Skip to main content

Bob Gainey craint que le public ne chasse Carey Price de Montréal

LNH.com @NHL

MONTREAL - Le public va-t-il chasser Carey Price de Montréal?

C'est ce que craint Bob Gainey, qui n'a pas apprécié la réaction de la foule à l'endroit de son jeune gardien. Price a fait l'objet d'applaudissements dérisoires en deuxième période après avoir stoppé un tir de Mark Recchi. Il a répondu en levant les bras au ciel comme l'avait fait Patrick Roy il y a 13 ans. Gainey a lui-même été victime des sarcasmes de la foule qui a scandé le nom de Guy Carbonneau en fin de rencontre.

"Je suis plus préoccupé par ce que peut ressentir un jeune de 21 ans que par la réaction du public à mon égard", a déclaré Gainey.

L'entraîneur a alors rappelé le sort que les partisans des Kings de Los Angeles avaient réservé à Darryl Sydor.

"En 1993, les partisans des Kings, des imbéciles, ont conspué Sydor. Les Kings nous l'ont échangé (à Dallas) et il a animé notre attaque à cinq pendant cinq ans.

"Les gens devraient réfléchir à deux fois avant de conspuer un joueur, a ajouté Gainey. Ils risquent de le sortir de la ville. Des équipes n'attendent que ça."

Georges Laraque s'est aussi porté à la défense de Price.

"Les amateurs ne sont pas corrects, a dit Laraque. Les gens ne doivent pas être aussi durs avec lui."

Laraque a ajouté que la réaction du public fait fuir les joueurs autonomes.

"On dit qu'on a les meilleurs partisans. C'est vrai que le Centre Bell est toujours rempli. Mais des bons fans, c'est plus que ça, a fait valoir l'homme fort du Canadien. Ils crient 'Carbo, Carbo, Carbo' même si les joueurs donnent tout ce qu'ils ont durant le match. On ne scande pas un nom pour embarrasser un coach et les joueurs.

"Moi, ça ne me dérange pas, a-t-il ajouté. Je me suis fait ramasser toute l'année. Mais je sais que le Canadien ne peut attirer de joueurs autonomes. Les joueurs se servent du Canadien pour faire monter les enchères. Ils disent tous que Montréal a été dans le portrait. Mais ils ne signent jamais avec le Canadien.

"C'est difficile pour l'organisation. Les bons joueurs peuvent seulement être obtenus par les échanges. Les bons joueurs autonomes ne viennent pas."

Laraque a profité de l'occasion pour parler de sa blessure. Durant toute l'année, il a souffert d'une hernie discale. En fait, de deux hernies discales. Il espère seulement éviter l'opération.

"Les gens ne savent pas ce que c'est, a-t-il dit. Je ne pouvais pas parler. L'adversaire en aurait profité pour me frapper."

Saku Koivu aurait lui aussi préféré une autre réaction de la foule.

"Tout le monde était frustré, a noté le capitaine. Ce n'était pas agréable d'entendre les huées.

"On s'est bien battus durant les 10 ou 15 derniers matchs pour accéder aux séries. Malheureusement, nous n'avons pas obtenu les résultats souhaités.

"Dans cette série, il nous manquait de bons éléments. Ca n'a pas aidé", a ajouté le Finlandais dont l'avenir à Montréal demeure incertain.

En voir plus