Skip to main content

Bouchard : Les Devils cherchent l'ouverture

Notre chroniqueur se demande si New Jersey doit être patient avec le choix no 1 Nico Hischier

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Les Devils du New Jersey ont, à l'image des Oilers d'Edmonton, connu une descente aux enfers des plus rapides. Comme leurs collègues de l'Alberta, une participation à la Finale de la Coupe Stanley a été leur dernière participation au tournoi printanier, en 2011-12. L'année suivante, Zach Parise a quitté, suivi d'Ilya Kovalchuk la saison suivante. L'équipe ne s'en est jamais remis.

Une partie du problème vient du repêchage amateur, source par excellence d'approvisionnement en jeunes joueurs de qualité. Depuis Adam Larsson en 2011, seul Damon Severson, recruté en 2012, a percé l'alignement du club. On suppose que le surdoué Nico Hischier sera bientôt le prochain choix au repêchage à percer l'alignement de l'équipe, mais il y a lieu de se demander si c'est une bonne idée. Si l'équipe n'a rien dans le corps et qu'Hischier est en position de bénéficier d'une saison supplémentaire dans les rangs juniors, pourquoi entamer immédiatement son contrat de recrue? On peut en effet le laisser glisser pendant deux saisons encore avant que ses trois années de service commencent à s'écouler.

L'alignement du club est plus qu'incomplet à ce stade-ci de la saison, ce qui suggère qu'on n'a pas l'intention de boucler le club en ayant recours à des joueurs de premier plan, mais bien plutôt des vétérans ayant des contrats à court terme. Il est intéressant de souligner que le club a surtout souffert de son ineptie en attaque. Les équipes de la LNH ont obtenu et donné en moyenne 149 buts à 5 contre 5 l'an dernier, alors que les Devils en ont obtenu 115 et concédé 148.

Le blogueur DTMAboutHeart a développé un indice d'évaluation des buts « prévus » en fonction des caractéristiques des tirs obtenus. Cet indice, qu'il a expliqué en détail sur le site hockey-graphs, nous permet de constater que les Devils ont « échappé » pas moins de 23 buts à 5 contre 5 l'an dernier. Le profil des tirs obtenus par l'équipe suggère en effet un total de 138 buts marqués dans cette situation. Manque de talent? Malchance? Dur à dire à ce stade-ci. Mais l'indice nous donne quand même une idée de ce qui s'est passé.

C'est le groupe d'attaquants qui a surtout manqué d'opportunisme l'an dernier. Les défenseurs des Devils ont rempli leur part du contrat, surpassant légèrement le nombre de buts attendu d'eux, alors que les attaquants ont accusé un manque à gagner de 29 buts. Difficile, dans ce contexte, de se tirer honorablement d'affaire.

Les données colligées au niveau individuel ne présentent, il faut le souligner, que ce qui concerne les joueurs n'ayant joué que pour les Devils, ce qui explique que le total des buts marqués et prévus soit ici inférieur aux résultats globaux de l'équipe.

Ceci étant dit, outre Michael Cammalleri et, surtout, Kyle Palmieri, les attaquants ont connu une saison universellement médiocre.

Je ne suis pas certain qu'il s'agisse uniquement d'un manque de talent. Il se peut, comme je le disais plus haut, que l'équipe ait été malchanceuse, mais on doit aussi prendre en considération la possibilité d'un problème systémique. Les données utilisées dans la construction de ce modèle ne sont tirées que du site de la LNH, ce qui enlève toute possibilité d'analyser les mouvements de la rondelle précédant les tirs. On n'a donc qu'une compréhension bien imparfaite de ce qu'une équipe fait pour se retrouver avec un surplus ou un déficit par rapport aux buts prévus. John Hynes est encore en poste, on doit donc en conclure que ses patrons sont satisfaits de son travail. Si tant est que le système de jeu qu'il préconise ne favorise pas l'offensive, on semble s'en contenter.

Outre les recrues, deux attaquants d'expérience ont été acquis cet été. Brian Boyle et Marcus Johansson ne règleront pas tous les problèmes de l'équipe, mais ils offrent quand même un possible coup de pouce. Boyle est un centre de 4e trio capable de marquer des buts plus souvent qu'à son tour, alors que Johansson présente un profil passablement similaire à celui de Palmieri, celui d'un attaquant de deuxième trio capable de contribuer significativement sur un avantage numérique.

À l'image de Palmieri, Johansson a solidement outrepassé son niveau de production prévu, ce qui n'est pas totalement surprenant sachant qu'il arrive des Capitals de Washington. La bande à Ovie a en effet dépassé de 17 buts son total espéré, ce qui laisse entendre que le Suédois n'a pas été le seul du groupe à connaître une saison hors norme. Reste à voir ce qu'il va conserver rendu dans la trappe des Devils, mais l'apport devrait quand même être significatif, ne serait-ce qu'en offrant une contribution plus complète que celle de Cammalleri à forces égales.

On semble donc se destiner à une autre saison difficile au New Jersey. On accumule les contrats donnés à des vétérans et, outre Hischier et Taylor Hall, on ne semble pas avoir de talent de premier plan autour desquels bâtir. Damon Severson est certes excellent pour un joueur de son âge, mais il n'est pas une étoile. On est donc aux prises avec un choix embêtant : Taylor Hall a encore trois saisons à écouler à son contrat, le même nombre qu'Hischier, mais on n'a tout simplement pas les pièces nécessaires pour entourer ces deux purs sangs (et on ne sait pas encore exactement ce que le Suisse peut donner dans la LNH).

En pratique, le centre numéro 1 du club, Travis Zajac, vient de se blesser à l'entrainement et manquera de 4 à 6 mois. Marcus Johansson a déjà occupé la position de centre, mais il faut alors trouver un autre ailier de top-6. La saison morte est pour ainsi dire terminée, et le seul attaquant de top-6 encore sur le marché, Jaromir Jagr, a 45 ans bien sonnés. Va-t-on faire comme à Montréal il y a quelques années et donner une première saison chez les pros à Hischier, mais à l'aile? La tentation sera forte; même si les attentes ne sont pas énormes, on veut quand même donner aux partisans quelque chose à se mettre sous la dent.

En voir plus