Skip to main content

Cinq clés : Sénateurs vs Penguins, match no 5

Ottawa ne pourra pas compter sur Burrows et Borowiecki

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

SÉNATEURS VS PENGUINS
15 h (HE); TVA Sports, CBC, NBCSN
La série quatre de sept est égale 2-2

PITTSBURGH - Les Sénateurs d'Ottawa vont tenter de se donner les devants pour la troisième fois de la finale de l'Association de l'Est contre les Penguins de Pittsburgh, dimanche, à l'occasion du match no 5 présenté au PPG Paints en après-midi.

Depuis le début de la série, l'équipe perdante d'un match remporte le suivant. Les Sénateurs ont été défaits 3-2 au Centre Canadian Tire vendredi, après l'avoir aisément emporté 5-1 deux jours plus tôt. Les Sénateurs avaient enlevé les honneurs de la rencontre d'ouverture de la série, 2-1 en prolongation, avant d'être blanchis 1-0 dans le deuxième duel. 

Si la tendance se maintient, ce serait à leur tour de rendre la monnaie de leur pièce aux Penguins.

Pas de Burrows, ni de Borowiecki

Les Sénateurs ont indiqué dimanche midi qu'ils ne pourront pas réaccueillir dans leurs rangs le combatif attaquant Alexandre Burrows, qui s'est blessé à un pied au cours de la troisième rencontre, ainsi que le défenseur Mark Borowiecki, qui est à l'écart depuis le deuxième match de la série de premier tour face aux Bruins de Boston.

L'entraîneur Guy Bucher a également choisi d'y aller avec une formation à sept défenseurs, alors que Ben Harpur sera inséré dans la formation àla place de Ryan Dzingel, qui n'a pas pris part à la période d'échauffement.

Chez les Penguins, le défenseur Justin Schultz et Patric Hornqvist ne pourront aider leurs coéquipiers, mais l'attaquant Bryan Rust sera en uniforme. Il prendra la place de Conor Sheary.

Voici les 5 clés du match no 4 :

1. L'attaque à la rescousse

Plus que jamais l'attaque des Penguins se retrouvera sous les feux de la rampe. En plus de devoir produire des buts, elle sera appelée à apporter un plus grand soutien au groupe de défenseurs. Les attaquants devront imposer le rythme et passer beaucoup de temps en territoire ennemi afin d'éviter le surmenage de leurs coéquipiers-défenseurs Olli Maatta, Brian Dumoulin, Trevor Daley, Ian Cole, Ron Hainsey et possiblement Mark Streit qui devront encore tenir le fort du mieux qu'ils peuvent.

2. De l'échec-avant svp

Les Sénateurs doivent tenter d'exploiter au maximum le talon d'Achille de leurs rivaux en exerçant un échec-avant soutenu.

C'est ce qu'ils ont fait au début du match no 3, avec énormément de succès. Après la rencontre, les joueurs avaient affirmé qu'on savait que la défense des Penguins était amochée et que le plan était d'appliquer une forte pression en échec-avant afin d'user les défenseurs.

Fait bizarre, les Sénateurs ont paru souffrir d'amnésie dans le match no 4, surtout à la suite de la perte pour les Penguins du défenseur Chad Ruhwedel vers la fin du premier vingt.

Sans doute que la mémoire leur reviendra à temps pour le début de la rencontre, dimanche.

3. Jeu de puissance demandé

Les Sénateurs connaissent une pitoyable séquence de 0-en-25 en attaque massive - 0-en-11 depuis le début de la série contre les Penguins. 

Le jeu de puissance doit se remettre en marche. L'entraîneur Guy Boucher se dit satisfait du nombre de chances créées.

« Il faut que quelqu'un mette la rondelle dedans. Il faut finir », a-t-il déclaré à l'issue de la défaite des siens, vendredi. 

4. Le premier but

Marquer le premier but n'a pas été, ou presque, un facteur pour les Sénateurs au cours de la série de deuxième tour contre les Rangers de New York gagnée en six matchs.

C'est tout le contraire en finale d'association. L'équipe qui a réussi le premier but l'a emporté à chacun des quatre premiers matchs.

Chacune des équipes joue de façon plus relâchée et peut plus librement déployer sa structure, en ayant l'avance.

5. Matt Murray c. Craig Anderson

Il a été très bon, mais le jeune gardien Matt Murray a mentionné qu'il peut être nettement meilleur qu'il l'a été, vendredi, à l'issue de sa première sortie complète en séries éliminatoires cette année pour les Penguins.

Le vétéran Craig Anderson des Sénateurs devra lui faire jeu égal.

La série entre dans un stade crucial, comme l'a affirmé Sidney Crosby des Penguins. Les regards seront davantage tournés vers les gardiens, qui n'ont à toutes fins utiles plus le droit à l'erreur.

Alignement prévu des Sénateurs

Zack Smith -- Jean-Gabriel Pageau -- Mark Stone
Viktor Stalberg -- Kyle Turris -- Mike Hoffman
Clarke MacArthur -- Derick Brassard -- Bobby Ryan
Tommy Wingels -- Tom Pyatt 

Marc Methot -- Erik Karlsson
Dion Phaneuf -- Cody Ceci
Fredrik Claesson -- Chris Wideman

 

Craig Anderson
Mike Condon

Retranchés : Chris Kelly, Chris Neil, Jyrki Jokipakka, Christopher DiDomenico, Chris Driedger, Colin White
Blessés : Mark Borowiecki (bas du corps), Alexandre Burrows (jambe), Ryan Dzingel (non divulgué)

Alignement prévu des Penguins

Jake Guentzel -- Sidney Crosby -- Chris Kunitz
Scott Wilson -- Evgeni Malkin -- Phil Kessel
Conor Sheary -- Nick Bonino -- Carter Rowney
Carl Hagelin -- Matt Cullen -- Josh Archibald

Brian Dumoulin -- Ron Hainsey
Olli Maatta-- Trevor Daley
Ian Cole -- Mark Streit

Matt Murray
Marc-Andre Fleury

Retranchés : Oskar Sundqvist, Cameron Gaunce, Jean-Sebastien Dea, Derrick Pouliot, Daniel Sprong, Dominik Simon, David Warsofsky, Frank Corrado, Kevin Porter, Garrett Wilson, Tom Sestito, Tristan Jarry, Sean Maguire
Blessés : Kris Letang (haut du corps), Justin Schultz (haut du corps), Patric Hornqvist (haut du corps), Bryan Rust (haut du corps), Tom Kuhnhackl (bas du corps), Chad Ruhwedel (commotion cérébrale)

En voir plus