Skip to main content

Bouchard: Phil Kessel refuse de vieillir

Notre chroniqueur se penche sur la transition qu'a opérée l'attaquant des Penguins au cours des dernières années

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

C'est quand même un peu inattendu, ce qu'on voit présentement de Phil Kessel avec les Penguins de Pittsburgh. Plus ou moins apprécié à Boston, souvent accusé de ne pas avoir pu mener les Maple Leafs hors de la cave du classement, Kessel a été échangé aux Penguins où on s'attendait à ce qu'il devienne un coûteux joueur de soutien.

Or, après des saisons de 59 et 69 points, Phil Kessel est aujourd'hui le meilleur pointeur des Penguins, ayant jusqu'ici cumulé plus d'un point par match (66 en 61 matchs). Âgé de 30 ans, Kessel refuse de vieillir, mais il faut le dire, c'est en partie parce qu'il a su s'adapter.

Arrivé dans la LNH avec une réputation de buteur doué, Kessel s'est définitivement imposé sur ce plan à Toronto. Mais à partir de la saison 2011-12, on voit qu'à 5-contre-5 sa production de tirs tentés commence à régresser, passant d'un niveau qui le classe parmi à l'élite à un autre qui le situe comme un joueur de top-6.

En avantage numérique, par contre, on voit que Kessel-le-tireur décolle et atteint brièvement un autre niveau avant de revenir à un plateau qui est celui qui est le sien depuis le début de sa carrière.

Lorsqu'on regarde la production de points à 5-contre-5, on constate que la production de buts de Kessel baisse, mais qu'elle est en partie compensée par l'augmentation du nombre de deuxièmes passes ; celles-ci sont souvent un indice de la qualité des coéquipiers d'un joueur bien plus que de ses talents de passeur. On le voit encore plus clairement lorsqu'on regarde les deux dernières saisons; Kessel joue beaucoup avec Evgeni Malkin et ses deuxièmes passes augmentent en conséquence.

C'est à 5-contre-4 que la transformation de Phil Kessel est la plus intrigante. Après avoir été un buteur pendant bien des années, on commence à le voir mettre l'accent sur la construction de jeu, notamment à partir de la saison écourtée de 2013. Cela s'est particulièrement confirmé cette saison, alors que son nombre de premières passes a tout simplement explosé. Avec 14 premières passes en 60 matchs, il a déjà pulvérisé son meilleur score en carrière, soit neuf (l'an dernier et en 2013).

C'est un contraste intéressant. Alors que Kessel avait bénéficié l'an dernier des faveurs de Dame chance pour gonfler sa fiche de points (11 deuxièmes passes à 5-contre-4, 10 autres à 5-contre-5), cette saison c'est bel et bien son travail de fabricant de jeu sur l'avantage numérique qui fait la différence.
Chose certaine, Kessel n'est pas un joueur de soutien à forces égales. On a souvent affirmé qu'à Pittsburgh, il était désormais un joueur de troisième trio, mais rien n'est moins sûr. Le temps de jeu qu'on lui impartit le situe encore et toujours résolument parmi les six attaquants les plus utilisés de son équipe à forces égales.

Ça se comprend. Il demeure menaçant à forces égales, entendons-nous. Sa production de 1,6 point primaire par heure jouée le situe dans les bons joueurs de top-6 de la ligue. Mais on pourrait croire que les Penguins, qui le font jouer tout à tour avec Evgeni Malkin, Jake Guentzel et Riley Sheahan, auraient intérêt à lui trouver un franc-tireur pour tirer profit de ses talents bien réels de fabricant de jeu.

Reste que c'est là une tangente fascinante pour ce joueur qui fut un des meilleurs francs-tireurs de la ligue. Un peu comme Corey Perry à Anaheim, on voit Kessel se concentrer tranquillement sur le rôle de fabricant de jeu, au fur et à mesure que l'âge lui enlève cette petite fraction de seconde en accélération qui lui a permis de terroriser les gardiens adverses par le passé.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.