Skip to main content

Brendan Gallagher apprécie la nouvelle mouture du CH

L'attaquant ne tarit pas d'éloges à l'endroit de Shea Weber et d'Andrew Shaw

par Dave Stubbs @dave_stubbs / Chroniqueur NHL.com

MONTRÉAL - L'attaquant Brendan Gallagher a répondu à plusieurs questions de LNH.com au sujet des nombreux changements que les Canadiens de Montréal ont opérés au cours des dernières semaines :

 

Vous vous entraînez à Vancouver pendant l'été en compagnie de Milan Lucic qui, à titre de joueur autonome sans compensation, a préféré les Oilers d'Edmonton aux Canadiens. Dans le gymnase, avez-vous tenté de le convaincre de venir à Montréal?

« Nous en avons beaucoup parlé (rires). Ça allait de soi qu'au final, il allait prendre la meilleure décision sur le plan personnel et que je n'aurais rien à voir là-dedans. Je l'ai tout de même fait douter. Il y a quelques années, si vous lui aviez demandé pour quelle équipe de la LNH il ne jouerait jamais, il aurait répondu les Canadiens de Montréal (rires). Mais après lui avoir parlé au moment où il mûrissait sa réflexion, il n'a pas écarté la possibilité. Au bout du compte, le choix s'est fait entre deux équipes.

« Après que nous ayons fait l'acquisition de Shea Weber, je pense qu'il a été très intrigué. Il apprécie vraiment la façon de travailler de 'Berg' (le directeur général des Canadiens Marc Bergevin). Pouvez-vous imaginer Lucic dans un chandail des Canadiens, mais qui sait? Peut-être verra-t-on ça un jour. Ç'aurait été agréable de l'avoir avec nous, mais il ne pouvait pas laisser passer la chance de jouer sur le même trio que Connor McDavid. McDavid est déjà un des cinq joueurs les plus talentueux de la LNH et il pourrait bien être très bientôt le meilleur joueur au monde. »

 

Avez-vous eu l'occasion de discuter avec vos nouveaux coéquipiers, Shea Weber ou Andrew Shaw?

 

« J'ai discuté avec Shea, mais pas encore avec Andrew. Je ne connais pas vraiment Andrew, mais j'ai hâte de jouer avec lui. C'en est un autre avec lequel j'ai eu de bonnes batailles - comme équipe nous devons être plus coriaces. D'obtenir un joueur combatif comme lui… avec l'expérience qu'il a, tout le groupe en profitera énormément.

 

« Pour ce qui est de Shea, je suis très emballé de l'avoir dans notre équipe. Voyez combien il est efficace à l'attaque avec son tir, combien il est tenace et robuste en défense, il vous use. L'aspect leadership qu'il va apporter n'est pas à dédaigner. Nous sommes très enthousiastes d'accueillir ces deux joueurs et j'ai déjà hâte de commencer la saison. »

 

Shaw et vous êtes du même moule. De la façon que vous foncez vers le filet adverse afin d'embêter les gardiens, les Canadiens pourraient bien mener la ligue au chapitre des buts annulés…

 

« (Rires) Lui et moi devrons peut-être avoir une petite discussion sur le sujet, mais ce ne sera pas un problème. J'apprécie réellement le style de jeu d'Andrew et je le respecte. Ce n'est pas facile de jouer avec acharnement de la sorte à tous les matchs. Il a été un très rouage important des deux conquêtes de la Coupe Stanley des Blackhawks de Chicago Blackhawks (en 2013 et en 2015).

 

« Je suis convaincu qu'il va manquer aux Blackhawks. Nous sommes ravis de l'avoir avec nous. Nous savons qu'il va jouer un rôle important. Je suis assurément emballé. Je ne doute pas que la contribution d'Andrew ne se résumera pas qu'à rendre la tâche des gardiens misérable. Ça va être le 'fun'.

 

Avec votre compagnon de trio habituel Max Pacioretty, et Alex Galchenyuk à la position de centre, vous avez connu une courte séquence fructueuse à la fin de la saison, à la suite de votre retour au jeu d'une blessure à un genou. Croyez-vous amorcer la saison ensemble?

 

« C'est la décision des entraîneurs. Nous n'avons joué que quatre matchs ensemble. En mon absence, j'ai pu observer la belle complicité de Max et d'Alex. À mon retour, je n'avais qu'à me concentrer à faire mon travail et essayer de ne pas les ralentir (rires). Nous avons créé une belle cohésion. Nous apprécions de jouer ensemble. Nous n'hésitons pas à nous parler entre nos présences sur la glace afin de tenter de nous améliorer. Si nous pouvions reprendre là où nous avons laissé, ce serait une bonne chose pour l'équipe. »

 

L'éléphant dans la pièce, c'est l'échange de P.K. Subban aux Predators de Nashville, en retour de Weber. Avez-vous été surpris? Êtes-vous remis de vos émotions?

 

« On ne voit pas ça souvent, deux joueurs du calibre de P.K. et de Shea être échangés à un contre un. C'était possiblement la chose la plus surprenante. Ça (le dossier de Subban) retenait grandement l'attention et les rumeurs de transaction se multipliaient (rires). Au moment de l'échange, vous doutiez quelque peu qu'il se produirait quelque chose.

 

« Pour nous, d'accueillir Shea avec la réputation qu'il possède et tout ce qu'il a accompli… il est tellement constant et bon dans tous les aspects du jeu. Sur le plan offensif, vous devez respecter son redoutable lancer. Je le sais pour avoir joué contre lui. Vous devez demeurer tout près de lui, sinon il va vous faire mal. Et quand vous êtes près de lui, ça lui donne des possibilités de faire des jeux. Sur le plan défensif, ce n'est pas une sinécure de l'affronter. Il vous fatigue, il vous dirige vers les coins de patinoire et il veut vous faire passer une mauvaise soirée.

 

« Et puis, il y a son leadership. Vous ne faites pas une transaction semblable uniquement que pour le plaisir. Quand l'occasion se présente d'aller chercher un joueur qui peut tout faire de la trempe de Shea, eh bien, nous sommes emballés de le voir arriver. »

 

Compte tenu de la popularité de Subban à Montréal, Weber n'a pas encore été adopté par les partisans des Canadiens, avant même d'enfiler le chandail pour la première fois.

 

« Les partisans sont très passionnés et ils sont des connaisseurs. Tout est affaire de remporter des matchs et d'avoir du succès. Si, comme équipe, nous pouvons faire ça, tout le monde va comprendre l'importance que Shea peut avoir dans notre groupe. C'est à chacun de nous de faire sa part dans cette situation, et comme équipe.

 

« Nous avons confiance en nos moyens. Nous ne voulons pas revivre ce qui s'est passé la saison dernière. Les gars ont appris énormément et nous avons greffé de nouveaux venus qui ont gagné beaucoup de matchs au cours des dernières années. Nous nous attendions tous à des changements, mais rien ne changera si nous ne faisons pas le travail tous ensembles…

 

« Nous devons former un groupe fonctionnel. Nous devons nous serrer les coudes. Ça doit commencer dès la première journée du camp d'entraînement en septembre. Cette philosophie d'équipe doit se refléter dans tout ce que nous ferons. Nous irons alors de l'avant. »

 

Sur une note personnelle, P.K. se trouvait à quelques casiers de vous dans le vestiaire de l'équipe. Vous attendez-vous à ce que ce soit plus paisible dans votre coin?

 

« Ouais, ce serait peut-être bien (rires). Ça n'a pas réellement d'importance où se trouve P.K. dans le vestiaire parce que vous pouvez l'entendre de partout! »

En voir plus