Skip to main content

Bouchard : Un vrai système défensif à Montréal

Claude Julien a démontré avec les Bruins qu'il pourrait bien appuyer Carey Price

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Marc Bergevin m'aura encore fait mentir.

Tout comme l'échange de P.K. Subban contre Shea Weber l'été dernier, le congédiement de Michel Therrien en pleine saison m'apparaissait impossible. Je ne suis pas le seul surpris aujourd'hui et Bergevin nous aura démontré, une fois de plus, qu'il suit le rythme qui est le sien, sans se laisser dicter le tempo par l'opinion publique.

« It's on me. »

Ces trois mots auront servi d'épitaphe à la saison 2015-16 des Canadiens de Montréal. Au terme d'une séquence désastreuse de deux mois, Marc Bergevin les prononce, à plusieurs reprises pour marquer le coup. La lecture est, rétrospectivement, évidente. Bergevin n'a su trouver de remplaçants compétents à Carey Price et l'équipe fut torpillée par ce fait même, malgré un jeu de possession au-delà de la moyenne (du moins jusqu'à ce que Subban se blesse).

Mais au-delà de cette prise de blâme, on ne peut raisonnablement, aujourd'hui, affirmer que Marc Bergevin n'a pas remué ciel et terre pour aider son entraîneur. La liste de ses acquisitions, notamment à la mi-saison, est impressionnante : Thomas Vanek, Dale Weise et Mike Weaver ont transformé le club en 2014. En 2015, Jeff Petry a bouché un trou béant derrière Subban, Torrey Mitchell et Brian Flynn ont donné au club une 4e ligne efficace. En 2016, alors que tout est perdu, Bergevin a fait l'acquisition de celui qui est aujourd'hui au centre de son premier trio, Phillip Danault. Ajoutez Paul Byron, chipé au ballottage, une brigade défensive ayant de la profondeur et des acquisitions taillées sur mesures pour le style de Therrien en Andrew Shaw et Alexander Radulov… Bergevin a travaillé très fort pour son entraîneur.

Et la fiche de Therrien aura été plus qu'honorable. 194 victoires, un peu plus de 60 pour cent des points disponibles obtenus, une finale de conférence, une finale d'association, trois participations aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley…

Un entraîneur prudent remplacé par un spécialiste de la défensive

Michel Therrien a toujours joué de prudence dans l'intégration de jeunes joueurs à son alignement partant. Quelques erreurs, un ou deux mauvais matchs ont souvent valu des séjours sur la passerelle, sinon dans les mineures à des joueurs comme Jarred Tinordi, Nathan Beaulieu ou encore Greg Pateryn. De même, à l'attaque, on a longuement hésité avant de donner à Alex Galchenyuk le poste de centre et on n'a intégré que fort graduellement des joueurs talentueux, mais plus marginaux comme Sven Andrighetto, Daniel Carr, Devante Smith-Pelly au personnel de soutien.

Therrien, bref, aimait donner de la glace à des joueurs expérimentés, qu'il considérait comme fiables parce qu'ils savent jouer « les pourcentages ». Entendre par là qu'ils ne prennent pas de risque inutile et choisissent le jeu ayant le plus de chances de réussir, à défaut de choisir celui qui est le plus susceptible de créer des buts.

Cette philosophie est au cœur de l'identité que Therrien a donnée à son équipe, au cœur d'un système de jeu basé, encore aujourd'hui, sur la poursuite et la récupération de la rondelle. Ne soyons pas, par contre, trop sévères sur les questions de système. Therrien a ajusté le tir au fil des saisons et les Canadiens, depuis le début de l'année, ne s'appuyaient plus aussi outrancièrement que par le passé sur les dégagements en zone neutre comme mode privilégié de sortie de zone défensive.

Malgré ce style prudent, tant dans la manière que dans le choix de personnel, tout indique que Therrien est remplacé par un entraîneur qui lui est, sur le plan des systèmes défensifs, largement supérieur.

La réputation défensive acquise par les Canadiens sous la gouverne de Therrien était bien plus attribuable à l'excellence de Carey Price qu'à celle du système implanté par son entraîneur. Selon corsica.hockey, les Canadiens se classent, depuis 2012-13, 14ème pour le nombre prévu de buts accordés à 5 contre 5. Au cours de la même période, Price se classe troisième pour le nombre de buts sauvés, avec 69 buts sauvés, contre 74 pour Corey Crawford et 93 pour Henrik Lundqvist.

Le système défensif de Therrien n'était pas particulièrement remarquable, dans la grosse moyenne de la ligue, en fait, mais il était appuyé par un des meilleurs gardiens de son époque.

C'est tout le contraire pour les Bruins de Claude Julien. Au cours de cette même période, Tuukka Rask se classe neuvième, avec 33 buts sauvés à 5 contre 5, ce qui en fait un gardien certes au-dessus de la moyenne, mais loin des meilleurs de la profession. Les Bruins, par contre, se classent au cinquième rang pour le nombre prévu de buts accordés.

C'est pourquoi, malgré un gardien nettement inférieur, les Bruins se sont classés sixièmes pour le nombre de buts accordés à 5 contre 5 depuis 2012-13, alors que les Canadiens se sont classés 10ème. De toutes les perspectives qui s'ouvrent désormais aux Montréalais, celle de voir s'additionner le système défensif des Bruins aux prouesses de Carey Price n'est pas la moins excitante.

Continuer à progresser

On aura tout le loisir, d'ici la fin de la saison, de décortiquer l'impact de Claude Julien sur son nouveau club. Mais, au-delà des schémas tactiques, il semble que le changement d'entraîneur s'imposait parce qu'une lassitude bien réelle s'était emparée du club. J'ai personnellement cru qu'il s'agissait simplement de fatigue. Ce que j'ai écrit à ce sujet lundi tient encore : Les Canadiens ne sont pas en déroute.

Mais les clés des succès à venir que j'identifie dans ce texte (retour en forme de Price, réunion d'Alex Galchenyuk à Artturi Lehkonen et Brendan Gallagher, nouvelle promotion de Nathan Beaulieu aux côtés de Shea Weber) n'allaient pas nécessairement de soi avec Therrien à la barre, il faut le reconnaître. Pour continuer à avancer, les Canadiens doivent maintenant s'appuyer résolument sur des jeunes joueurs qui sont certes susceptibles de faire des erreurs coûteuses, mais qui sont aussi capables de faire des flammèches : Galchenyuk et Lehkonen à l'avant, Nathan Beaulieu en défensive. Ce mouvement sera d'autant plus prononcé la saison prochaine, lorsqu'on verra probablement le jeune Mikhail Sergachev prendre à son tour une place dans l'alignement.

Or, l'intégration de jeunes joueurs au noyau de l'équipe est justement l'un des traits marquants du règne de Claude Julien à Boston. Encore et encore, Julien a donné à de jeunes joueurs des rôles majeurs. Encore cette saison, on l'a vu envoyer Brandon Carlo aux côtés de Zdeno Chara, David Pastrnak aux côtés de Patrice Bergeron.

Outre le système défensif, c'est probablement dans l'intégration des jeunes au noyau de l'équipe que la présence de Julien risque de se faire sentir. Le changement de culture risque de ne pas passer inaperçu.

En voir plus