Skip to main content

Carte postale de la Finale : Boston

Une statue attire particulièrement l'attention ces jours-ci dans l'une des plus belles villes d'Amérique

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

BOSTON - New York a la statue de la Liberté, Paris a la tour Eiffel, San Francisco a le pont du Golden Gate. Boston a bien sûr son centre-ville moderne qui se marie à la perfection avec son quartier historique, mais elle a surtout l'iconique statue de Bobby Orr.

Bon, peut-être qu'on exagère un tout petit peu en la comparant aux plus grands monuments du monde, mais elle est assurément un lieu de pèlerinage pour tous les amateurs de hockey - surtout pour ceux des Bruins.

À LIRE : Les Bruins se préparent sans Chara | Les Bruins s'inspirent du passé« Big Bird », la carte cachée des Blues | La tasse de café LNH : Retour sur la Finale et la Séance d'évaluation

Chaque fois qu'on met les pieds au TD Garden, on constate une longue file de personnes voulant se faire prendre en photo avec la statue, qui immortalise le vol plané qu'a fait le légendaire défenseur après avoir inscrit le but gagnant en prolongation qui a offert la Coupe Stanley aux Bruins en 1970.

Ironiquement, les Bruins avaient battu les Blues de St. Louis en quatre petits matchs. Quarante-neuf ans plus tard, les deux équipes sont à égalité 2-2 en Finale et disputeront le cinquième affrontement au TD Garden, jeudi (20h HE; TVAS, CBC, SN).

Dévoilée en 2010 et déménagée aux abords du pont Leonard P. Zakim Bunker Hill en 2016, la statue est sans doute l'un des monuments les plus photographiés à Boston. Elle a dû être retirée de son emplacement original à l'entrée ouest du TD Garden puisque l'amphithéâtre des Bruins se refait une beauté.

Des tours à condos et des tours de bureaux se greffent peu à peu au bâtiment tandis que le quartier autour est de plus en plus prisé. Pour habiter à quelques centaines de mètres de la statue, il pourrait vous en coûter au moins 750 000 dollars américains… pour un studio.

C'est hors de prix pour la majorité des gens, mais si jamais vous en avez les moyens (ou si vous gagnez le gros lot), l'emplacement est superbe.

À quelques centaines de mètres, un sentier longeant la rivière Charles, qui sépare Boston et Cambridge, vous permet de parcourir une bonne partie de la ville en admirant les voiliers et les oiseaux qui ne veulent pas se faire voler la vedette (voir photo).

C'est d'ailleurs le long de la rivière que la plupart des habitants de la ville passent les belles journées d'été. C'est le paradis des joggeurs - ils sont TRÈS nombreux -, des cyclistes, et de ceux qui veulent simplement accentuer leur bronzage.

Chose certaine, on ne s'ennuie pas à Boston. Surtout pas quand la ville vibre au rythme d'une équipe en Finale - ce qu'elle fait environ tous les trois mois. Et le meilleur dans tout ça, c'est que quand il n'y a pas de hockey, on peut toujours se déplacer au plus mythique stade de baseball au monde pour voir l'une des équipes les plus dominantes depuis le tournant des années 2000 (n'en déplaise aux partisans des Yankees).

Il y a vraiment pire que ça dans la vie!

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.