Skip to main content

Chris Kunitz est le héros des Penguins dans le match ultime contre Ottawa

Il touche la cible en deuxième période de prolongation pour permettre à Pittsburgh d'avoir la chance de défendre son titre

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

PITTSBURGH - La rondelle n'a pas quitté la lame du bâton de Chris Kunitz de manière parfaite, alors elle a tournoyé sur elle-même et a semblé avoir des yeux.

Mais ce sont souvent des tirs bizarres comme celui-là qui mettent fin à des matchs marathons comme celui-là, et qui font de joueurs comme Kunitz des héros, lui qui a marqué à 5:04 de la deuxième période de prolongation pour procurer aux Penguins de Pittsburgh une victoire de 3-2 contre les Sénateurs d'Ottawa dans le match no 7 de la finale de l'Association de l'Est au PPG Paints Arena jeudi.

Les Penguins avancent maintenant en Finale de la Coupe Stanley où ils croiseront le fer avec les Predators de Nashville à partir de lundi au PPG Paints Arena. Ils deviennent ainsi la première équipe à avoir la chance de défendre son titre depuis les Red Wings de Detroit en 2009, et le but de Kunitz permet aux siens de conserver leurs chances de devenir la première équipe à remporter la Coupe Stanley deux années de suite depuis les Red Wings en 1998.

« C'est agréable de pouvoir apporter sa contribution, a indiqué Kunitz, mais nous savons tous qu'il s'agit d'un sport d'équipe, et que nous allons tous devoir apporter notre contribution à un moment ou à un autre. »

Bien que les coéquipiers de Kunitz apprécient ce qu'il a fait pour aider les Penguins à se rendre là où ils sont, ce dernier aurait pu se demander s'il apportait sa contribution jusque-là. Il n'avait pas encore fait vibrer les cordages depuis le début des séries éliminatoires de la Coupe Stanley avant jeudi.
 
Mais avec la saison des Penguins en jeu, ainsi que leurs espoirs de défendre leur titre, Kunitz a marqué deux fois, d'abord sur une descente à 2-contre-1 avec Conor Sheary pour ouvrir la marque à 9:55 de la deuxième période, puis d'un tir sur réception depuis le haut du cercle gauche pour mettre fin au match.

« Il a cette capacité de bien jouer dans les matchs importants, et il accomplit tellement de petites choses, dont plusieurs passent probablement inaperçues, a souligné le capitaine des Penguins Sidney Crosby. Je ne crois toutefois pas que ces deux buts vont passer inaperçus. »

Il était approprié que Crosby prépare le but gagnant de Kunitz en surtemps. Il a préparé tellement de lancers sur réception de Kunitz au cours des neuf saisons qu'ils ont disputées comme coéquipiers qu'ils anticipent ce que l'autre va faire. Le 16 février dernier, le 1000e point en carrière de Crosby dans la LNH a été le résultat d'une mention d'aide sur un but de Kunitz, inscrit d'un tir sur réception dans un gain de 4-3 en prolongation contre les Jets de Winnipeg. 

Il s'agissait du dernier but de Kunitz cette saison, du moins avant jeudi. L'enjeu était bien plus élevé cette fois.
 
Les Penguins ont tout fait pour déjouer le gardien des Sénateurs Craig Anderson, et ce dernier les a frustrés en réalisant arrêt après arrêt. Il semblait de plus en plus possible qu'Anderson vole le match comme il avait volé la victoire des Sénateurs 2-1 dans le match no 6 à Ottawa mardi, avant que Kunitz ne fasse mouche sur le 42e tir du match des Penguins. 

Après avoir accepté une passe de Justin Schultz dans le cercle gauche, Crosby s'est rendu en fond de territoire avant de revenir sur ses pas et de repérer Kunitz, qui avait trouvé un peu d'espace et qui était prêt à dégainer. Crosby a glissé mollement le disque du revers à un endroit parfait pour un tir sur réception. 

« Il voulait la rondelle, a noté Crosby. Je pouvais le dire de la manière dont il tenait son bâton. Il s'est arrêté à cet endroit. Il voulait décocher un puissant tir, et je ne sais pas à quel point il a fait un bon contact, mais il a placé le disque au bon endroit. »

La rondelle a papillonné, passant sous le bras du centre des Sénateurs Jean-Gabriel Pageau, qui se trouvait dans l'enclave et qui voilait la vue d'Anderson. Accroupi afin de voir la rondelle, Anderson a joué les pourcentages et s'est placé en position papillon, mais le disque a pénétré dans le filet par-dessus son épaule droite.

« On dirait qu'il y avait un bon écran devant le gardien, Le gardien a semblé s'agenouiller, a décrit Kunitz. La rondelle a simplement trouvé son chemin jusqu'au fond du filet. Il arrive que l'on soit chanceux lorsque l'on dirige le disque au filet. »

Les cordages ont vibré lorsque la rondelle les a touchés, ce qui a lancé la célébration des Penguins alors que la foule a explosé de joie. Après plus de 85 minutes de hockey très stressant, le premier sentiment ressenti par Crosby a été le soulagement.

« C'est simplement l'un de ces matchs où les enjeux sont très élevés et où tout peut arriver, a-t-il expliqué. Alors je ressens du soulagement et de l'excitation de passer en Finale de la Coupe Stanley. »

Les Penguins ont à nouveau compris au cours de cette série pourquoi il est si difficile de défendre son titre. Ils ont dominé les Sénateurs pendant de longues séquences, surtout au cours des quatre derniers matchs, mais ne pouvaient se débarrasser d'eux.

Le match no 7 a été un microcosme de cela, et les échanges de buts entre les deux équipes ont fait de cet affrontement un classique instantané. 

Après le premier but de Kunitz qui donnait les devants à Pittsburgh 1-0, Mark Stone a riposté 20 secondes plus tard pour créer l'égalité 1-1. Le but de Schultz en avantage numérique avec 8:16 à écouler en troisième période a placé les Penguins en avant 2-1, mais les Sénateurs ont répliqué à nouveau par l'entremise de Ryan Dzingel avec 5:19 à écouler. 

Les Penguins ont dominé les Sénateurs 8-2 dans la colonne des tirs dans la première période de prolongation et ont obtenu plusieurs chances de marquer, sans que la rondelle pénètre dans le filet. Phil Kessel a foncé au filet avec 3:32 à écouler à la première période de surtemps, et la rondelle a touché Anderson, la barre transversale et le dessus du filet avant de revenir sur la glace. 

À ce moment, il aurait été compréhensible que les Penguins commencent à se demander si ce n'était simplement pas leur soirée. Ils ont toutefois persisté, et quand le tir de Kunitz s'est finalement frayé un chemin jusque dans le filet adverse, il a écrit son nom dans le livre d'histoire des séries éliminatoires de la Coupe Stanley aux côtés de celui de l'attaquant des Rangers de New York Stéphane Matteau, qui était le dernier joueur à marquer en deuxième période de prolongation dans un match ultime - contre les Devils du New Jersey - ce qui a permis à son équipe d'avancer en Finale de la Coupe Stanley en 1994.

« Il arrive parfois qu'une malchance provoque un but qui met fin à votre saison, a évoqué Kunitz. Je suis donc heureux que notre saison ne soit pas encore terminée. Nous avons un autre défi devant nous, et une autre chance de remporter la Coupe. »

En voir plus