dans la mémoire de ceux qui y étaient. Par contre, il faut se concentrer sur le match. »

Au moment de la mise au jeu initiale, vendredi, on prévoit une température ressentie de moins-14 degrés celsius et une faible possibilité de précipitations. De quoi rappeler de bons, mais frisquets, souvenirs à Comtois.

« Chez mon père, on avait toujours une glace dans la cour, s'est-il souvenu. J'ai passé je ne sais pas combien d'heures sans manger. Je faisais mes devoirs rapidement pour pouvoir y aller après. Je rentrais avec mes patins pour manger. Ça va être le fun de pouvoir vivre un vrai match dehors avec un enjeu important. »

Parce qu'au-delà de la rivalité et de l'évènement en tant que tel, l'enjeu sera d'autant plus grand.

Battus par la Slovaquie jeudi, les Américains pourraient concéder - à moins d'une autre surprise - le premier rang du groupe A à leurs éternels rivaux s'ils devaient échapper ce match. 

Les deux équipes devront donc faire abstraction des impondérables et se concentrer uniquement sur les éléments qu'ils peuvent contrôler.

Cela exclut évidemment la qualité de la patinoire, qui était endommagée à quelques endroits jeudi après-midi, la température et l'énergie de ce qui sera la plus grosse foule enregistrée pour un match du Championnat mondial junior.

C'est un peu pourquoi Ducharme tenait à ce que ses ouailles s'entraînent au cours de cette journée de congé et qu'ils s'imprègnent de l'ambiance du stade de football avant de sauter sur la glace pour de bon.

« On veut s'assurer que notre concentration soit sur ce qui se passe sur la patinoire et non sur ce qu'il va y avoir autour, a expliqué Ducharme. On veut juste contrôler ce qu'on peut. On ne peut pas contrôler la température, le nombre de spectateurs, le vent ou le soleil. Nos joueurs sont assez matures pour comprendre ça. »

Une brigade complète?

La grande question qui subsiste dans le camp canadien est l'état de santé de la brigade défensive.

Kale Clague a raté le match de mercredi contre la Slovaquie en raison d'une blessure au pied, Dante Fabbro n'a joué que durant 5:18, lui aussi ennuyé par une blessure au pied, et Jake Bean a raté quelques minutes de jeu après être entré solidement en collision avec la rampe.

Avec seulement sept défenseurs dans la formation, la situation commence à être inquiétante.

À l'entraînement jeudi, tout le monde était au rendez-vous et Bean a dit bien se sentir. Ducharme n'a cependant pas voulu confirmer que tout le monde serait en uniforme contre les États-Unis.

« C'est un point d'interrogation confiant », s'est-il limité à dire lorsqu'on lui a demandé si Clague allait être de retour.

Ce qu'ils ont dit

« J'ai deux épaisseurs de bas, j'ai essayé de porter des gants sous mes mitaines, mais c'était trop. J'avais toutefois les pieds gelés et c'est une bonne chose que je n'aie pas reçu un lancer sur un pied, car je me serais probablement cassé les orteils ! » - Le gardien Carter Hart.

« Oui, nous devons jouer un match nord-sud. Aujourd'hui, nous avons pratiqué les jeux simples. C'est ce qui sera plaisant, du hockey comme dans le bon vieux temps. J'espère que nous ferons bien et je pense que nous allons être prêts. » - Le capitaine Dillon Dube.

« Ç'a pris du temps à s'en remettre et je ne crois pas que personne en soit complètement remis encore. C'est toujours dans nos pensées et je sais que les gars sont très excités d'avoir une autre chance d'affronter les États-Unis. » - Kale Clague à propos de la finale de l'an dernier.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.