Skip to main content

Bouchard : Les Bruins amorcent un virage jeunesse

Boston espère que les attaquants Ryan Spooner et Frank Vatrano écloront dans l'ombre de Bergeron et Krejci

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Le départ de l'entraîneur Claude Julien l'hiver dernier laissait deviner l'amorce d'une nouvelle ère chez les Bruins de Boston. Fait intéressant, on ne semble pas pour autant intéressés à regarder l'équipe décliner. Plus encore, on semble bien décidé à remanier l'équipe en douceur, laissant le gros des tâches ardues à un groupe de vétérans qui sont encore la fondation du club.

La signature récente de Ryan Spooner illustre bien la démarche. Bien qu'il ait 25 ans, les Bruins ne semblent pas encore certains du rôle que Spooner jouera. Après une première saison remarquée (49 points), celui-ci semble en effet avoir régressé, accumulant 39 points et migrant graduellement de la position de centre vers celle d'ailier. Spooner, il faut le dire, ne fait pas très belle figure au cercle des mises en jeu, n'ayant remporté que 42 pour cent de ses mises en carrière.

Mais le talent est là, surtout comme fabricant de jeu. Après avoir obtenu 11 passes en avantage numérique en 2015-16, il en a obtenu 15 l'an dernier, créant bon an mal an 2,3 passes primaires par heure jouée à 5 contre 4. Si ses passes savantes ont jusqu'ici surtout été payantes en avantage, il semble que ce ne soit qu'une question de temps avant que les choses décollent à forces égales.

Il semble, lorsqu'on regarde l'alignement des Bruins, que Spooner est en effet destiné à revenir au centre. Outre Patrice Bergeron et David Krejci, les options des Bruins au centre sont… particulières. Il y a bien David Backes (qui a beaucoup joué à l'aile) et Riley Nash, mais je ne suis pas certain que ces deux joueurs vont pousser Spooner à l'aile. 

Backes me semble destiné aux minutes « dures » en compagnie de Krejci ou Bergeron. On l'a vu à l'arrivée de Bruce Cassidy. David Pastrnak avait quitté l'aile droite de Bergeron pour rejoindre Krejci alors que Backes était allé aux côtés de Bergeron et Brad Marchand. Dans un cas comme dans l'autre, le vétéran semble destiné à jouer à l'aile dans le top-6.

Quant à Nash, on lui a donné un rôle résolument défensif l'an dernier, alors qu'il a disputé 55 pour cent de ses mises en jeu en zone défensive. Sachant que Patrice Bergeron est l'homme de confiance en défensive, Nash est clairement destiné à un rôle de soutien défensif. C'est pourquoi je pense qu'on va en faire un « super-4 », un centre de quatrième trio appelé à jouer parfois des minutes de troisième trio, lorsqu'on aura des avances à protéger par exemple.

Surtout, l'usage de Nash ne correspond pas du tout à celui de Spooner, lui aussi destiné à un rôle de soutien, mais plutôt offensif. En témoigne le fait qu'il a disputé 62 pour cent de ses mises en zone offensive.

Si on se fie à la classification développée par le blogueur Ryan Stimson, Spooner est un joueur appartenant au profil offensif « dépendant », alors que Nash est « équilibré ». 

Nash est donc un joueur qui stabilise le bas de l'alignement, alors que Spooner a besoin d'être entouré. Mais si on réussit à lui donner les ailiers dont il a besoin, le dividende offensif est alléchant.

Justement, les Bruins disposent d'une armada de joueurs qui sont du type « Francs-Tireurs », donc de parfaits compléments à Spooner.

Frank Vatrano est celui que Bruce Cassidy a systématiquement associé à Spooner depuis son passage derrière le banc des Bruins. Il n'est pas impossible qu'on décide de mettre Nash entre ces deux joueurs pour équilibrer le trio ou encore qu'on cherche à faire une unité résolument offensive avec Matt Beleskey. Les options sont nombreuses.

La clé de l'affaire semble ici être l'éclosion définitive de Spooner et Vatrano dans l'ombre de Krejci et Bergeron. S'ils réussissent, les Bruins vont avoir trois trios offensifs efficaces, une arme redoutable contre n'importe quel adversaire.

En voir plus