Skip to main content

Brian Gionta va retrouver son ancien compagnon de trio en Scott Gomez

LNH.com @NHL

MONTREAL - Brian Gionta compte bien retrouver, chez le Canadien de Montréal, la "chimie" qu'il avait développée avec Scott Gomez chez les Devils du New Jersey.

A cette époque, Gionta marquait plus de buts qu'il n'amassait d'aides. Comme en 2005-06, quand il avait enfilé 48 buts et ajouté 41 aides. Ou encore la saison suivante, quand il avait enregistré 25 buts et 20 aides.

Mais depuis que Gomez a quitté les Devils pour se joindre aux Rangers de New York, les statistiques de Gionta se sont inversées: 22 buts et 31 aides en 2007-08, puis 20-40 l'hiver dernier.

Etant donné qu'il pourra miser à nouveau sur la présence de Gomez, Gionta compte bien aider le Canadien en faisant ce qu'il fait de mieux, c'est-à-dire marquer des buts. C'est ce qu'il a indiqué jeudi après-midi, lors d'une conférence téléphonique.

"Je ne me fixe pas d'objectif précis en termes de chiffres, a souligné Gionta. Mais quand tu joues avec les bons joueurs... Scott (Gomez) et moi avons grandi ensemble au sein du programme de USA Hockey, nous avons établi une bonne chimie avec les Devils, alors c'est sûr que j'espère la retrouver à nouveau.

"Tout le monde sait à quel point Scott peut bien jouer. Il a une très bonne vision du jeu, c'est un excellent passeur."

Gionta a été l'ultime acquisition de Bob Gainey lors de la frénétique première journée d'activités du marché des joueurs autonomes, mercredi. Son embauche a suivi celles de l'attaquant Mike Cammalleri ainsi que des défenseurs Jaroslav Spacek et Hal Gill.

La veille, Gainey avait obtenu Gomez des Rangers dans une transaction impliquant Christopher Higgins.

Gionta réalise bien qu'il s'amène au sein d'une équipe qui comptera plusieurs nouveaux visages l'automne prochain. Il sera donc important que les joueurs s'adaptent les uns aux autres le plus rapidement possible.

"En partie ça se fait de façon naturelle et en partie ça dépend des styles de jeu de chacun, qui doivent bien se marier, a indiqué le vétéran de 30 ans. Il faut que les joueurs apprennent à être à l'aise avec l'un et l'autre. Ca aide quand il y a des amitiés qui se tissent. Mais la chimie dans le vestiaire, ça c'est le plus facile. C'est sur la glace que c'est davantage un défi, parce que c'est une question de jumeler différentes mentalités."

Gionta a été confronté aux préjugés quant à sa petite taille (cinq pieds sept pouces) depuis qu'il a commencé à jouer au hockey. Le fait que le Tricolore l'ait embauché en compagnie de Gomez et Cammalleri, deux autres athlètes de moins de six pieds, ne l'inquiète pas.

"J'ai dû composer avec ça toute ma vie, alors ce n'est rien de nouveau pour moi. Et ce n'est pas quelque chose que j'entrevois devenir un problème, a dit Gionta. Nous allons avoir une équipe très rapide, bien équilibrée."

Lorsqu'il a appris que Pat Burns, l'ancien pilote des Devils qui est maintenant commentateur à la radio, l'avait comparé à Martin St-Louis, Gionta s'est dit flatté.

"(St-Louis) est un excellent joueur, a-t-il noté. C'est d'autant plus flatteur que ça vient de Pat Burns, l'un des meilleurs entraîneurs à m'avoir jamais dirigé."

Le plus difficile

Gainey avait indiqué, mercredi, lors de son bilan de la journée, que Gionta avait été celui qui avait été le plus difficile à convaincre parmi les quatre joueurs autonomes embauchés. Le directeur général du Canadien avait alors noté qu'il n'était pas évident, pour un homme qui compte une famille de deux enfants, dont un garçon de quatre ans qui commencera bientôt l'école, d'envisager de déménager au Canada pour la première fois de sa carrière.

"La décision a été définitivement prise en tenant compte de l'avis des autres membres de la famille. Je voulais m'assurer qu'ils étaient prêts à l'accepter", a indiqué Gionta, en précisant que c'est l'aspect familial, plus que la présence de Gomez à Montréal, qui a davantage pesé dans la balance quant à sa décision de se joindre au Canadien.

"C'est vite devenu évident que c'était une bonne situation pour nous. Que ce soit au Canada ou aux Etats-Unis, quand il faut déménager, il faut une certaine période d'adaptation de toute manière", a souligné Gionta.

Il a reconnu qu'il a été difficile de quitter les Devils, l'équipe qui l'a repêché et avec laquelle il a disputé les sept premières campagnes dans la LNH.

"Absolument. Ca va me manquer, mais je commence un nouveau chapitre de ma vie, c'est un nouveau défi à relever."

La transition a été d'autant plus précipitée que les Devils ne lui ont pas fait d'offre concrète.

"Ils se sont renseignés à mon sujet, sans plus, a affirmé Gionta. Le Canadien a été l'équipe qui a manifesté son intérêt le plus rapidement. Deux autres équipes ont également été dans la course, tandis que deux autres ont exprimé un intérêt sans avancer d'offre."

On lui a fait remarquer qu'en passant des Devils à une équipe dirigée par Jacques Martin, la transition ne sera pas difficile à faire. Le club du New Jersey, tout comme le nouvel entraîneur du Canadien, exigent de leurs attaquants qu'ils soient solides en défensive. Gionta a acquiescé.

"J'ai beaucoup de respect pour (Martin) et la façon dont il dirige ses équipes, a dit Gionta. J'ai hâte d'entreprendre cette opportunité de jouer pour lui."

En voir plus