Skip to main content

Carnet d'espoir: Pierre-Olivier Joseph

Le défenseur des Islanders de Charlottetown entre dans le dernier droit avant les séries éliminatoires de la LHJMQ

par Pierre-Olivier Joseph / Collaborateur spécial LNH.com

Pierre-Olivier Joseph en est à sa deuxième saison avec les Islanders de Charlottetown dans la LHJMQ et il est considéré comme le deuxième meilleur espoir québécois en vue du repêchage 2017 de la LNH. Ce défenseur fiable vient au 41e rang des meilleurs patineurs nord-américains sur la liste de mi-saison du Bureau central de dépistage de la LNH. L'arrière de 6 pieds et 160 livres totalise six buts et 31 aides en 54 rencontres et maintient un différentiel de plus-15. Il a accepté de collaborer mensuellement avec l'équipe de LNH.com jusqu'au repêchage qui se tiendra à Chicago, les 23 et 24 juin.

 

Bonjour à vous amateurs de hockey,

Nous sommes présentement dans la dernière ligne droite de la saison et mon équipe est sur une très bonne lancée. Nous avons gagné nos six derniers matchs et notre fiche dans les 10 derniers (9-1-0) démontre qu'on ne prend aucune équipe à la légère. Nous y allons le tout pour le tout et on se prépare pour les séries.

Nous avons acquis beaucoup de joueurs à la date limite des transactions et il y a évidemment eu une période d'adaptation. On savait que les premiers matchs ne seraient pas faciles parce qu'on ne se connaissait pas, mais on reconnaît les bonnes équipes quand ça ne prend pas beaucoup de temps pour développer une chimie. Plus on se connaît, plus c'est facile de faire des sacrifices pour celui qui est à côté de toi.

C'est pourquoi nous sommes maintenant à trois points des Sea Dogs de Saint-Jean et du premier rang dans la ligue. Et à voir aller leur premier trio, je peux vous dire que ce sera une course assez serrée jusqu'à la fin de la saison. On veut tous finir au premier rang et avoir la meilleure position pour les séries, mais on veut surtout gagner pour se donner confiance. Si on a à se rendre loin en séries, il va falloir passer par-dessus les grosses équipes. En envoyant le message que nous ne sommes pas battus d'avance, je pense que ça peut nous aider mentalement pour les séries.

On sait que les Sea Dogs comptent sur de bons joueurs, notamment mon frère Mathieu, mais on sait qu'on peut rivaliser avec eux. Nous avons encore deux matchs à disputer contre eux d'ici la fin de la saison et nous voulons nous le prouver et le prouver aux autres équipes. L'amitié avec mon frère va attendre jusqu'après les matchs parce que la rivalité va être encore plus intense. C'est certain qu'on va se lancer des petites flèches parce qu'on est deux compétiteurs et qu'on veut tous les deux gagner.

Si on doit les affronter en séries, ce sera un défi de plus à relever pour atteindre la finale, une étape à franchir pour se rendre plus loin. Mais on verra bien rendu là.

De mon côté, ça se passe assez bien. J'ai la chance de jouer en duo avec Carl Neill (choix de cinquième ronde des Canucks de Vancouver en 2015). De le voir travailler chaque jour à l'aréna, son talent et son expérience, ça m'aide à savoir ce que je veux améliorer dans mon jeu.

Il y a aussi des gars comme Guillaume Brisebois (choix de troisième ronde des Canucks en 2015) et Nicolas Meloche (choix de deuxième ronde de l'Avalanche du Colorado en 2015) qui donnent aux plus jeunes des conseils, peu importe la situation. C'est vraiment le « fun » de leur part, ce sont aussi de très bonnes personnes à l'extérieur de la patinoire.

D'ici le mois d'avril, je me concentre sur un seul objectif : les séries.

À bientôt!

En voir plus