Skip to main content

Bouchard: Course à quatre dans l'Atlantique

Notre chroniqueur analyse les chances des quatre équipes en lutte pour le troisième rang dans la section Atlantique

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

La course aux séries s'est déjà précisée dans l'Association de l'Est. La section Atlantique est le théâtre d'une chaude lutte pour la troisième position. En raison de la puissance des équipes de la section Métropolitaine, il n'est en effet que peu probable qu'une équipe de l'Atlantique obtienne l'une des places de quatrième as en fin de saison. Le Lightning de Tampa Bay et les Maple Leafs de Toronto ayant pris une forte longueur d'avance sur les autres équipes, on a donc droit à une lutte à quatre pour la dernière place donnant un accès direct aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Les Red Wings de Detroit sont présentement les détenteurs de la troisième position, tout juste devant leurs trois poursuivants. Ils sont portés en partie par l'émergence définitive de Dylan Larkin et Anthony Mantha, la contribution surprenante de Mike Green et un début de saison fumant de Jimmy Howard.

Si je me fie au modèle de buts attendus de Corsica.Hockey, Howard a déjà sauvé près de 10 buts depuis le début de la saison, un total supérieur à ce qu'il a accompli au cours des trois dernières saisons. Sachant qu'il a été souvent blessé, ses excellentes performances annoncent paradoxalement la principale faiblesse des Red Wings.

Detroit est en effet l'équipe qui en impose le moins lorsqu'on pondère les tirs obtenus et concédés en fonction de leur qualité. En part de buts attendus, ils traînent de la patte face à leurs concurrents, et font de même en part de buts bruts.

Les Sénateurs d'Ottawa sont l'autre équipe que la formule des buts attendus n'aime pas beaucoup. Sous cet angle, leur récente série de six défaites consécutives rappelle que les hommes de Guy Boucher ne sont pas un groupe des plus efficaces, du moins pas de la manière qui rend possibles les succès à long terme. Derick Brassard a ralenti après un début de saison fumant, alors que Mark Stone et Mike Hoffman continuent à mener la charge.

Les Sénateurs vivent et meurent avec Erik Karlsson, c'est bien connu. Après avoir obtenu 17 points à ses 11 premiers matchs, le capitaine n'a aucun point à ses six dernières rencontres, un rappel cruel de son importance pour l'attaque de son club.

Karlsson va finir par se ressaisir. Mais il est plus intrigant de voir ce qui arrivera à Matt Duchene. Alors que les Sénateurs sont au plus fort de cette course serrée pour les séries, l'acquisition de Duchene ne porte pas encore ses fruits. Hockeyviz nous rappelle sur ce point que Duchene ne joue qu'avec les meilleurs ailiers du club (Stone et Hoffman, Bobby Ryan et Ryan Dzingel), mais qu'il perd la bataille territoriale à 5-contre-5. S'il n'émerge pas rapidement, les choses pourraient se gâter.

Ceci étant dit, les tireurs des Sénateurs sont sur une mauvaise séquence, peinant à convertir plus de 5 pour cent de leurs tirs depuis une dizaine de matchs. Un certain rebond est donc à anticiper.

Dans ce contexte, les Bruins de Boston sont en position favorable. Ils ont deux matchs en main sur Detroit et les Canadiens de Montréal, ainsi deux victoires de plus en temps réglementaire ou en prolongation que les Sénateurs. Ils forment aussi l'équipe qui affiche le meilleur taux de buts attendus derrière les Canadiens, au-delà de la ligne symbolique des 50 pour cent.

Les blessures ont nui aux Bruins. Patrice Bergeron et David Krejci en début de saison, Anders Bjork, Adam McQuaid et surtout Brad Marchand, l'équipe ne parvient jamais par être en santé. Surtout, Tuukka Rask semble avoir perdu ses repères, affichant un pourcentage d'arrêts médiocre de ,899. Anton Khudobin a jusqu'ici pris la relève, affichant un superbe taux d'efficacité de ,932, lui qui franchit la barre des ,910 la première fois depuis 2014. Bref, on espère à Boston que Rask retrouve ses repères rapidement.

Les Bruins continuent leur virage jeunesse. Charlie McCavoy s'affirme aux côtés de Zdeno Chara, tandis que Sean Kuraly, Jake Debrusk et Danton Heinen ont profité des blessures pour se tailler une place dans le top-9 à l'attaque… Bref, lentement mais sûrement, les Bruins reconstruisent à la volée.

Les Canadiens ne sont pas en reconstruction, bien que la question se soit posée ces dernières semaines. Montréal a de loin été l'équipe la plus malchanceuse depuis le début de la saison, vivant de concert en octobre un passage à vide des buteurs et une rare séquence catastrophique de Carey Price. Ce dernier a été dominant, à son retour au jeu samedi soir. S'il connaît une séquence dominante de matchs d'ici les fêtes, les Canadiens peuvent remonter rapidement. Les indicateurs fondamentaux montrent que l'équipe de Claude Julien est, des quatre en lutte, de loin la plus forte. Mais les places en séries ne se taillent pas à coup de buts attendus.

Montréal a une chance unique de revenir rapidement dans la lutte, cette semaine. Après le match de lundi soir contre Columbus, ils affrontent les Sénateurs et les Red Wings deux fois. Le portrait pourrait changer rapidement.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.