Skip to main content

Christopher Gibson profite de chaque moment

L'ancien des Saguenéens a été presque intraitable, mais n'a pu freiner la glissade des Islanders

par Tim Campbell @TimNHL / Journaliste NHL.com

EDMONTON -- Christopher Gibson a été solide à ses deux départs devant le filet des Islanders de New York cette saison, les deux dans la dernière semaine, mais il n'a pas été en mesure de freiner la glissade des siens.

Gibson montre une fiche de 0-2-2, une moyenne de buts alloués de 1,88 et un taux d'efficacité de ,953 en deux matchs. Il a réalisé 35 arrêts, mais a alloué deux buts en tirs de barrage et les Islanders ont perdu 2-1 face aux Oilers d'Edmonton, jeudi.

Les Islanders ont donc une fois de plus perdu du terrain dans la course aux séries en encaissant un huitième revers de suite (0-4-4). La troupe de Doug Weight (29-29-10, 68 points) est à sept points des Blue Jackets de Columbus et de la deuxième place de quatrième as dans l'Est.

Le gardien de 25 ans, un ancien des Saguenéens de Chicoutimi (LHJMQ), a amorcé deux des trois derniers matchs des New-Yorkais. Face aux Penguins de Pittsburgh, samedi, il a repoussé 47 arrêts - un record pour un gardien recrue finlandais - mais a dû baisser pavillon 3-2 en prolongation.

« J'ai été assez chanceux pour affronter des gros joueurs dans mes quelques départs dans la LNH donc c'est excitant, a admis Gibson. Mais c'est frustrant d'échapper un point chaque fois. »

Six de ses 35 arrêts face aux Oilers sont survenus en prolongation et il a dû tenter de freiner Connor McDavid sur un tir de punition, ce dernier touchant le poteau gauche.

Video: NYI@EDM: McDavid rate sa chance de trancher le débat

L'attaquant vedette a inscrit son 31e but de la saison avec 1:50 à faire à la troisième période pour forcer la tenue d'une prolongation. Gibson a été malchanceux sur ce but puisque la passe de McDavid a dévié sur son défenseur Brandon Davidson et sur son masque avant de franchir la ligne rouge.

Le capitaine des Oilers a fait la différence en tirs de barrage quand il a effectué plusieurs feintes avant de déjouer Gibson sur son côté éloigné.

« C'est un excellent joueur, a dit le gardien à propos de McDavid. Il a beaucoup de vitesse. C'est ce que je peux dire. Il a de bonnes mains rapides. Il a effectué une feinte et j'ai mordu. C'est ce qui s'est produit. »

Video: NYI@EDM: McDavid contourne Gibson en fusillade

Gibson a été rappelé de Bridgeport dans la Ligue américaine le 19 février après que le gardien Thomas Greiss eut subi une blessure. Sa route vers la LNH a été longue.

Né à Karkkila, en Finlande, il a grandi à une soixantaine de kilomètres d'Espoo. À l'âge de 15 ans, il a étudié au Athol Murray College of Notre Dame à Wilcox, en Saskatchewan, pour jouer au hockey et a été sélectionné par les Saguenéens au repêchage européen de 2009.

Il a ensuite été réclamé au deuxième tour (no 49) par les Kings de Los Angeles en 2011, mais n'a jamais signé de contrat avec la formation californienne. Il l'a fait avec les Maple Leafs de Toronto en tant que joueur autonome en juillet 2013. Toronto l'a ensuite échangé aux Islanders en compagnie de quelques espoirs pour faire l'acquisition de Michael Grabner en septembre 2015.

Il a passé du temps dans la ECHL et dans la Ligue américaine, lui qui n'a joué que quatre autres matchs dans la LNH avec les Islanders en 2015-16. Gibson parle le finnois, l'anglais et le français (avec l'accent saguenéen!) et a donné des entrevues dans chaque langue à Edmonton.

« Ç'a été un chemin long et ardu, pour être honnête, a-t-il relaté. Ça n'a pas été facile et c'est pourquoi je profite de chaque moment, de chaque minute et de chaque occasion qu'on me donne. J'ai encore des choses à travailler pour atteindre le niveau que je vise. »

Gibson a pourtant offert aux Islanders le genre de prestations dont ils auront besoin s'ils espèrent revenir dans la course aux séries.

Mais la frustration était tellement grande, jeudi, que l'entraîneur Doug Weight n'a même pas pu apprécier le travail de son jeu gardien et dire s'il allait obtenir plus de départs d'ici la fin de la saison.

« C'est la deuxième chose la plus difficile à faire après une défaite comme celle-là, a-t-il dit. La première, c'est de me faire coller une caméra au visage après une huitième défaite de suite. C'est ce que j'ai le plus de difficultés à gérer personnellement. Je ne suis pas bon pour ça. »

Les Islanders affronteront les Flames de Calgary au Scotiabank Saddledome dimanche et disputeront ensuite neuf de leurs 13 dernières rencontres à domicile.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.