Skip to main content

Bouchard : Que vaut Andreas Athanasiou pour les Red Wings?

Notre chroniqueur analyse le rendement du jeune centre de Detroit depuis le début de sa carrière

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Le dossier Andreas Athanasiou n'en finit plus de traîner en longueur. Une partie du problème vient, bien entendu, de la situation financière des Red Wings de Detroit. Même en plaçant Johan Franzen sur la liste des blessés à long terme, les Red Wings sont collés au plafond salarial et n'ont par conséquent que peu de marge de manœuvre pour offrir un nouveau contrat à leur jeune joueur de centre.

Mais il y a aussi, de toute évidence, mésentente entre Athanasiou et son équipe sur la valeur de la contribution de celui-ci. Athanasiou, comme tous les jeunes joueurs des Red Wings depuis une vingtaine d'années, s'est amené sur le tard avec le grand club, jouant sa première saison complète dans la LNH à l'âge de 22 ans, à la dernière année de son contrat de recrue. Et encore, on lui a imposé un séjour de 24 matchs dans la Ligue américaine.

Le trait dominant du centre de 23 ans est sa capacité à marquer des buts. Même s'il n'a jamais franchi la moyenne des 12 minutes jouées par match à forces égales, il n'en a pas moins marqué 1,5 but par heure dans cette situation, pour un total de 25 filets à forces égales (dont 22 à 5-contre-5). Ce rythme le place parmi les joueurs les plus productifs de la ligue, ce qui devrait normalement convaincre son équipe de le mettre sous contrat au plus vite. Or, rien de tout ça n'est arrivé.

Il y a anguille sous roche, évidemment, et on peut deviner une partie du problème en regardant de plus près d'où viennent les buts d'Athanasiou à 5-contre-5. Dans le détail, il n'est pas tout à fait clair que la production jusqu'ici affichée est représentative du rythme qu'on peut raisonnablement attendre d'Athanasiou pour la suite des choses.

Une chose est certaine : Athanasiou obtient beaucoup de tirs, plus de 30 pour cent des tentatives de son équipe lorsqu'il est sur la glace, ce qui le place tout juste en deçà de l'élite des attaquants de la LNH, qui vont chercher de 30 à 35 pour cent des tirs. Il a donc le volume de son côté.

Mais qu'en est-il de la provenance de ces tirs? La LNH indique, sur ses feuilles de match, la distance séparant du filet l'endroit d'où les tirs et tirs manqués sont décochés, ce qui nous permet d'avoir une idée générale du profil d'un tireur donné (toutes les données qui suivent concernent le jeu à 5-contre-5). Tout d'abord, voici la distribution des tirs et des buts marqués par Athanasiou en fonction de la distance affichée de ses tirs.

Les défenseurs décochent 70 pour cent de leurs tirs d'une distance supérieure à 45 pieds, alors que les attaquants décochent 65 pour cent de leurs tirs d'une distance inférieure à 35 pieds. Il n'y a donc rien de surprenant à voir Athanasiou obtenir l'essentiel de ses buts de moins de 35 pieds.

La distribution des tirs tentés par le jeune attaquant dévie elle aussi fort peu du profil traditionnel des attaquants de la LNH.

C'est lorsqu'on s'attarde au taux de conversion en fonction de la distance qu'on voit comment Athanasiou a, jusqu'ici, ressorti du lot. À courte distance, il est dans les normes. Mais entre 15 et 35 pieds, il double presque la moyenne de la ligue!

Doit-on en déduire que les Red Wings sont en train de bouder un jeune buteur au talent sensationnel? Rien n'est moins sûr. Les taux de conversion varient énormément, surtout sur des quantités restreintes. Sachant qu'Athanasiou n'a que 191 tirs tentés en carrière, on se doit d'être sceptique. Lorsqu'on le compare aux meilleurs buteurs des dernières années, on le comprend encore mieux.

 

Même Steven Stamkos, reconnu pour être un franc-tireur exceptionnel, ne franchit pas la barre des 10 pour cent de taux de conversion au-delà de 25 pieds de distance annoncée. De même, entre 15 et 24 pieds, Athanasiou double presque tous les autres tireurs de ce groupe. Difficile à croire, encore là.

Sur les seuls pourcentages, on peut raisonnablement assigner 5 des 22 buts d'Athanasiou à des circonstances favorables, qu'on ne peut s'attendre à le voir reproduire encore et encore. C'est près du quart de sa production à 5-contre-5!

Les qualités du jeune centre des Red Wings sont évidentes. Il obtient beaucoup de tirs par heure jouée et il ne lésine pas sur la distance. Mais on l'a jusqu'ici protégé, lui donnant peu de temps de jeu. Évidemment, une plus grande utilisation vient avec de meilleurs coéquipiers, ce qui pourrait contrebalancer les choses, mais le fait est qu'on peut se demander si plus de temps de jeu donnerait une augmentation correspondante de sa production, sachant qu'il serait ainsi plus exposé aux meilleurs éléments adverses.

Les Red Wings auraient probablement déjà signé leur jeune centre si leur situation budgétaire n'était pas si précaire. Mais on doit faire la part des choses; l'équipe est présentement dans une situation misérable et le seul retour d'Athanasiou dans l'alignement ne suffirait probablement pas à changer les choses. Vu les circonstances, donc, les Red Wings ont tout intérêt à tenir la ligne dure.

En voir plus