Skip to main content

Cinq choses à retenir du CMJ : Jour 10

Un autre match revanche à l'horizon pour le Canada tandis que la Suède échoue à nouveau quand ça compte

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

OSTRAVA, République tchèque - Pour la durée du Championnat mondial junior de la FIHG, LNH.com dressera chaque jour un bilan de la journée d'activités en cinq points pour ne rien manquer de l'action.

Voici ce que l'on doit retenir de la journée du 4 janvier :

Les résultats de la journée

Suède 4 Russie 5 (P)
Canada 5 Finlande 0

Le match pour l'or

Canada c. Russie, 13h HE

Le match pour le bronze

Suède c. Finlande, 9h HE

La relégation

Allemagne 1 c. Kazakhstan 4 (La série est égale 1-1)
 

Un plat qui se mange froid (bis)

Pour la deuxième fois en autant de matchs, le Canada aura l'occasion de venger un revers alors qu'il croisera le fer avec la Russie - l'équipe qui lui a infligé une correction de 6-0, il y a une semaine à peine.

La formation canadienne n'a fait qu'une bouchée de la Finlande, la nation qui l'avait éliminé en quarts de finale l'an dernier, en l'emportant 5-0, tandis que la Russie a eu besoin de la prolongation pour venir à bout de la Suède 5-4 dans l'autre demi-finale.

« C'est une chance de jouer pour l'or, a commenté le défenseur Ty Smith. C'est la chose la plus importante sur laquelle nous devons nous concentrer. J'espère que nous pourrons offrir notre meilleur effort du tournoi. »

Quoiqu'en dise Smith, la table est mise pour une excitante finale - la première entre les deux pays depuis 2015. Le Canada avait alors eu le dessus 5-4 alors que l'attaquant des Canadiens Max Domi avait amassé un but et deux mentions d'aide pour mener les siens à la victoire.

L'unifolié a dominé la machine rouge quatre fois à leurs cinq derniers affrontements en finale du CMJ.

Sokolov incontrôlable

Les joueurs russes qui sont en mesure de parler un bon anglais sont rares, et quand les médias trouvent un bon intervenant, ils le prennent en grippe tout au long du Mondial Junior. Le joueur de choix cette année est l'attaquant Egor Sokolov, qui s'aligne avec les Eagles du Cap-Breton dans la LHJMQ.

Rencontré quelques instants après la victoire des Russes dans la zone mixte, le gros gaillard de 6 pieds 4 pouces et 231 livres avait l'air d'un enfant à Noël. On peut le comprendre puisque c'est lui qui a inscrit le but égalisateur qui a fait 4-4 de brillante manière.

Tweet from @TSN_Sports: More information

« C'est le but le plus important de ma carrière, a-t-il lancé d'entrée de jeu. Je ne peux même pas trouver les mots en ce moment. Je ne peux pas parler quatre langues non plus! Je ne peux pas y croire. Je me suis dit: "Wow, je peux faire ça?!" Merci de m'avoir parlé, mais je dois aller dormir! »

Il a aussi fait valoir que son compatriote Ivan Morozov, qui a inscrit le but gagnant, était un « héros pour la Russie » en plus de répéter le mot « victoire » au moins 63 fois au cours de l'entrevue en parlant du match pour la médaille d'or. Divertissant à souhait.

La Suède échoue encore

C'est maintenant devenu presque une habitude. Après une autre ronde préliminaire sans faille - une 13e de suite - la Suède n'a pu poursuivre sur sa lancée lors de la ronde éliminatoire. Elle a battu la République tchèque en quarts de finale, mais a vu sa route s'arrêter contre la Russie en demi-finale.

Malgré ces 52 victoires consécutives en ronde préliminaire, les Suédois n'ont mis la main que sur une seule médaille d'or. Avant le duel contre la Russie, ils montraient une fiche de 6-5 en demi-finale au cours de cette séquence - selon les statistiques compilées par le collègue de RDS, Stéphane Leroux.

Avec cet autre échec, ils auront rendez-vous avec la Finlande dans le match pour la médaille de bronze.

« Je me sens comme de la merde, a déclaré le défenseur Rasmus Sandin, auteur de deux buts et deux aides au cours de la rencontre. Ils ont marqué un but de plus que nous, donc je ne peux pas être satisfait de mon match. »

Et comme un malheur ne vient jamais seul, les Suédois pourraient être privés des services de l'attaquant Nils Hoglander pour le match de la médaille de bronze.

Le meilleur marqueur de l'équipe avant les matchs de la journée (cinq buts, cinq passes) a été expulsé du match pour avoir donné un coup à la tête de l'attaquant russe Grigori Denisenko en première période, et il ne serait pas surprenant que le comité de discipline de la FIHG sévisse à son endroit.

Tweet from @TSN_Sports: More information

Le Kazakhstan ne veut pas mourir

Après la victoire facile de 4-0 qu'ils avaient signée dans le premier match de la série de relégation au meilleur de trois matchs, on s'attendait à ce que les Allemands complètent le balayage face au Kazakhstan sans problème. Le gardien Vladislav Nurek en a décidé autrement avec une performance de 43 arrêts.

Les Kazakhs ont pris les devants 2-0 au cours des deux premiers engagements et ont ajouté deux autres buts au dernier tiers pour signer leur première victoire du tournoi par la marque de 4-1 - à un moment fort important. Les deux équipes croiseront le fer, dimanche, dans un match décisif.

« Je suis reconnaissant envers mes coéquipiers qui m'ont beaucoup aidé aujourd'hui en inscrivant plusieurs buts, a indiqué Nurek. C'est la raison pour laquelle nous avons gagné. »

L'équipe qui s'inclinera dimanche sera reléguée en division 1, l'an prochain. Il s'agirait d'une immense déception pour l'Allemagne, qui en est à sa première présence dans le groupe mondial depuis 2015. L'Autriche prendra la place de l'équipe reléguée lors du prochain tournoi.

Stützle sur la touche

Les Allemands n'ont pas voulu trouver d'excuse pour cet étonnant revers, mais on peut conclure que l'absence de l'attaquant Tim Stützle leur a fait mal. Considéré comme l'un des meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH, le jeune prodige souffrait d'un virus et n'a pu prendre part au match.

L'attaquant avait amassé cinq mentions d'aide en cinq matchs jusqu'ici. On ne sait toujours pas s'il sera en uniforme pour le match ultime de la série de relégation. Quoi qu'il en soit, le capitaine Moritz Seider a envoyé un message bien clair au Kazakhstan.

« Tout ce qui importe, c'est de gagner ce match, peu importe la manière, a-t-il dit. Ils n'auront pas un pouce d'espace et nous serons prêts. Nous allons gagner toutes les batailles. Nous allons être les meilleurs devant le filet. Nous serons difficiles à affronter. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.