Skip to main content

Bouchard : La formidable remontée des Rangers

Notre chroniqueur se penche sur la séquence de succès de la troupe d'Alain Vigneault

par Olivier Bouchard @oli_bou / Chroniqueur LNH.com

Les Rangers de New York connaissent un mois de novembre spectaculaire. Au début du mois, le modèle de prédiction de participation aux séries de Micah Blake McCurdy, du site Hockeyviz.com, leur donnait 36 pour cent de chances de jouer dans le tournoi printanier. Douze jours plus tard, forts de six victoires consécutives depuis le 31 octobre, ils sont maintenant à 58 pour cent.

La troupe d'Alain Vigneault ne s'est pas soudainement métamorphosée en puissance de la ligue, loin de là. Ce qui frappe d'emblée, lorsqu'on regarde l'évolution de l'équipe, c'est à quel point elle se situe aux antipodes dans son rendement à 5-contre-5.

Les Rangers ont, si l'on se fie au modèle des buts prévus publié sur le site Corsica.Hockey, la cinquième meilleure attaque de la ligue à 5-contre-5, produisant depuis quelques semaines à un rythme équivalant à 90 pour cent de la meilleure attaque de la ligue dans cette situation, celle des Blue Jackets de Columbus.

La défensive des Rangers, par contre, est tout simplement pathétique, seuls les Devils du New Jersey faisant pire que les Blueshirts sur ce plan.

Si on suit ces mêmes données fondamentales pour observer ce qui se passe lors des unités spéciales, on constate que ça n'est guère mieux en désavantage numérique, alors que l'unité d'avantage numérique produit à un débit équivalent à 60 pour cent des meilleures formations du circuit.

 

Mais ce modèle des buts attendus ne rend pas compte des aléas des pourcentages, réalité inévitable des longues saisons de la LNH. En comparant les différentiels de buts attendus des différentiels de buts réels, il est possible de mieux saisir comment l'équipe est susceptible de régresser ou de progresser à partir d'un point donné dans la saison.

Sans surprise, l'évolution de la différence entre buts attendus et buts réels est à son degré le plus important un peu avant que les Rangers amorcent leur série de six victoires.

Le 28 octobre, les Rangers ont cumulé un déficit de huit buts par rapport au total attendu qu'on peut déduire de la qualité et de la quantité de tirs qu'ils ont obtenus et concédés. Ce trou est entièrement le résultat du manque d'opportunisme des tireurs de l'équipe, qui retrouvent, après le 28 octobre, leur opportunisme à forces égales et connaissent des moments particulièrement heureux en avantage numérique.

 

En fait, les Rangers ont comblé depuis six matchs la quasi-totalité du déficit creusé lors des douze premières joutes disputées en saison. Ça n'est pas exactement le résultat du seul jeu à forces égales où, on le constate dans le graphique ci-dessus, on a simplement cessé de creuser le déficit accumulé.

Le graphique ci-dessous résume par où le retard s'est comblé.

 

C'est du côté des unités spéciales que le gros du travail s'est accompli, notamment en désavantage numérique. L'équipe est en effet titulaire d'un différentiel de buts de -1 dans cette situation, alors que le déficit attendu y est de -2,5 buts. En avantage numérique, on affiche un bilan de +7 en six matchs, alors que la formule de Corsica.Hockey prévoit plutôt un surplus de +3,5.

Cette poussée est, dans l'ensemble, le fruit d'un opportunisme retrouvé de la part des jeunes attaquants de la formation. Pavel Buchnevich vient de marquer quatre buts en six matchs, soit deux en avantage et deux autres à forces égales. Jimmy Vesey a quant à lui enfilé trois buts à forces égales, alors que le vétéran Michael Grabner les a appuyés avec deux buts à forces égales et, surtout, trois buts dans un filet désert.

C'est un détail amusant de la carrière unique de Grabner, un spécialiste de la défensive par ailleurs capable de sortir des buts de nulle part grâce à ses accélérations explosives : depuis son arrivée dans la LNH en 2009, il a obtenu 17 buts dans un filet désert, un de moins que les meneurs de la période, Joe Thornton, Marian Hossa et Brad Marchand. Grabner est aussi 10e pour les buts marqués en désavantage numérique au cours de cette période, seuls Frans Nielsen (17), Marian Hossa (18) et Brad Marchand (23!!) l'ayant clairement surpassé.

Revenons un instant à l'excellente séquence des Rangers. Ils ont battu deux excellentes équipes au cours de cette série, les Blue Jackets et le Lightning de Tampa Bay et seuls les Golden Knights de Vegas disputaient une deuxième partie en deux soirs. Quatre des six matchs étaient disputés au Madison Square Garden, ce qui a certainement donné une poussée à l'équipe.

D'ici la fin du mois, la semaine qui vient s'annonce plus difficile avec des visites à Chicago et Columbus, mais ensuite, ils affrontent les Sénateurs d'Ottawa, les Hurricanes de la Caroline, les Red Wings de Detroit, les Canucks de Vancouver et les Panthers. Aucune séquence de deux matchs en deux soirs à prévoir pour les Rangers, alors que les Sénateurs et les Panthers les affronteront après avoir joué la veille. 

Les Rangers sont maintenant aux portes des positions de quatrièmes as, et ils sont en bonne posture pour continuer à avancer au classement. Et dire qu'on commençait à chuchoter sur la précarité du poste d'Alain Vigneault. Bien sûr, il faut engranger les points, mais disons simplement que les rumeurs sur la chute de Vigneault étaient, encore une fois, prématurées.

En voir plus