Skip to main content

CMH: Des surprises parmi les présents et les absents

Muzzin, Matthews seront de la Coupe du monde; Perry, Subban, Klingberg, Kovalchuk n'y seront pas

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

Les sept derniers joueurs de chaque équipe qui prendra part à la Coupe du monde de hockey 2016 ont été choisis vendredi. De gros noms ont été sélectionnés, et d'autres ont été ignorés.
 
Ce tournoi, qui sera présenté du 17 septembre au 1er octobre à Toronto, générera beaucoup d'enthousiasme et d'intrigues. Les alignements dévoilés vendredi ont déjà lancé bien des débats.

Voici les huit plus grandes surprises provoquées par les derniers ajouts à chacune des formations :
 
1. Remaniement en défensive pour le Canada
Bienvenue Jake Muzzin. Désolé P.K. Subban et Kris Letang.

Muzzin a été le nom le plus surprenant à apparaître sur l'alignement d'équipe Canada. Ce n'est pas que l'arrière des Kings de Los Angeles ne mérite pas cette nomination. C'est simplement que Subban (Canadiens de Montréal) et Letang (Penguins de Pittsburgh) sont de bien plus gros noms, et que plusieurs observateurs les avaient placés sur leur formation projetée, alors que Muzzin ne s'y trouvait pas.

Une analyse plus poussée nous permet toutefois de mieux comprendre pourquoi Muzzin a été choisi avant Subban et Letang.

Muzzin est un gaucher; Subban et Letang sont droitiers. Équipe Canada Mike Babcock (Maple Leafs de Toronto) croit fermement en l'équilibre entre gauchers et droitiers. Alex Pietrangelo (Blues de St. Louis) et Brent Burns (Sharks de San Jose), deux droitiers, ont été les autres ajouts d'Équipe Canada à la ligne bleue. Muzzin donne à Babcock la chance de miser sur des duos équilibrés, avec un droitier comme septième défenseur.

Muzzin a déjà joué avec Drew Doughty à Los Angeles par le passé. Leur chimie pourrait avoir joué un rôle dans le raisonnement du directeur général d'Équipe Canada Doug Armstrong (Blues de St. Louis) et de Babcock.

Muzzin préconise un style moins risqué que Letang ou Subban, et Babcock préfère compter sur des défenseurs plus fiables dans les tournois internationaux, où un but peut faire la différence entre remporter l'or une élimination hâtive.

Muzzin est également un très bon joueur de possession de rondelle. Il a terminé au troisième rang parmi les défenseurs de la LNH ayant disputé au moins 25 parties au chapitre du pourcentage de tirs tentés (SAT) cette saison avec 57,45 pour cent.

2. Perry ignoré
Corey Perry (Ducks d'Anaheim) a été le capitaine de l'équipe canadienne qui a remporté la médaille d'or au Championnat du monde 2016 de la FIHG la semaine dernière, mais il n'a pas été inclus sur l'alignement d'Équipe Canada en vue de la Coupe du monde.

Perry a terminé au neuvième rang de la ligue avec 34 buts cette saison, et ses 110 filets au cours des trois dernières saisons dans la LNH. Il a aussi aidé le Canada à remporter la médaille d'or aux Jeux olympiques 2010 de Vancouver et aux Jeux olympiques 2014 de Sotchi.  

Plutôt que d'opter pour Perry, Armstrong et Babcock ont penché vers le capitaine des Flyers de Philadelphie Claude Giroux, un droitier qui peut évoluer au centre et à l'aile.

Giroux va vraisemblablement jouer à l'aile à la Coupe du monde, puisque presque tous les attaquants de la formation canadienne peuvent évoluer au centre, dont Joe Thornton, qui a aussi été ajouté à l'alignement deux jours après avoir mené les Sharks de San Jose à leur première Finale de la Coupe Stanley de leur histoire.

L'ailier gauche des Bruins de Boston Brad Marchand et l'attaquant de l'Avalanche du Colorado Matt Duchene ont aussi été choisis par Équipe Canada. Marchand pourrait être jumelé à Patrice Bergeron, comme c'est le cas à Boston. Duchene pourrait être le 13e attaquant.

3. Équipe États-Unis étonne
Le directeur général d'Équipe États-Unis Dean Lombardi (Kings de Los Angeles) et l'entraîneur John Tortorella (Blue Jackets de Columbus) avaient quelques surprises dans leur sac avec leurs sept dernières sélections.

L'ailier droit des Penguins Phil Kessel? Pas de la formation.

Le centre du Lightning de Tampa Bay Tyler Johnson? Pas de la formation.

Cependant, l'ailier droit du Lightning Ryan Callahan et le centre des Blue Jackets Brandon Dubinsky seront de l'alignement. Équipe États-Unis a également retenu les services de l'attaquant des Maple Leafs de Toronto James van Riemsdyk et de l'attaquant des Blues David Backes. Ces deux joueurs ont représenté les États-Unis aux Jeux olympiques 2014.

En analysant les cinq attaquants ajoutés vendredi et les huit qui avaient déjà été sélectionnés en mars, la plus grande surprise étant Justin Abdelkader des Red Wings de Detroit, il est clair que Lombardi et Tortorella veulent que Équipe États-Unis soit imposante, robuste et physique.

La question est de savoir si les Américains vont miser sur suffisamment de talent pour rivaliser avec Équipe Canada, Équipe Suède, Équipe Russie et même Équipe Amérique du Nord, qui déborde de jeunes joueurs de talent. Équipe États-Unis sera puissante, mais elle devra aussi produire à l'attaque.

4. Encore plus de surprises de la part d'Équipe États-Unis
Les surprises au sein d'Équipe États-Unis ne se sont pas limitées à l'attaque. Certains choix surprenants ont également été faits à la ligne bleue, alors qu'Erik Johnson (Avalanche), Jack Johnson (Blue Jackets) et Matt Niskanen (Washington Capitals) ont été ajoutés à l'équipe.

Parmi les joueurs qui ont été ignorés, on retrouve les olympiens de 2014 Kevin Shattenkirk (Blues), Cam Fowler (Ducks), Justin Faulk (Hurricanes de la Caroline) et Paul Martin (Sharks).

Keith Yandle (Rangers de New York), Torey Krug (Bruins) et Nick Leddy (Islanders de New York), tous de bons patineurs capables de transporter la rondelle, ont également été laissés de côté.

5. Matthews et Drouin choisis, pas Galchenyuk
Auston Matthews, qui devrait être sélectionné par les Maple Leafs de Toronto avec le tout premier choix du repêchage 2016 de la LNH, aura un avant-goût de Toronto et du Air Canada Centre en septembre. La pression sera élevée, surtout si les Maple Leafs le choisissent.

Matthews a assurément aidé sa cause au Championnat du monde, alors qu'il a mené les États-Unis avec six buts en 10 matchs.

Si l'on tient compte de la direction qu'avait prise la carrière de Jonathan Drouin il y a quelques mois, il est remarquable qu'il soit non seulement revenu avec le Lightning et qu'il ait occupé un poste sur les deux premiers trios de l'équipe au cours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, mais qu'il ait été retenu par l'Équipe Amérique du Nord.

La principale surprise du côté des sept derniers ajouts d'Équipe Amérique du Nord se trouve du côté des joueurs qui ont été ignorés.

Plusieurs croyaient que l'attaquant des Canadiens Alex Galchenyuk était assuré d'une place, mais avec la renaissance de Drouin et Matthews qui s'est imposé au Championnat du monde, il a été laissé de côté.

6. Laine retenu par Équipe Finlande, mais pas Puljujarvi
Avec trois places disponibles à l'attaque, Équipe Finlande avait un choix difficile à faire. Choisir trois espoirs de premier plan, ou se limiter à deux et inviter un joueur établi de la LNH? Les Finlandais ont choisi la deuxième option, et l'un des meilleurs espoirs en vue du repêchage 2016 de la LNH Patrik Laine a été retenu tandis que Jesse Puljujarvi, également l'un des favoris en vue du prochain encan, a été ignoré.

Comme Matthews, le rendement de Laine au Championnat du monde lui a permis de mousser sa candidature. Il a terminé à égalité au premier rang des buteurs du tournoi avec sept filets en 10 matchs, et il a été élu joueur le plus utile après avoir aidé la Finlande à mettre la main sur la médaille d'argent.

Puljujarvi n'a pas joué au Championnat du monde, un indice que les principaux décideurs de la Finalande ne croyaient pas qu'il soit tout à fait prêt à évoluer au plus haut niveau.

Sebastian Aho, un espoir de premier plan des Hurricanes de la Caroline qui aura 19 ans le 26 juillet, va aussi représenter la Finlande. Il a amassé sept points au Championnat du monde. Aho a été repêché en deuxième ronde en 2015 (35e au total).

Le centre du Wild du Minnesota Erik Haula a aussi été ajouté à l'alignement de la Finlande afin d'ajouter de la profondeur à l'attaque.

7. Les omissions de la Russie
La Russie avait encore trois postes d'attaquants à pourvoir. Deux de ces trois postes devaient revenir aux anciennes vedettes de la LNH Ilya Kovalchuk et Alexander Radulov. Car, même si la Russie ne les avait pas nommés dans le premier groupe de 16 joueurs, il n'y avait aucune chance que deux des meilleurs joueurs au pays soient ignorés dans l'alignement final de 23 joueurs.

Faux.

Les Russes ont plutôt choisi trois autres attaquants de la Ligue continentale de hockey (KHL) : Evgenii Dadonov, Vadim Shipachev et Ivan Telegin. Dadonov et Shipachev ont joué avec Kovalchuk avec le SKA St. Petersburg. Telegin évolue avec le CSKA Moscou.

Même sans Kovalchuk et Radulov, les Russes sont puissants à l'attaque. Aucune équipe qui peut miser sur Alex Ovechkin (Capitals), Vladimir Tarasenko (Blues), Evgeni Malkin (Penguins), Nikita Kucherov (Lightning), Artemi Panarin (Blackhawks), Evgeny Kuznetsov (Capitals) et Pavel Datsyuk (Red Wings) ne peut être considérée faible.

Mais il demeure étonnant de ne pas voir Kovalchuk et Radulov dans ce groupe.

L'ancien défenseur des Kings Slava Voynov a été l'un des quatre joueurs ajoutés à la ligne bleue, en compagnie d'Alexei Emelin (Canadiens), Alexey Marchenko (Red Wings) et Nikita Zaitsev (Maple Leafs).

8. Effort défensif des Suédois
Équipe Suède a choisi de se tourner vers des éléments plus défensifs avec ses sept dernières additions. Plutôt que d'opter pour le défenseur des Stars de Dallas John Klingberg, ils ont choisi un arrière plus fiable en Mattias Ekholm des Predators de Nashville. Le centre des Ducks Rickard Rakell a aussi été ignoré pour faire de la place à l'attaquant à caractère défensif des Blackhawks Marcus Kruger.

Il est difficile de critiquer ces décisions.

Équipe Suède compte déjà sur l'ensemble d'aptitudes uniques d'Erik Karlsson (Sénateurs d'Ottawa) à la ligne bleue, alors l'équipe de direction a probablement pensé que l'équipe n'avait pas besoin d'un autre arrière qui tente de jouer de la même manière que lui, ce qui est le cas de Klingberg.

Les Suédois comptent sur des centres fabricants de jeux en Henrik Sedin (Canucks de Vancouver), Nicklas Backstrom (Capitals) et Alexander Steen (Blues), alors ils ont choisi d'ignorer Rakell pour sélectionner un joueur qui excelle en zone défensive, y compris sur les mises en jeu. C'est ce qu'apporte Kruger.

Équipe Suède a aussi ajouté de la vitesse, du talent et de la polyvalence avec Carl Hagelin (Penguins), Patric Hornqvist (Penguins), Carl Soderberg (Avalanche) et Jakub Silfverberg (Ducks).

Équipe Suède sera une équipe redoutable dans ce tournoi.

 

En voir plus