Skip to main content

Bouchard: Difficile, trouver un bon gardien dans la LNH

Les Stars de Dallas et les Hurricanes de la Caroline ont acquis un gardien dans les dernières semaines, mais qui a eu le dessus?

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Deux équipes ont, ces derniers jours, mis sous contrat de nouveaux gardiens de but dans l'espoir de combler des lacunes évidentes. Les Stars de Dallas ont acquis les droits de Ben Bishop pour ensuite lui faire signer une entente de six ans et les Hurricanes de la Caroline ont acquis Scott Darling et lui ont offert un contrat de quatre ans. Deux gestes similaires en surface, mais qui montrent deux équipes dans des situations bien différentes.

Les Hurricanes comme les Stars ont souffert l'an dernier des performances de leurs cerbères. Le site Corsica.Hockey, grâce au calcul des buts « prévus » (expected goals) qu'il met en ligne, permet de voir quelles équipes ont accordé un nombre anormal de buts par rapport au nombre et à la qualité des tirs qu'elles ont accordés.

Ces deux équipes prennent un risque en mettant ces gardiens sous contrat. Après trois campagnes de 60 matchs, Bishop a connu l'an dernier une saison minée par les blessures. Darling, quant à lui, n'a jamais joué plus de 32 matchs dans une saison de la LNH.

Mais Darling et Bishop ont des états de services éloquents depuis 2013, et ce même s'ils n'ont pas joué le même rôle. Les deux font partie d'un groupe d'élite de gardiens qui ont sauvé plus de 20 buts au cours des quatre dernières années. Dans ce groupe, Bishop est de ceux qui ont obtenu le plus de temps de glace ; avec près de 13 000 minutes jouées, il a en effet accumulé près du triple du temps accordé à Darling. Il est donc celui sur qui on possède l'information la plus fiable.

Il est possible, dans le cas de Darling, qu'on ait affaire à un feu de paille, mais le choix des Hurricanes de miser sur lui s'explique par le fait qu'il a néanmoins obtenu des résultats remarquables. Même s'il n'a obtenu que le tiers du temps de jeu de Bishop, il a en effet sauvé autant de buts, 24 pour être plus précis.

Si on ajuste ces performances en fonction du temps de glace obtenu, on constate que Darling a été l'un des gardiens les plus efficaces de la LNH depuis quatre ans, alors que Bishop affiche un score plus ordinaire.

On prend donc un gros risque chez les Hurricanes, dans la mesure où, avec 4000 minutes de jouées dans la LNH comme second violon, il est fort possible que Darling se révèle moins performant que ce qu'il a jusqu'ici démontré. Mais s'il demeure supérieur à la moyenne, on ne s'en plaindra probablement pas. Secrètement, on espère probablement refaire le coup réussi par Peter Chiarelli à Edmonton, qui a dégotté Cam Talbot dans l'ombre d'Henrik Lundqvist. Propulsé dans le poste de no 1, Talbot n'a pas bronché et les Oilers sont aujourd'hui bien heureux de compter sur un des très bons gardiens de la LNH.

À Dallas, l'acquisition de Bishop laisse plutôt deviner que le directeur général du club, Jim Nill, commence à craindre pour son poste.

Bishop est une valeur sûre, un gardien établi dont le nom seul évoque la stabilité. Mais il a aujourd'hui 30 ans et on vient de lui donner un contrat de 6 ans. Bishop, on l'a vu plus haut, est présentement un gardien légèrement supérieur à la moyenne, sans plus, dont la contribution s'est, dans ses bonnes années, fait sentir par sa capacité à amasser une soixantaine de départs. Le colosse de deux mètres a eu des ennuis aux jambes et à l'aine l'an dernier, ce qui n'augure jamais bien pour la suite des choses.

Rappelons que les gardiens, comme les joueurs de position, connaissent leurs meilleures années avant l'âge de 30 ans. On n'a, pour s'en convaincre, qu'à regarder la courbe d'âge des douze dernières années. Passé l'âge de 28 ans, le temps de glace accaparé diminue rapidement et chute brutalement après 34 ans.

Mais il y a plus. Les performances des gardiens, relatives au reste de la ligue, diminuent rapidement passé l'âge de 30 ans. Les taux d'arrêts relatifs au reste de la ligue, compilés par le site hockey-reference.com sont sans appel.

Dans ce contexte, le fait de donner à un bon gardien un contrat aussi long et aussi coûteux, alors même qu'il arrive dans la phase de déclin de sa carrière, a de quoi laisser perplexe. C'est ce qui me fait dire que Jim Nill joue ici son va-tout. Il a tenté, au cours des dernières années, d'appuyer son équipe sur un tandem de gardiens d'expérience fort bien payés, expérience qui se révèle aujourd'hui un échec. Pire encore, son équipe, jeune et prometteuse il y a quelques années, semble désormais régresser. Il est plus que possible que, dans ce contexte, le DG (qui vient de congédier son entraîneur) sente que son poste est en danger.

C'est ici que l'acquisition de Bishop prend tout son sens. Ce contrat a toutes les chances de plomber les finances de l'équipe d'ici deux ou trois ans, mais à court terme, Bishop est probablement la valeur la plus sûre sur le marché. Et Nill, pour sauver sa peau, a besoin d'une valeur sûre.

C'est tout le contraire en Caroline. L'équipe est encore jeune, mais on sent que la reconstruction achève. Darling, âgé de 28 ans et sous contrat pour quatre saisons, ne représente pas dans ce contexte un grand risque pour cette franchise. Dans le pire des cas, il partagera le filet avec Eddy Lack ou Cam Ward. Et si les Hurricanes ont bien fait leurs devoirs, il est fort probable qu'il leur donne bien plus que ça.

On a donc ici deux équipes qui, dans des situations bien différentes, ont accepté de prendre des risques bien différents. À mon sens, les Hurricanes sont ceux qui ont joué le bon numéro.

En voir plus