Skip to main content

Cinq raisons qui expliquent la victoire des Predators

Le rendement de Filip Forsberg et Pekka Rinne a aidé Nashville à vaincre les Ducks et à atteindre la Finale de la Coupe Stanley pour la première fois

par Robby Stanley / Correspondant LNH.com

NASHVILLE - Les Predators de Nashville ont remporté la finale de l'Association de l'Ouest en six matchs contre les Ducks d'Anaheim pour atteindre la Finale de la Coupe Stanley pour la première fois depuis la création de l'équipe en 1998.

Les Predators n'ont pas perdu deux matchs de suite depuis le début des présentes séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Ils ont remporté six séries au cours de leur histoire, dont trois cette saison. 

Voici cinq raisons qui expliquent pourquoi les Predators ont atteint la grande finale :

1. FANTASTIQUE FILIP FORSBERG

Forsberg a inscrit cinq buts dans la série, en plus de récolter deux points dans le match no 6 et un point dans chacun des cinq autres duels.

Sa capacité à livrer la marchandise au bon moment a été inestimable pour Nashville. Le but de Forsberg à 3:54 de la troisième période a créé l'égalité dans le match no 3, que les Predators ont finalement remporté grâce à un but de Roman Josi en prolongation à 17:17. Il a également préparé le troisième but des Predators dans le match no 6 et marqué le but dans un filet désert qui a mis le match hors de portée.  
 
« Il est "M. Grandes occasions" en ce moment, a noté l'attaquant Harry Zolnierczyk après le match no 3. Il s'est levé au bon moment toute la saison, et surtout dans les moments les plus cruciaux des séries, et lorsque l'équipe avait vraiment besoin d'un but, il trouvait un moyen de toucher la cible. »

2. SURMONTER LES BLESSURES

Les Predators étaient déjà privés des services de l'attaquant Kevin Fiala, qui s'est fracturé la jambe dans le match no 1 du deuxième tour de l'Association de l'Ouest, et de l'attaquant Craig Smith, qui est aux prises avec une blessure dont la nature n'a pas été divulguée depuis la première ronde contre les Blackhawks de Chicago.
 
Les blessures ont à nouveau frappé les Predators alors que les centres Ryan Johansen, syndrome des loges sévère, et Mike Fisher, blessure non divulguée, sont tombés au combat au terme du match no 4. Les Predators se sont néanmoins imposés.

« C'est une chose sur laquelle nous avons travaillé toute l'année dans le vestiaire, a indiqué l'entraîneur Peter Laviolette. Plusieurs équipes parlent du caractère et de la culture, et nous avons beaucoup travaillé sur ces choses dans notre vestiaire. Une partie de l'explication réside dans le fait que tout le monde a accepté sa responsabilité dans la situation actuelle.

« Perdre ces éléments est difficile. Ce sont de gros morceaux. Craig Smith n'est pas là, Kevin Fiala, Ryan Johansen, ce sont des joueurs que nous aurions aimé avoir dans notre alignement, mais qui n'étaient pas disponibles. Alors il ne restait que deux choix : nager ou se noyer. »

3. LA SÉQUENCE DE PEKKA RINNE SE POURSUIT

Rinne est probablement le meneur dans la course au trophée Conn Smythe remis au joueur par excellence des séries éliminatoires. Il a conservé une moyenne de buts alloués de 2,23 et un pourcentage d'arrêts de ,925 contre les Ducks, et il a répondu présent lorsque l'équipe avait le plus besoin de lui.

« Il va être notre meilleur joueur chaque soir, a affirmé l'attaquant James Neal. Nous l'avons dit toute l'année. Il mérite tout ce qui lui arrive. Il est une personne incroyable. Il a réalisé arrêt après arrêt [dans le match no 6]. Il a été phénoménal. » 

4. CONTENIR RYAN GETZLAF

Les Predators ont réussi à empêcher le capitaine des Ducks Ryan Getzlaf en finale d'association. Getzlaf a récolté quatre mentions d'aide en six parties, dont trois dans le match no 2.

Getzlaf avait amassé 15 points (huit buts, sept passes) en 11 rencontres avant le début de la série. 

5. SOUTIEN DE LA FOULE

La foule à Nashville, surnommée avec affection « Smashville », a représenté un énorme avantage pour les Predators en séries.

Les Predators montrent une fiche de 7-1 au Bridgestone Arena en séries et ont remporté deux de leurs trois matchs à domicile contre les Ducks.

« Nos partisans sont très spéciaux, a noté Neal. Tout le monde commence à entendre parler d'eux. Le monde du hockey commence à les voir. Il s'agit d'un endroit incroyable où jouer, et d'une superbe ville où vivre. C'est difficile à décrire. Il s'agit d'un sentiment fantastique. »

En voir plus