Skip to main content

Carey Price heureux comme un poisson dans l'eau

Le gardien vedette dit avoir franchi une barrière psychologique importante lundi

par Chris Stevenson / Correspondant LNH.com

OTTAWA -- Carey Price a pris le temps d'observer ses coéquipiers dans le vestiaire d'Équipe Canada, lundi, avant la seconde partie de la séance d'entraînement de l'équipe au Centre Canadian Tire.

Le gardien vedette des Canadiens de Montréal a raté les cinq derniers mois de la saison 2015-16 en raison d'une blessure ligamentaire au genou droit qu'il s'est infligée le 25 novembre 2015 au cours d'un match contre les Rangers de New York.

Price, qui a dit n'avoir eu aucun problème avec son genou lundi, a précisé qu'il a jeté un coup d'oeil afin de savourer la chance qu'il se voie offrir de porter de nouveau les couleurs de son pays.

« Ça m'a effleuré l'esprit avant qu'on retourne sur la glace pour les exercices des unités spéciales, a-t-il élaboré. Vous regardez autour de vous et vous vous dites : 'c'est pas mal cool d'être ici'. Enfant, vous rêvez souvent de vous retrouver dans une situation semblable, de regarder autour de vous et de penser que c'est pas mal cool… »

Price, âgé de 29 ans, a aidé le Canada à remporter la médaille d'or aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014, en ne cédant que trois buts en cinq matchs - cinq victoires.

Il avait fait savoir que son genou était complètement rétabli environ un mois après la fin de la saison régulière. Il a admis lundi qu'il lui a fallu beaucoup plus de temps avant de ravoir la confiance que tout était correct, qu'il n'avait plus rien à craindre.

Il a recommencé à patiner au cours de la première semaine d'août, soit quelques semaines plus tôt qu'à l'accoutumée, à Kelowna, en Colombie-Britannique.

Il a reconnu avoir fait un pas de géant, lundi.

« Je me suis soumis à de bonnes séances d'entraînement à Kelowna, mais rien de comparable à celle d'aujourd'hui, a-t-il relevé. C'était rapide et vif. Tout a bien été. C'était une joie d'être sur la glace. J'arborais un grand sourire sur la glace. J'étais très heureux d'être avec les gars.

« J'ai le sentiment d'avoir franchi cette barrière psychologique à la suite d'une bonne séance comme celle-là et je suis maintenant fin prêt. »

Le directeur général d'Équipe Canada Doug Armstrong a mentionné que Price n'aurait pas été invite au camp si on avait eu le moindre doute quant à son état de santé.

« Tout le monde doit être prêt à jouer. Des tournois semblables ne sont pas une sinécure, a dit Armstrong. Nous allons disputer deux matchs fort intenses dès cette semaine (contre Équipe États-Unis les 9 et 10 septembre). Ce ne serait pas une bonne chose de faire appel à des joueurs qu'on ne peut pas envoyer dans le feu de l'action. Si vous êtes ici, c'est parce que vous êtes prêt à jouer dès la première occasion. Carey savait tout ça au moment d'accepter l'invitation.

« Nous sommes très à l'aise avec le fait que Carey soit fin prêt et il est lui-même très à l'aise avec la situation. »

Price apprécie qu'on lui ait permis de vite retrouver ses réflexes et ses repères en stoppant des tirs à l'entraînement décochés par plusieurs des meilleurs joueurs au monde.

« Je me retrouve vite dans la marmite, c'est positif. Nous avons suffisamment de temps afin de retrouver un bon rythme avant le début du tournoi. Tout le monde avait hâte de briser la glace. »

La prochaine étape pour Price sera de disputer un match préparatoire. Équipe Canada va se mesurer à Équipe États-Unis au Nationwide Arena de Columbus vendredi (19h HE; ESPNU, SN, TVA Sports) et au Centre Canadian Tire samedi (19h HE; ESPN3, SN, TVA Sports).

Price s'attend de livrer un de ces deux matchs au complet.

« Je suis fébrile à l'idée de disputer un premier match, de me retremper dans ma routine habituelle et dans l'atmosphère des matchs. En ayant joué plus de 400 matchs dans la LNH, les automatismes devraient vite revenir. »

En voir plus