Skip to main content

Cérémonie émouvante des Panthers pour les victimes de Parkland

L'équipe rend hommage aux 17 personnes tuées et cherche à aider la communauté à panser ses plaies

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

SUNRISE, Floride - Roberto Luongo a sauté sur la patinoire et s'est dirigé sous les projecteurs en tenant un microphone. Il a pris une longue respiration et tentait de retenir ses larmes alors que les partisans scandaient « LOUUUU! »

À cet instant, il n'était pas que le gardien des Panthers de la Floride quelques moments avant leur match contre les Capitals de Washington au BB&T Center, jeudi. Il n'était pas qu'un résident de Parkland, en Floride, où il habite depuis une décennie et où il compte passer le reste de sa vie. Il était également un parent inquiet.

« L'heure est venue pour nous d'agir en tant que communauté, a insisté Luongo. C'est tout. Nous en avons marre. Il faut que nous passions à l'action. »

Il y a huit jours, les Panthers étaient en plein coeur d'un périple à l'étranger pour affronter les Canucks de Vancouver. Après avoir quitté la patinoire à la suite de la séance d'entraînement matinal, Luongo a reçu une alerte sur son cellulaire. L'école de son fils Gianni, 7 ans, était en état de confinement.

Luongo a appris plus tard qu'il y avait un tireur à l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas à Parkland, à environ un kilomètre de l'école de Gianni, à cinq kilomètres du complexe d'entraînement des Panthers à Coral Springs, et à 22 kilomètres du BB&T Center.

Video: Les Panthers rendent hommage aux victimes de Parkland

Gianni a dû passer trois heures caché dans un placard avec ses camarades de classe, mais il était en sécurité, tout comme l'épouse de Luongo, Gina, et leur fille Gabriella, 10 ans, qui était absente de l'école en raison d'un rendez-vous chez le médecin.

Dix-sept personnes, dont 14 adolescents, ont été tuées dans l'attentat.

Jeudi marquait le premier match des Panthers à domicile depuis l'incident. Quand l'entraîneur Bob Boughner a appris que Luongo allait faire un discours pendant la cérémonie avant le match, il s'inquiétait. Il a demandé à Luongo s'il allait être en mesure de gérer cette responsabilité.

« Il n'aurait pas accepté un "non" comme réponse, a admis Boughner. Il m'a dit, "Non, il faut que je le fasse". »

Et donc, dans le même amphithéâtre où CNN a télédiffusé un forum mercredi, Luongo a parlé à coeur ouvert.

« Je ne voulais pas réciter des paroles préparées, a expliqué Luongo après le match. Je voulais exprimer mes plus sincères pensées. »

Aux familles des victimes…

« Ça fend le coeur. Vous êtes tous dans nos pensées. Nous pensons à vous constamment depuis une semaine, et si vous avez besoin de n'importe quoi, nous serons là pour vous. Vous resterez dans nos prières, et j'espère que nous pourrons aller de l'avant ensemble. »

Aux professeurs qui se sont placés en danger…

« Certains d'entre eux ont perdu leur vie en protégeant les enfants. Ça, c'est la qualité d'un vrai héros. »

Aux étudiants qui se sont fait entendre au cours de la dernière semaine…

« Je suis tellement fier de vous. Vous êtes courageux. Vous êtes une source d'inspiration pour nous tous, et au bout du compte, vous nous donnez de l'espoir pour l'avenir. »

Parmi les spectateurs dans les gradins se trouvaient des membres des deux équipes de hockey de l'école Stoneman Douglas. Un joueur, Jesse Guttenberg, a perdu sa sœur Jamie dans l'attentat.

« Que de larmes », a dit Bonnie Hauptman, gérante des deux équipes. Deux de ses enfants sont étudiants à Stoneman Douglas. « De l'écouter parler et de savoir à quel point il est touché au cœur comme résident de la communauté et aussi comme parent…

« Il n'y a pas de mots qui décrivent l'horreur que nous avons vécue, et tout le monde le ressentait. Mais quand des enfants sont impliqués et que l'on se met à la place de quelqu'un d'autre et que l'on se dit, "Cela aurait pu être mon enfant"…

« Ses paroles ont touché au cœur. »

*****

D'autres joueurs des Panthers habitent à Parkland et ont des enfants qui vont à l'école. Certains membres de l'organisation ont été des diplômés de Stoneman Douglas. Boughner a avoué que tout le monde semblait connaître une personne affectée par l'incident.

Ils voulaient faire tout leur possible.

« Notre privilège est de diriger cette équipe au bénéfice de la communauté et de tous ceux qui en font partie, a déclaré le propriétaire des Panthers Vincent Viola. Les Panthers de la Floride devraient représenter les meilleurs aspects de notre communauté. »

Les Panthers ont organisé une collecte de sang pour aider à réapprovisionner des banques de sang locales. Huit autobus ont été stationnés dans le terrain de stationnement du BB&T Center jeudi, chacun d'entre eux équipé de quatre lits, pour permettre aux résidents de faire des dons entre midi et 19 h. Six autres lits ont été placés dans l'aréna afin que des partisans puissent faire un don entre 18 h et le deuxième entracte. L'équipe a collecté 377 pintes.

Les sièges étaient remplis de personnes -- des partisans des Panthers et des Capitals de partout dans la région du sud de la Floride -- attendant leur tour alors que le soleil commençait à se coucher.

Corey Beale, 40 ans, qui a reçu son diplôme de Stoneman Douglas en 1996, a assisté au match avec son fils Ryan, 12 ans, qui va à la West Glades Middle School, à côté de Stoneman Douglas. Ryan et ses camarades de classe ont pu entendre les coups de feu. Ils ont été confinés pendant plus de trois heures et demie.

« Tu penses que ça ne t'arrivera jamais, mais quand ça se passe, ça ouvre les yeux, a dit Corey. Je pense que les membres de cette communauté veulent soutenir tous leurs voisins et s'unir pour une bonne cause. »

Alors que Corey attendait son tour pour donner du sang dans un chandail d'Aleksander Barkov, Ryan a signé une bannière « MSD STRONG », lui qui portait un chandail de Jaromir Jagr décoré d'un ruban Stoneman Douglas. La bannière, qui sera donnée à l'école, était remplie de messages.

Quel était le message de Ryan?

« Bon courage. »

Les Panthers ont enlevé tous les panneaux publicitaires de la rampe et du tableau d'affichage dans l'aréna afin de les remplacer avec le logo de Stoneman Douglas et des panneaux « MSD STRONG ».

Le personnel de l'équipe portait des T-shirts et des autocollants Stoneman Douglas. Les joueurs de chaque équipe portaient des casquettes Stoneman Douglas pendant la période d'échauffement. Les Panthers arboraient des autocollants Stoneman Douglas sur leur casque et un écusson « MSD » sur les manches. Ils continueront de les porter pour le reste de la saison.

La Florida Panthers Foundation a collecté des fonds pendant la collecte de sang et le match. Les dons et la somme collectée dans le cadre du tirage 50/50 seront versés au Stoneman Douglas Victims Fund par le biais de la Broward Education Foundation. La fondation et la LNH ont égalé la somme collectée et ont versé 50 000 $ au tirage. Le total final : 96 615 $.

« Quand les Panthers peuvent prendre part du processus de guérison dont une communauté a désespérément besoin à la suite d'une tragédie tellement horrible, ils posent des gestes comme ceux de ce soir », a déclaré le commissaire de la LNH Gary Bettman.

*****

Les lumières se sont éteintes.

Les Panthers et les Capitals sont tranquillement sortis des vestiaires avant de se rendre aux bancs. Une vidéo a été présentée sur le tableau d'affichage, montrant des veillées à la bougie et le nom des 17 victimes.

Un après l'autre, en ordre alphabétique, les victimes sont apparues au tableau -- des fils, des filles, des professeurs. Chaque nom était accompagné d'une photo et d'un âge. Chacun était accompagné par un résumé d'une vie écourtée trop vite.

Alyssa Alhadeff, 14 ans.

Scott Beigel, 35 ans.

Martin Duque, 14 ans.

Nicholas Dworet, 17 ans.

Aaron Feis, 37 ans.

Jaime Guttenberg, 14 ans.

Chris Hixon, 49 ans.

Luke Hoyer, 15 ans.

Cara Loughran, 14 ans.

Gina Montalto, 14 ans.

Joaquin Oliver, 17 ans.

Alaina Petty, 14 ans.

Meadow Pollack, 18 ans.

Helena Ramsay, 17 ans.

Alex Schachter, 14 ans.

Carmen Schentrup, 16 ans.

Peter Wang, 15 ans.

« J'ai regardé ces images sur l'écran géant, et certains de ces enfants m'ont fait penser à mes propres enfants », a avoué Luongo.

Leurs noms ont été projetés sur la patinoire. La vidéo s'est terminée avec les logos de Stoneman Douglas et des Panthers, côté à côté, avec le message « WE STAND WITH YOU » (« nous sommes avec vous »).

Randy Moller, un ancien joueur des Panthers devenu commentateur de l'équipe, a fait un bref discours, mentionnant « la charge et la responsabilité d'agir de manière proactive » afin d'assurer que ce genre de tragédie ne se reproduise jamais.

« Jurons de travailler ensemble dans l'amitié, en harmonie, dans l'unité, pour le bien de l'humanité, de notre pays et de nos enfants vivants et morts, a dit Moller. C'est seulement ensemble que nous pouvons apporter à notre communauté les changements recherchés. »

Moller a ensuite demandé un moment de silence. Aucun bruit ne s'est fait entendre pendant plus d'une minute et demie.

Les noms ont disparu, l'un après l'autre. Martin Florez, 9 ans, a chanté « God Bless America », Luongo s'est adressé aux partisans, puis une chorale de l'école a interprété l'hymne national.

Les Panthers ont ensuite joué la chanson « Home » de Phillip Phillips.

Au lieu de leur liste de chansons habituelle, les Panthers ont décidé de commémorer cette occasion spéciale avec 158 chansons qui évoquait les thèmes de la maison, de la positivité et l'unité.

Le défenseur des Panthers Keith Yandle a regardé vers les gradins pour repérer son épouse Kristyn et leurs deux jeunes filles Mila, 6 ans, et Lola, 4 ans.

« Pour ma part, je pensais à tous ceux qui ont été touchés par l'incident, a dit Yandle. Nos pensées et nos prières sont assurément avec eux, mais du début jusqu'à la fin, ce fut une journée chargée d'émotion. »

*****

Et puis, d'une manière ou d'une autre, ils ont joué au hockey.

Luongo a admis avoir eu des difficultés à se concentrer pendant les 10 premières minutes. Il a toutefois effectué 33 arrêts et les Panthers sont venus de l'arrière en troisième période.

L'attaquant Nick Bjugstad a créé l'égalité 2-2 avec 3:42 à jouer. Puis l'attaquant Vincent Trocheck a inscrit le but décisif en avantage numérique avec 20 secondes restantes au tableau.

« C'était émouvant, a dit Trocheck. Très émouvant. C'était un match important - de fortes paroles avant le match par [Luongo] et un message fort derrière le match. »

Après la victoire de 3-2, Trocheck s'st promené avec un bâton partout dans le vestiaire afin de collecter des autographes pour l'école. Sur le manche du bâton se trouvaient les mots « WE ALL STAND WITH YOU » et « #MSDSTRONG ».

Les entraîneurs et les joueurs de Stoneman Douglas ont pris une photo dans le couloir avant d'entrer dans le vestiaire pour rencontrer les joueurs des Panthers. Ils riaient. Ils souriaient. Ils participeront aux championnats de l'État à partir de vendredi à Estero.

« C'était formidable de réunir les garçons ici pour quelque chose… », a dit Hauptman, sa voix faiblissant alors qu'elle cherchait les bons mots.

« Une façon positive, non seulement de célébrer, mais de commémorer la tragédie que nous avons vécue. C'était beau. C'était saisissant. C'était émouvant. Et surtout, c'était une soirée pleine de dignité. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.