Skip to main content

CMJ : Cinq choses à retenir - 2 janvier

Le Canada se mesurera à la République tchèque; la Suède affrontera les États-Unis

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BUFFALO - Pour la durée du Championnat mondial junior de la FIHG, LNH.com dressera chaque jour un bilan de la journée d'activités en cinq points pour ne rien manquer de l'action.

Voici ce que l'on doit retenir des quarts de finale du 2 janvier.

Les résultats de la journée

République tchèque 4, Finlande 3 (TB)

Canada 8, Suisse 2

Suède 3, Slovaquie 2

États-Unis 4, Russie 2

Leçon de hockey

Il fallait s'attendre à une domination canadienne contre la Suisse et c'est exactement ce qui s'est produit. Le Canada a signé une convaincante victoire de 8-2 en route vers un duel de demi-finale face à la République tchèque, jeudi.

Pour la Suisse, la plus jeune équipe du tournoi avec 13 joueurs de 18 ans et moins, il s'agissait plutôt d'une expérience à mettre en banque pour les prochaines années. La Fédération avait fait le pari de confier l'équipe à la jeunesse en espérant qu'elle apprenne et qu'elle réussisse à éviter la ronde de relégation.

En ce sens, les Suisses peuvent dire mission accomplie.

« Ça donne de l'espoir, ça nous montre que nous sommes capables de jouer contre les bonnes nations, a déclaré l'entraîneur Christian Wohlwend. En 12 mois, ces jeunes joueurs peuvent connaître une très grande progression. »

Revoilà les tirs de barrage

Vivement critiqués au terme de la finale de l'an dernier remportée par les États-Unis en tirs de barrage, les amateurs n'ont pas eu à attendre bien longtemps avant de voir la formule revenir dans un match éliminatoire.

Même s'ils dominaient la République tchèque 54-30 au chapitre des tirs après la prolongation de 10 minutes, les Finlandais ont dû se résoudre à départager ce duel en fusillade. Ils ont finalement baissé pavillon 4-3 et ont été évincés de la ronde éliminatoire pour la deuxième fois en autant d'années.

« C'est dur, très dur. Je pense que nous avons joué un bon match tout le long, mais nous n'avons pas profité de nos chances. Nous avons eu plusieurs chances de mettre la rondelle au fond du filet, mais les Tchèques n'ont pas lâché et leur gardien a été formidable », a dit l'entraîneur finlandais Jussi Ahokas.

Bellows sauve les Américains

Kieffer Bellows, le choix de première ronde des Islanders de New York au repêchage de 2016 (no 19), a inscrit deux buts, dont celui de la victoire, pour permettre aux Américains de continuer à espérer défendre leur titre grâce à un gain de 4-2 face à la Russie.

Le fils de l'ancienne gloire des North Stars du Minnesota Brian Bellows a fait la différence en troisième période en battant Vladislav Sukhachyov d'un tir foudroyant qui a fait tomber la gourde du gardien. Le capitaine Joey Anderson a mis la touche finale en marquant dans un filet désert.

Les Russes, médaillés de bronze l'an dernier, n'auront pas la chance de se battre pour une médaille pour la première fois en sept ans.

La Suède a dû trimer dur

Après avoir conclu la ronde préliminaire avec une fiche immaculée de 4-0-0, la Suède est considérée comme l'une des équipes favorites pour quitter Buffalo avec l'or au cou. Cette possibilité a failli leur échapper en quarts de finale alors qu'ils ont battu la Slovaquie 3-2.

Les Suédois ont dirigé 39 tirs au but contre 22, mais les Slovaques n'ont pas abandonné en réduisant l'écart à un seul but avec un peu plus de huit minutes à faire au match. Ces derniers ont notamment surpris.

La Suède devra maintenant affronter un adversaire beaucoup plus redoutable en demi-finale puisqu'elle croisera le fer avec les États-Unis. Saura-t-elle résister?

Carter Hart ne lâche pas le morceau

Les gardiens sont souvent des êtres bien particuliers et celui du Canada, Carter Hart, n'y fait pas exception. Il tient mordicus à être le dernier joueur à quitter la patinoire entre chaque période et le gardien réserviste suisse lui a joué un vilain tour.

Au premier engagement, Matteo Ritz a fait exprès pour faire des étirements sur la patinoire pour empêcher Hart de quitter. Le portier canadien a attendu plus de cinq minutes - la zamboni était déjà sur la patinoire - avant de feindre de retraiter au vestiaire.

Il a alors attendu dans le couloir que son homologue quitte la glace puis il y est retourné pour être le dernier à avoir théoriquement quitté la patinoire au grand plaisir des partisans canadiens.

Tweet from @BradyTrett: Carter Hart has a superstition where he has to be the last player off of the ice. The Swiss backup goalie wasn't leaving the ice during the intermission, so Hart pretended to leave and came back out pic.twitter.com/R7WtK18oEB

LNH.com vous réserve d'ailleurs un texte complet sur les superstitions de Hart, demain!

Les demi-finales du 4 janvier

Suède c. États-Unis, 16h HE

Canada c. République tchèque, 20h HE

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.