Skip to main content

#BobVousRépond : 15 février

Le sort des Canadiens de Montréal retient l'attention du lectorat de LNH.com et notre journaliste tente de répondre à toutes ses questions

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Eh la la, comme dirait un humoriste québécois réputé. Vous n'êtes pas reposants cette semaine. Vous êtes-vous passé le mot? On dirait un tir groupé sur une même cible, mais qui va dans tous les sens!

On pourrait refondre la multitude de questions reçues par une seule: On fait quoi avec les Canadiens de Montréal?

Commençons par le début, tiens.

Vendeurs ou acheteurs les Canadiens demande Luc Lacharité sur Facebook?

Vendeurs!

Ils sont peu nombreux les intouchables, à mon avis. Carey Price et Shea Weber, peut-être. Le directeur général Marc Bergevin ne doit pas laisser filer une occasion d'améliorer l'équipe, à brève ou à longue échéance. Cela dit, il ne doit pas la vider de ses joueurs non plus. Il y a de bons jeunes atouts avec lesquels l'organisation peut envisager l'avenir, les Jonathan Drouin, Brendan Gallagher, Phillip Danault, Artturi Lehkonen, Victor Mete, Paul Byron, Charles Hudon et Nikita Scherbak. J'ajouterai au groupe le nom du jeune vétéran Nicolas Deslauriers, qui souhaite ardemment continuer de porter fièrement le chandail bleu, blanc, rouge.

Les autres ne sont pas à l'abri d'un transfert. Les noms de Max Pacioretty et de Tomas Plekanec circulent déjà allègrement dans les rumeurs. Andrew Shaw, actuellement blessé, en est un autre qui pourrait intéresser une équipe aspirante aux grands honneurs. Alex Galchenyuk? Peut-être. Pacioretty possède une grande valeur, d'autant qu'il est sous contrat jusqu'à la fin de la saison 2018-19 au salaire annuel de 4,5 millions $. Plekanec en est à sa dernière année de contrat.

Charles-Alexandre Médaille (bons Jeux olympiques à vous, en passant) sur Facebook demande justement si une transaction ayant comme base Leon Draisaitl et Pacioretty est réaliste?

Non. Draisaitl, âgé de 22 ans, est un intouchable chez les Oilers d'Edmonton qui l'ont lié avec eux à fort prix et pour longtemps (huit ans, 68 millions $) avant cette saison. Il faudra plus, beaucoup plus que Pacioretty pour ébranler le directeur général Peter Chiarelli. Genre, Price, quelques jeunes et quelques choix. Et encore.

Video: FLA@EDM: Draisaitl marque sur un tir de pénalité

Pacioretty, s'il est échangé d'ici la date limite le 26 février, va se retrouver au sein d'une équipe qui aspire aux grands honneurs en juin.

En sous-question, M. Médaille s'interroge à savoir si les Canadiens possèdent les éléments nécessaires afin d'acquérir un centre numéro un? Et si l'ajout d'un centre de ce calibre, jumelé à l'éclosion probable de jeunes comme Drouin, Galchenyuk et Scherbak, ferait d'eux des prétendants dès la saison prochaine?

La réponse aux deux questions est oui. Une équipe dispose toujours des moyens de faire l'acquisition d'un joueur élite, si elle est prête à payer le gros prix. Les Canadiens n'ont peut-être pas tous les éléments en place, mais s'ils acceptaient de piger dans leur banque de choix rien ne les empêcherait de porter un grand coup. Ils disposent de plus d'une grande marge de manœuvre sur le plan financier. Il n'y a personne qui doute encore que les priorités nos 1, 2 et 3 de Bergevin soient l'acquisition d'un joueur de centre de grand calibre. 

Les grosses acquisitions ne devraient toutefois pas se faire avant la date limite, le 26 février.

Pour ce qui est du redressement possible, jetez simplement un œil à ce que l'Avalanche du Colorado, les Devils du New Jersey ou les Bruins de Boston font cette saison.

Les Canadiens peuvent rapidement orchestrer un retournement de situation. J'irai même plus loin en affirmant qu'ils vont en orchestrer un dès la saison prochaine.

Pierre-Luc Simard sur Facebook demande si le CH peut obtenir un bon joueur en échange d'un de ses défenseurs maladroits?

Vous ne nommez personne et je vous en suis gré. N'entretenez pas de grands espoirs, M. Simard, parce j'ai bien peur que les recruteurs professionnels des autres équipes voient la même chose que vous et moi. Quoique si les Sénateurs d'Ottawa ont pu se départir de Dion Phaneuf… 

Vous demandez également si l'équipe peut mettre la main sur un jeune joueur de centre sans échanger Pacioretty ou Price? Oui certainement, en ayant beaucoup d'argent à dépenser.

Ce qui nous amène à la question de Jean-Frédéric Lacroix ayant trait à l'intérêt que les Canadiens pourraient avoir à l'endroit de John Tavares des Islanders de New York ou Evander Kane des Sabres de Buffalo.

Évidemment que les Canadiens s'intéressent à Tavares. Quelle équipe ne s'y intéresserait pas? Il ne faut pas s'attendre à ce que les Islanders échangent leur joueur vedette avant le 26. Le dossier va connaître son dénouement au début de l'été. Tavares imitera-t-il Steven Stamkos en resignant avec les Islanders? Ou acceptera-t-il une offre d'une autre équipe? S'il envisage de quitter les Islanders, le CH sera sûrement très entreprenant.

Le début d'été s'annonce plus chaud que la fin de février, au sens figuré comme au sens propre.

Video: CBJ@NYI: Tavares récolte son 600e point dans la LNH

Poursuivons dans la même voie avec Vince Grt sur Facebook qui demande quels grands joueurs sont susceptibles de changer de club avant la date limite?

Pour avoir discuté avec quelques dirigeants d'équipes dernièrement, on ne s'attend pas à de grands bouleversements. C'est également ce qui se dégage de commentaires de directeurs généraux qui ont été publiés sur notre site LNH.com.

Un dirigeant me faisait remarquer que la grande majorité des équipes disposent des fonds nécessaires dans leur masse salariale afin d'ajouter des joueurs de premier plan. Le problème, c'est qu'il y en a que très peu à leur dernière année de contrat de disponibles.

Rick Nash des Rangers de New York pourrait être le gros morceau à arracher, c'est vous dire.

Video: CGY@NYR: Nash crée l'égalité sur une rondelle libre

Sinon, en parcourant la liste des joueurs potentiellement admissibles à leur autonomie complète après cette saison, hormis Tavares et Kane, on tombe sur Paul Stastny des Blues de St. Louis, les frères Sedin, Daniel et Henrik, des Canucks de Vancouver, Josh Bailey des Islanders, Michael Grabner et David Desharnais des Rangers de New York, James van Riemsdyk des Maple Leafs de Toronto, Plekanec, les défenseurs John Carlson des Capitals de Washington et Mike Green des Red Wings de Detroit, le gardien Cam Ward des Hurricanes de la Caroline, les attaquants James Neal et David Perron des Golden Knights de Vegas ainsi que Joe Thornton des Sharks de San Jose et Patric Hornqvist des Penguins de Pittsburgh, tous deux blessés.

La très forte majorité de ces joueurs vont demeurer au sein de leur équipe.

L'intrigue sera de voir si des D.G. vont mettre la main sur des joueurs qui sont sous contrat au-delà de cette saison, comme Pacioretty.

La question de la fin revient à Lucas Boni sur Facebook qui demande si les Golden Knights vont échanger James Neal?

Non. Le directeur général George McPhee est pris au piège. Son plan en vue de la date limite, avant cette saison, était de se départir de vétérans à leur dernière année de contrat, comme Neal, Perron et Jonathan Marchessault.

Video: VGK@SJS: Neal complète un échange avec Perron

Les Golden Knights connaissent tellement de succès que McPhee doit passer au plan B qui consiste à tenter de gagner la Coupe Stanley dès cette année! Un problème que plusieurs de ses homologues dans la LNH aimeraient avoir! 

Il serait bien mal vu de « casser le party » en cours à Las Vegas en démontant ce qu'il a monté au repêchage d'expansion. Il a déjà mis Marchessault sous contrat pour plusieurs saisons. Ça ne veut pas dire qu'il va faire de même avec Neal et Perron. Mais il peut se permettre de courir le risque de perdre les deux attaquants pour rien après cette saison, si la conséquence est un beau parcours de l'équipe en séries éliminatoires. 

Et qui sait, peut-être pourra-t-il tout de même retenir les services des deux joueurs sans avoir à les surpayer parce qu'ils ne voudront pas quitter la formation du Nevada.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.