Skip to main content

Cale Makar a saisi sa chance de briller

Le défenseur des Bandits de Brooks se retrouve au 10e rang des meilleurs patineurs nord-américains sur la liste de mi-saison du Bureau de dépistage de la LNH

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Cale Makar aurait bien aimé avoir l'honneur de représenter son pays au Championnat mondial junior, mais il ne faisait pas partie des plans de la formation canadienne. Et c'est probablement la meilleure chose qui aurait pu lui arriver.

Plutôt que de mettre les voiles vers le camp d'évaluation d'Équipe Canada Junior à la mi-décembre, le défenseur des Bandits de Brooks, de la Ligue junior A de l'Alberta (AJHL), a enfilé l'uniforme unifolié au Défi mondial junior A pour la deuxième fois de sa carrière.

C'est là que sa saison a pris un tournant. Le petit arrière de 5 pieds 10 pouces et 175 livres a terminé au quatrième rang des meilleurs marqueurs du tournoi avec une récolte de huit points (quatre buts, quatre aides) en seulement quatre rencontres. 

« C'est le moment de briller dans ces évènements, a déclaré Makar en entrevue avec LNH.com. Plusieurs personnes regardent et c'est assez facile d'être remarqué.

« C'était mon objectif de participer au Championnat mondial, mais étant donné l'engouement que j'ai suscité après le tournoi, je crois que j'ai bien fait d'aller au Défi mondial. Je pense que j'étais à la bonne place. »

Et comment.

Moins d'un mois plus tard, son nom apparaissait au 10e rang des meilleurs patineurs nord-américains sur la liste de mi-saison du Bureau de dépistage de la LNH, « un message fort » envoyé par son directeur Dan Marr.

Pourtant, la plupart des observateurs ne le classaient même pas parmi les 30 meilleurs espoirs au mois de novembre.

« Les joueurs continuent de se développer au cours d'une saison et cette année, le développement de Cale a continué de respecter certaines projections et d'en dépasser d'autres, a expliqué Marr. L'évaluation continue et la comparaison aux autres joueurs de sa cuvée ont déterminé qu'il était l'un des meilleurs défenseurs en vue de l'encan 2017. »

Il faut dire que Makar n'obtient pas autant de visibilité que ses homologues qui évoluent dans la Ligue canadienne de hockey en jouant dans la AHJL. Repêché par les Tigers de Medecine Hat de la Ligue de l'Ouest (WHL) en 2013, il a préféré opter pour la voie qui lui ouvrira les portes de l'Université du Massachusetts et de la NCAA dès l'an prochain.

« Pour des raisons de développement, j'ai choisi la NCAA, a expliqué Makar. Je n'ai rien contre la WHL, mais le parcours de développement et le fait de consacrer plus de temps à l'entraînement hors glace était mieux pour un joueur de mon gabarit. »

Il semble en effet que sa petite taille ne soit pas si désavantageuse dans le circuit où il évolue, car le défenseur n'a certainement pas manqué de s'amuser à sa deuxième campagne avec les Bandits.

Il a récolté 24 buts - 14 de plus qu'à sa première saison - et 51 mentions d'aide en 54 rencontres, ce qui lui a valu le sixième rang des pointeurs de la ligue. Son équipe a également écarté toute compétition en terminant le calendrier régulier avec une fiche de 51-5-4 et un incroyable différentiel de plus-187.

« Les joueurs qui ont le talent et l'instinct naturel que Cale possède ne semblent jamais intimidés par le gabarit, a fait valoir Marr. Cale a un sens du hockey de niveau élite qui lui permet de contrôler le rythme du jeu, de le dicter et de l'influencer.

« Son véritable défi sera de jouer le même style à un rythme plus rapide dans les niveaux supérieurs et c'est ce sur quoi nos projections sont basées. »

Un demi-dieu

Le fait d'être le visage d'une équipe qui évolue dans un marché aussi restreint que celui de Brooks, un village de 15 000 habitants situé à l'ouest de Calgary, a aussi ses avantages. 

« C'est assez spécial d'évoluer ici, a lancé le principal intéressé. Quand on va en ville, on est traité comme des célébrités. Tout le monde te reconnaît partout où tu vas. C'est assez cool. Je suis un peu le numéro un ici. »

Mais être le centre d'attention vient aussi avec ses inconvénients, ou du moins avec un peu de pression.

Surtout que Makar pourrait devenir le joueur de la AJHL ayant été choisi le plus tôt au repêchage de la LNH dans l'histoire de la ligue. Celui qui détient le record est l'attaquant Joe Colborne, sélectionné au 16e rang en 2008 par les Bruins de Boston.

« J'aborde ça match par match, a indiqué Makar qui amorcera les séries éliminatoires cette fin de semaine. Je ne regarde pas beaucoup ce qui s'écrit en ligne, j'essaie de rester loin de ça. Mais mes coéquipiers sont toujours là pour me tenir au courant.

« Si tu veux te mettre de la pression avec tout ça, c'est très facile. Mais je suis un gars sérieux. Je traite le hockey comme un travail et quand ça arrivera, ça arrivera. J'ai quand même très hâte à ce moment. »

En voir plus