Skip to main content

Brassard s'ajuste à son nouveau rôle chez les Penguins

Obtenu des Sénateurs par voie de transaction, le joueur de centre est prêt à tout faire pour gagner

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

BOSTON -- Derick Brassard s'est approché de la partie de cartes. C'est quelque chose qu'il avait fait avec les Blue Jackets de Columbus, les Rangers de New York et les Sénateurs d'Ottawa, les trois équipes dont il a porté l'uniforme avant d'être échangé aux Penguins de Pittsburgh, le 23 février. Et aussi, puisqu'il était entouré de nouveaux visages au sein de sa nouvelle équipe, c'était une façon de s'intégrer.

« C'était pas mal intéressant de voir Geno et Phil y aller à fond de train pendant une heure, a dit Brassard, en parlant d'Evgeni Malkin et Phil Kessel. C'était vraiment divertissant. »

Il savait que c'était là une façon de faciliter les choses pendant cette phase de transition, de trouver des choses en commun avec comme prétexte une partie de cartes disputée pendant un vol entre Pittsburgh et Boston. C'est dans la ville des Bruins que Brassard disputera son deuxième match avec les Penguins, jeudi au TD Garden (19h HE ; TVA Sports, SN, NBCSN, NESN, ATTSN-PT, NHL.TV).

« C'est beaucoup plus facile, a affirmé Brassard, qui a récolté 38 points (18 buts, 20 passes) en 58 matchs avec les Sénateurs cette saison. Quand tu t'amènes dans un nouveau groupe, ils sont habitués à la routine de se voir pas mal à tous les jours durant la saison et toi, tu es nouveau, alors tu essaies d'apprendre à connaître tout le monde sur la glace et en dehors. »

C'est un exercice délicat. Brassard ne veut pas interrompre les matchs ni déranger la façon dont ils font les choses. Mais il sait aussi qu'il doit s'impliquer et s'affirmer en tant que nouveau membre d'une équipe qui pourrait décrocher un championnat. Il ne peut pas rester en retrait et quand même connaître du succès, si bien qu'il s'est beaucoup appuyé sur Carl Hagelin, un coéquipier avec les Rangers et maintenant avec les Penguins, pour lui demander des conseils.

« L'échauffement. Chacun a sa façon de faire, a noté Brassard. J'essaie d'en apprendre le plus possible là-dessus, le plus rapidement possible. »

Son premier match ne s'est pas déroulé tout à fait comme il l'aurait espéré, mardi, alors qu'on l'a inséré dans l'alignement après qu'il ait seulement eu droit à un entraînement matinal, et aucun entraînement complet, pour s'acclimater. Les Penguins se sont inclinés 3-2 contre les Devils du New Jersey.

Brassard a finalement pu participer à des séances complètes, mercredi et jeudi, ce qui lui a permis de passer du temps sur la glace avec ses nouveaux coéquipiers, avec en plus les parties de cartes et les soupers. Il a donc été davantage en mesure de constater comment se déroule la vie chez les Penguins. Il y a une nouvelle routine à comprendre et apprivoiser, des choses comme les réunions, les temps de départ de l'autobus, l'horaire de la journée et le voyagement.

Tout est différent. Et bien que la phase de transition ne sera pas nécessairement aussi courte qu'il le voudrait, Brassard va faire de son mieux pour la compléter le plus vite possible.

Il sait dans quelle mesure les Penguins ont besoin de lui. Ils le savent aussi.

« Nous pensons que Derick, d'abord et avant tout, peut jouer de la façon dont nous essayons de jouer, a indiqué l'entraîneur Mike Sullivan. Il est un de ces joueurs de centre qui sont bons aux deux extrémités de la patinoire. Nous trouvions que c'était important pour notre équipe, surtout dans un rôle de joueur de centre du troisième trio.

« C'est quelqu'un de polyvalent. Nous pouvons le faire jouer dans tellement de situations différentes. Il est tout aussi bon défensivement qu'offensivement, et c'est pourquoi nous estimons qu'il complète bien notre équipe. Il nous donne plus de profondeur au centre. Nous trouvons que c'est important pour que nous puissons devenir l'équipe que nous voulons devenir, c'est-à-dire une équipe capable de rivaliser pour une place en séries et, espérons-le, aller plus loin ensuite. »

Brassard permet à Pittsburgh de miser sur trois bons trios, comme ç'a été le cas lorsque les Penguins ont remporté la Coupe Stanley ces deux dernières années. Il pivote une unité complétée par Conor Sheary et Kessel, que bien des équipes seraient ravies d'avoir comme deuxième trio.

« Surtout quand tu le mets au poste de centre de troisième trio, ça me semble particulièrement menaçant, a affirmé Sheary. C'est un joueur qui prend ses responsabilités, autant en zone défensive qu'offensive. Il est évidemment capable de marquer des buts. Il réalise des jeux. »

La bonne nouvelle pour Brassard, c'est qu'il aura l'occasion de s'installer. Il ne s'est pas amené à Pittsburgh en tant que joueur de location, sans savoir de quoi aura l'air son avenir. Il est sous contrat en vue de la prochaine saison, ce qui signifie qu'il pourra se mettre à ses aises dans son nouvel environnement, jusqu'en séries éliminatoires de la Coupe Stanley et même au-delà.

« Jouer pour cette équipe qui a tout gagné ces deux dernières années, je ne pourrais pas demander mieux que ça, a souligné Brassard. Je ne viens pas ici en sauveur, évidemment. Ils ont déjà prouvé qu'ils peuvent gagner. Mais je suis ici pour les aider à gagner d'autres matchs, et peut-être connaître un autre long parcours en séries.

« Je sais que c'est un processus, j'essaie juste de trouver ma place, de me mettre à l'aise à l'intérieur de l'équipe. Si je peux donner mon meilleur hockey, je sais que je peux avoir un impact positif. »

Qui sait, peut-être qu'il finira même par se faire une réputation de féroce joueur de cartes, lui aussi.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.