Skip to main content

Capitals et Penguins insatisfaits malgré leur fiche

Washington et Pittsburgh cherchent tous deux à élever leur niveau de jeu

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

WASHINGTON - Un peu plus d'un mois après le début de la saison, les Capitals de Washington et les Penguins de Pittsburgh se trouvent presque dans la même situation.

Les deux équipes montrent une fiche de 10-4-2, ce qui est plus que respectable, mais aucune d'entre elles n'est satisfaite de la manière dont elle a joué au cours de ses 16 premiers matchs.

Les Capitals se sentaient un peu mieux après avoir vaincu les Penguins 7-1 au Verizon Center mercredi. Il s'agit d'une victoire plus que la bienvenue, et il s'agissait de loin de leur effort le plus complet de la saison. Tout un contraste avec le jeu peu inspiré qu'ils avaient offert au cours de leur récente séquence de quatre matchs au cours de laquelle ils avaient conservé une fiche de 1-2-1 et inscrit un total de cinq filets.

Jouer contre un rival qui les avait éliminés des séries éliminatoires de la Coupe Stanley la saison dernière a fait ressortir le meilleur des Capitals, mais leur plus grand défi dans cette jeune saison sera de reproduire cet effort sur une base constante.

« Nous avons certaines attentes et nous devons retrouver un peu de joie dans notre jeu, a noté l'entraîneur Barry Trotz. Nous savons que nous pouvons jouer de manière constante, mais d'un autre côté, nous comprenons que nous devons continuer d'améliorer certaines facettes de notre jeu. Nous allons tenter de bâtir sur ces facettes et, espérons-le, arriver à notre apogée au bon moment et voir ce qui va se produire si nous participons aux séries éliminatoires. »

Après avoir remporté le trophée des Présidents et être à nouveau arrivés à court en séries éliminatoires la saison dernière, les Capitals savent très bien que peu importe le succès qu'ils connaissent en saison régulière, il sera accueilli avec scepticisme. Mais avec 66 matchs du calendrier régulier devant eux, ils devront combattre le sentiment qu'ils n'ont rien à prouver avant que le tournoi printanier ne se mette en branle.

« Nous sommes en bonne position au classement, mais d'un autre côté, j'ai le sentiment que nous n'avons pas encore joué au sommet de notre art », a avancé le centre Nicklas Backstrom après avoir égalé sa meilleure récolte en carrière avec cinq points en un match (deux buts, trois passes). « Peut-être que certains de nos meilleurs joueurs ne produisent pas encore à la hauteur de leur talent, et peut-être que nous pouvons bâtir un peu sur la confiance que va nous donner cette victoire. »

Ce fut facile de se motiver pour affronter les Penguins, les champions en titre de la Coupe Stanley, mais ce sentiment d'urgence n'était pas présent dans un revers de 5-1 contre les Hurricanes de la Caroline samedi. Bien que leur effort fut un peu plus convaincant dans leur défaite de 2-1 en prolongation aux mains des Blue Jackets de Columbus mardi, les Capitals savaient qu'ils n'étaient pas proches de jouer à leur plus haut niveau.

« L'une des choses les plus difficiles lorsque vous connaissez une saison régulière couronnée de succès l'an dernier avec essentiellement le même groupe, c'est de tenter de générer un peu plus ce sentiment d'urgence, a admis le gardien de Washington Braden Holtby. Je crois que les deux derniers matchs nous ont vraiment réveillés, du moins dans certaines facettes de notre jeu. C'est plus amusant lorsque nous jouons comme [mercredi] soir. »

Les Penguins voguaient sur une séquence de 7-1-1, mais, comme les Capitals, ils étaient toujours à la recherche de constance et de leur meilleur niveau de jeu tout en tentant d'éviter le « lendemain de veille » souvent associé à la conquête de la Coupe Stanley. Ils n'ont pas trouvé ce qu'ils cherchaient mercredi.

Phil Kessel a marqué alors qu'il restait 3:32 à écouler au temps réglementaire afin d'éviter qu'une victoire à sens unique devienne aussi un blanchissage, mais i n'y a pas grand-chose d'autre dont les Penguins peuvent se réjouir.

« Ce genre de match rend humble, a souligné l'entraîneur Mike Sullivan. Nous avons été embarrassés sur la glace, et cela rend humble de vivre une telle chose. J'espère que nous allons apprendre de cela et que nous allons nous assurer que cela ne se reproduise plus. »

Avant la saison, Sullivan s'est entretenu avec son personnel d'entraîneurs afin de discuter de toutes les embûches potentielles que pourraient rencontrer les Penguins dans leur quête de devenir les premiers champions de la Coupe Stanley à défendre leur titre avec succès depuis les Red Wings de Detroit en 1997-98. Les derniers champions en titre à atteindre la Finale de la Coupe Stanley ont été les Red Wings en 2008-09, alors qu'ils se sont inclinés devant les Penguins en sept matchs, alors ces derniers savent qu'il n'est pas facile d'aller aussi loin et de tout gagner à nouveau.

Conserver sa concentration pendant toute la longue saison régulière en l'un des tests les plus difficiles.

« Nous pouvons prédire certaines choses, et d'autres non, mais en tant que personnel d'entraîneurs, nous avons assurément eu des discussions à propos des défis potentiels que nous pourrions affronter tôt dans la saison et de la manière dont nous pourrions préparer notre équipe de manière proactive à y faire face », a évoqué Sullivan.

À un certain point, le long parcours des Penguins en séries éliminatoires la saison dernière risque de les rattraper, physiquement ou mentalement. À chacun des matchs, ils sont l'étalon de mesure de leur adversaire, alors le moindre relâchement au chapitre de l'intensité pourrait être coûteux.

Les Penguins se le sont fait rappeler de manière douloureuse contre les Capitals.

« Il y a des défis qui sont associés au fait de jouer tard au cours d'une saison, mais la conviction et la confiance en ce que nous avons besoin de faire et la compréhension de nos rôles, nous ne les remettons pas en question, a relevé le capitaine de Pittsburgh Sidney Crosby. Lorsque l'on parle d'équipes qui ont eu le même parcours, il arrive que la fatigue soit invoquée. Pour d'autres, c'est l'état d'esprit. […] Le classement est tellement serré que nous ne pouvons retirer notre pied de l'accélérateur. »

Lorsque la saison a commencé, il semblait très probable que les Capitals et les Penguins s'affrontent à nouveau en séries éliminatoires. Cela pourrait toujours arriver, mais en ce moment les deux meilleures équipes de l'Association de l'Est sont les Canadiens de Montréal (13-2-2) et les Rangers de New York (13-4-0).

Dans la section Métropolitaine, les Penguins et les Capitals sont pourchassés par les Rangers, les Devils du New Jersey (9-3-3) et les surprenants Blue Jackets (8-4-2).

Une fiche de 10-4-2 est bien selon la majorité des standards, mais les Capitals et les Penguins ont de la difficulté à être satisfaits de leur rendement jusqu'ici.

« Ce sera difficile cette saison, a avoué Trotz. Il y a quelques très bonnes équipes, surtout dans notre section. Dans l'Est, plusieurs formations sont très près les unes des autres. Il y a une longue saison devant nous. »

 

En voir plus