Skip to main content

Ben Walter n'a pas oublié les années qu'il a passées à Montréal

LNH.com @NHL

MONTREAL (PC) - Un joueur est toujours fébrile à l'idée de disputer un premier match dans sa ville natale. C'était le cas mardi de Ben Walter, récemment rappelé par les Bruins de Boston. Ben, 22 ans, est le fils de Ryan Walter qui a joué neuf saisons à Montréal, de 1982 à 1991.

"Je suis né en 1984 et j'ai grandi à Beaconsfield (une banlieue de Montréal). C'est ici que j'ai appris à patiner, raconte le jeune Walter. J'ai fréquenté l'école pendant deux ans, puis nous avons déménagé à Vancouver alors que j'avais 7 ans. J'ai encore beaucoup de souvenirs de cette période de ma vie.

"J'ai déjà disputé un match préparatoire au Centre Bell. Mais ce n'est pas la même chose. La rencontre de ce soir (mardi) représente un moment très spécial pour moi, surtout qu'il s'agit d'un match important pour les deux équipes."

Walter a été rappelé de Providence jeudi dernier.

"J'ai jeté un coup d'oeil au calendrier des Bruins à mon arrivée à Boston. J'espérais être toujours avec l'équipe lors du voyage à Montréal."

Son père l'encourage

Walter dit qu'il communique avec son père au moins deux fois par semaine.

"On se parle après les matchs. Il ne cesse jamais de m'encourager. Je sais qu'il est très excité de savoir que je joue mon premier match à Montréal même si je le fais dans l'uniforme des Bruins. Il me disait l'autre jour qu'il aimait affronter les Bruins."

Walter, un joueur de centre comme son père, a été le cinquième choix des Bruins et le 160e joueur réclamé au repêchage de 2004. Il a défendu pendant trois saisons les couleurs de l'Université Mass-Lowell, inscrivant 26 buts à sa dernière campagne, un sommet dans la ligue Hockey-East. La saison dernière a été sa première chez les professionnels. Il a récolté 41 points dont 16 buts en 62 matchs à Providence. Il a aussi disputé six matchs à Boston.

"Je n'ai pas été un choix de premier tour et je m'attendais à jouer dans la Ligue américaine. C'est une expérience nécessaire, surtout pour un joueur qui vient des rangs collégiaux. Dans le pro, on est sur la glace à tous les jours, ce qui n'est pas le cas à l'université. Pour moi, il s'agit d'un bon apprentissage."

Walter a bien progressé cette saison. En 62 matchs à Providence, il a amassé 56 points dont 22 buts. Il affichait aussi le quatrième meilleur différentiel (plus-24) de la Ligue américaine au moment de son rappel.

"J'ai une bonne saison et l'équipe a du succès", dit-il.

Son jeune frère Joey

Ryan Walter pourrait voir un autre de ses fils atteindre la Ligue nationale.

"J'ai deux frères et deux soeurs. Ils sont tous nés à Montréal à l'exception de ma jeune soeur, raconte Ben. Mon frère Joey (16 ans) joue dans le junior A en Colombie-Britannique. Il est déjà très bon. Il est gros en plus de jouer avec beaucoup d'intelligence. Il hésite encore entre le junior et le hockey universitaire. Mais il a tout ce qu'il faut pour jouer dans la LNH", affirme Ben.

En voir plus