Skip to main content

Claude Giroux peut compter sur le soutien des Flyers

L'attaquant veut retrouver sa touche afin d'orchestrer une autre remontée de fin de saison de l'équipe

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Claude Giroux sent la soupe chaude. Pourtant, tout le monde chez les Flyers de Philadelphie souffle dessus afin de la refroidir.

Le Franco-Ontarien Giroux porte sur ses épaules le poids des déboires actuels de l'équipe à l'attaque.

« C'est difficile de ne pas vous imposer de pression quand les choses ne fonctionnent pas », a commenté le capitaine des Flyers, vendredi, avant la séance d'entraînement des siens au Heinz Field dans le cadre du duel de la Série des stades Coors Light, samedi (20 h (HE); TVA Sports 2, SN, NBC). « Je travaille là-dessus. J'essaie de ne pas trop m'en faire, mais j'ai à cœur les succès de l'équipe et je veux tout faire pour réussir.

« Je joue au hockey depuis l'âge de 3 ans parce que j'adore le sport. J'essaie d'avoir du plaisir, même si ça ne va pas à mon goût, et de jouer avec de la passion.

« La situation est frustrante, a-t-il reconnu plus tard. Vous essayez de faire de votre mieux afin d'aider l'équipe, mais la rondelle ne rentre pas dans le but. J'estime cependant que nous jouons du bon hockey. La récompense n'est sûrement pas bien loin. »

Les Flyers ont marqué 15 buts dans leurs 10 derniers matchs, pour une fiche déficitaire de 3-6-1. Après 60 matchs, ils se retrouvent exactement là où ils étaient la saison dernière. Le moment est arrivé pour eux d'orchestrer une remontée au classement de l'Association de l'Est, à partir de la 11e position, comme ils l'ont fait la saison dernière.

Afin d'y arriver, l'attaque doit se remettre en marche. Giroux est le moteur de cette attaque. Il pointe au 61e rang des marqueurs de la LNH avec 42 points, incluant 23 obtenus en supériorité numérique. Jakub Voracek est le meneur de l'équipe avec 49 points. Wayne Simmonds totalise 42 points, comme Giroux.

Chez les Flyers, on attribue grandement à la malchance la panne de buts. 

« Ça ne repose pas que sur lui, d'autres doivent prendre la relève, a avancé Simmonds. Peu importe que ce soit moi, "Jake" (Voracek), "Schenner" (Brayden Schenn) ou "Couts" (Sean Couturier), nous devons prendre les choses en main. Nous avons de la difficulté à acheter un but dernièrement, mais nous ne devons pas rester là à ne rien faire. S'il faut enfoncez le gardien dans le but avec la rondelle, eh bien qu'on le fasse. »

L'entraîneur Dave Hakstol s'est porté à la défense de son joueur vedette.

« "G" redouble d'ardeur à la tâche et il est très compétitif. Le vent ne peut pas faire autrement que de tourner pour lui, a-t-il argué. Vers la fin de novembre jusqu'en décembre, il a connu une fantastique séquence et l'équipe également. Ça va de pair. Dernièrement, il a de la difficulté et l'équipe aussi. Je sais qu'il s'impose beaucoup de pression, mais il n'y a pas que lui. Tout le monde doit faire sa part. » 

Le directeur général Ron Hextall a ajouté son grain de sel en faisant l'éloge du leadership qu'il exerce en ces temps difficiles.

« Ça dénote de sa personnalité. C'est une bonne personne, a-t-il commenté. Il a à cœur les succès de l'équipe et de ses coéquipiers. Il veut bien faire. C'est un trait fort de sa personnalité, d'un fort leadership. Il ne doit pas tout prendre à son compte. Plusieurs gars peuvent faire mieux et afficher plus de constance. Il y en a qui produisent en deçà de leurs capacités. »

Voracek a prédit pour son coéquipier un déblocage pour très bientôt.

« Il a toujours fonctionné par séquences, mais pas dans le sens où il était en feu pendant une dizaine de matchs avant de s'éteindre pour une dizaine d'autres. Il était en feu pendant 18 matchs et il connaissait une baisse pour environ deux matchs avant de repartir pour une autre bonne séquence de 20 matchs », a élaboré Voracek.

« Ce n'est donc qu'une question de temps. Il a très bien fait dans les deux dernières rencontres, même s'il a été blanchi sur la feuille de pointage. C'est le joueur que vous voulez voir sur la glace quand les choses se corsent. Il peut changer le déroulement d'un match à lui seul. Je joue sur le même trio que lui depuis environ quatre ans. Il n'amasse peut-être pas les points au rythme qu'il voudrait, mais c'est le gars que vous voulez avoir sur la glace quand vous avez besoin d'un gros jeu. »

En voir plus