Skip to main content

Bouchard : Retour sur les séries terminées

Notre chroniqueur revient sur ses prédictions concernant les séries qui ont déjà pris fin

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Au moment d'écrire ces lignes, trois de huit séries de première ronde sont terminées. Le temps est venu de revisiter certaines de mes prédictions de la semaine dernière.

Le Lightning de Tampa Bay bat les Red Wings de Detroit

Les Red Wings n'ont jamais trouvé la solution, Jeff Blashill utilisant pas moins de 7 trios différents pour plus de 10 minutes de jeu à 5-contre-5. En fait, seul le trio composé de Dylan Larkin, Henrik Zetterberg et Gustav Nyquist a franchi la barre des 20 minutes, avec 25 minutes jouées ensemble. Du côté du Lightning, Ondrej Palat, Jonathan Drouin et Valtteri Filppula ont obtenu 42 minutes de temps de jeu, Tyler Johnson, Nikita Kucherov et Alex Killorn en ont eu 41. Ajoutons que Cedric Paquette et Ryan Callahan, parfois accompagnés de J.T. Brown, parfois Vladislav Namestnikov, ont quant à eux obtenu 30 minutes de temps de jeu.

Bref, sur une série qui a vu un peu plus de 200 minutes dans cette situation, les trois trios les plus réguliers de Tampa Bay ont mangé un peu plus de 55 pour cent du temps de glace disponible. Paquette et Callahan ont mangé leur bas aux tirs tentés (+20/-31), mais les deux premiers trios ont franchement dominé, obtenant 55 pour cent des tirs (+84/-69) en jouant essentiellement contre Datsyuk ou Zetterberg.

Ceci étant dit, je reste dubitatif quant aux chances du Lightning de se rendre loin en séries. Tyler Johnson est manifestement capable de contribuer largement et Jonathan Drouin est une véritable carte cachée, mais la défensive semble plus que jamais chancelante. Victor Hedman termine la série avec un différentiel de 50 pour cent pile aux tirs vers le filet, qui masque une fiche plus qu'ordinaire de +34/-45 aux tirs tentés en compagnie de son principal associé, Matthew Carle. Par le passé, Jon Cooper palliait les carences manifestes de sa défensive en séparant ou unissant (selon les besoins du moment) Hedman à Anton Stralman. Il semble que ce dernier puisse peut-être revenir en deuxième ronde. Si c'est le cas (une jambe fracturée, quand même…), Tampa Bay peut recommencer à souffler. Sinon…

Les Penguins de Pittsburgh battent les Rangers de New York

J'avais estimé Pittsburgh en six matchs, ils ont expédié ça en cinq. Tout reposait, estimais-je, sur Henrik Lundqvist. Ce dernier s'est fait totalement traverser.

C'est le genre de série qui est plus difficile à décrire avec les données officielles de la LNH. Celles-ci sont parfois trompeuses, notamment lors de courtes séries. Que ce soit à l'aide de données plus précises recueillies par des tiers partis (le chroniqueur Chris Boyle le fait, la firme montréalaise Sportlogiq recueille aussi ce genre de données), ou encore à partir de modèles développés à partir des données de la ligue, on a tenté de décoder jusqu'à quel point les performances d'un gardien sont tributaires du travail de son équipe.

Un de ces modèles est utilisé par le site Corsica.hockey, qui nous révèle un élément fort intéressant de cette série. Si les Rangers ont obtenu, au cours des quatre premiers matchs de la série, 54 pour cent des tirs tentés et 50 pour cent des buts marqués à 5-contre-5, le modèle utilisé par le site (qui se base notamment sur le temps passé entre chaque tir, si ceux-ci surviennent après un événement hors de la zone) souligne que les Rangers n'avaient dans les faits à s'attendre qu'à obtenir 46 pour cent des buts marqués.

Il sera donc tentant de mettre cette défaite sur le dos de Lundqvist, mais il semble bien que ce dernier a, par rapport à ce qu'un gardien ordinaire aurait pu accomplir, su éviter le pire à son équipe! Les Penguins, en multipliant les descentes dangereuses, en débordant la défensive des Rangers en entrée de zone, ont constamment su mettre le Roi Henrik dans une position de vulnérabilité.

Et, au jeu du but marqué en entrée de zone, peu de joueurs de la LNH savent aussi bien y faire que Phil Kessel. Avec six points en cinq matchs, celui-ci a maintenant obtenu 27 points en 27 matchs de séries éliminatoires. L'art de faire mentir ses détracteurs…

Les Sharks de San Jose battent les Kings de Los Angeles

J'y croyais, mais pas en cinq matchs!

Ce qui me fascine dans cette série, c'est l'extraordinaire résilience du noyau des Kings. Indisciplinés, ils ont perdu la série au banc des pénalités, jouant avec le feu et donnant finalement cinq buts en désavantage numérique, dont trois dans le quatrième match de la série (et ils se sont fait canarder dans le cinquième aussi).

Tout ça annulait les remarquables efforts du club à forces égales, alors qu'ils y ont obtenu 54 pour cent des tirs. Le modèle de Corsica.hockey n'est pas très gentil pour les Kings, soulignant qu'ils « méritaient » 48 pour cent des buts. Reste qu'avec sept buts contre dix pour les Sharks, ils se sont butés à un Martin Jones en grande forme.

De fait, Jones a battu son ancien maître. Toutes situations confondues, on attendait des Sharks qu'ils obtiennent 2,91 buts à l'heure et, surtout, qu'ils en cèdent 2,86. C'était censé être égal. Or, San Jose a obtenu 3,16 buts à l'heure et n'en a concédé que 2,17. Jones n'est pas seul dans ce bateau, l'équipe a devant lui fait un remarquable travail de récupération des retours, notamment en évitant que les tirs bloqués en défensive soient repris par l'adversaire. Mais des différents gestes posés à l'entre-saison à San Jose, l'acquisition du gardien de 26 ans s'est avérée drôlement payante.

Reste à voir ou tout ça les mènera. Le top-4 défensif est excellent, mais le tandem Brandon Dillon/Roman Polak s'est fait solidement secouer le pommier, ce qui n'a pas empêché Peter DeBoer de les utiliser amplement. Lors du cinquième match, on a même vu Marc-Edouard Vlasic aller remplacer Dillon aux côtés de Polak, un aveu quant à la fragilité de cette troisième unité. L'ennui, ici, c'est que si c'est Dillon qui voit ses minutes coupées, c'est bien Polak qui semble en arracher le plus. C'est une faille qu'une équipe avec plus de profondeur que les Kings saura sans doute exploiter.

En voir plus