Skip to main content

Ben Bishop admet avoir été effrayé par sa blessure

Le gardien du Lightning sera absent sur une base quotidienne après s'être blessé au bas du corps dans le match no 1

par Brian Compton @BComptonNHL / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

PITTSBURGH -- Quand il s'est effondré sur la glace au Consol Energy Center vendredi, le gardien du Lightning de Tampa Bay Ben Bishop ne pouvait que croire que tout le travail qu'il faisait pour aider son équipe à retourner en finale de l'Association de l'Est et son rêve de soulever la Coupe Stanley avaient les deux été effacés d'un seul coup.

Tout le monde dans la salle comble à Pittsburgh pendant le match no 1 de la finale de l'Association de l'Est entre le Lightning et les Penguins de Pittsburgh croyait probablement la même chose. En regardant Bishop se tordre de douleur en étreignant son genou gauche avant d'être transporté hors glace sur une civière, c'était facile à croire que sa saison était terminée.

Mais Bishop était toutefois présent dimanche, s'adressant aux médias pour la première fois depuis le moment effrayant qui s'est déroulé moins de 13 minutes après le début de la série, pour discuter de la séquence et de son espoir remarquable de jouer à nouveau dans cette série.

« C'était une expérience effrayante, a admis Bishop. Vous avez vu le jeu. Je suis tombé en arrière et j'ai senti quelque chose que je n'avais jamais auparavant senti. J'ai ressenti des douleurs tout de suite. Certaines choses viennent rapidement à l'esprit, tu commences à penser au pire scénario. Je croyais que la jambe était fracturée.

« J'avais vraiment peur. En dehors de la glace, ils m'ont évalué et ni les radiographies ni le test d'imagerie par résonance magnétique n'ont rien divulgué. C'est maintenant une question de savoir quand je me sentirai bien à nouveau. C'était certainement l'une des choses les plus effrayantes qui me sont arrivées. Quand une telle situation t'arrive, tu commences à redouter le résultat. Heureusement, ce n'était pas très grave. »

Ce fut une vraie surprise aux journalistes samedi quand le directeur général du Lightning Steve Yzerman a déclaré au Tampa Bay Times que Bishop allait être à l'écart sur une base quotidienne. Au moment de sa blessure, il semblait s'agir d'une absence d'au moins plusieurs mois. L'idée que Bishop, finaliste pour l'obtention du trophée Vézina en 2016, puisse disputer une autre match des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2016 semblait être absurde.

« Tu crois que ta saison et ton été sont les deux terminés, a avoué Bishop. Combien de temps dois-je prendre pour m'en remettre? C'est drôle, le nombre de choses auxquelles tu penses pendant un bref moment. C'était très douloureux par la suite, mais alors que la soirée et la prochaine journée se progressaient, je me sentais lentement mieux. Il n'y a pas beaucoup de douleur pour l'instant. Il y a toutefois une grande différence entre marcher et y aller pour jouer au hockey. »

La nouvelle n'était pas seulement un soulagement pour les coéquipiers de Bishop qui ont gardé le cap pour remporter le match no 1 3-1 et prendre une avance de 1-0 dans la série quatre de sept, mais également pour la famille et les amis de Bishop. Ceux qui tiennent le plus à lui ne pouvaient que regarder les événements des gradins ou à la télévision et se demander si c'était une blessure qui pourrait écourter ou même terminer sa carrière.

« J'ai certainement reçu beaucoup de messages, a lancé Bishop. Beaucoup de personnes priaient pour moi, je voudrais remercier tout le monde qui l'a fait. Je l'apprécie beaucoup. Ma famille était ici et je leur ai parlé aussi tôt que possible pour les laisser savoir ce qui s'était passé. Tout le monde avait peur, mais en même temps, nous étions reconnaissants de tous ceux qui m'avaient envoyé des messages. J'en apprécie tout. »

L'entraîneur du Lightning Jon Cooper n'a pas voulu exclure Bishop du match no 2 lundi (20h H.E.; TVA Sports, CBC, NBCSN), mais il semble qu'Andrei Vasilevskiy, qui a réussi 25 arrêts en relève de Bishop vendredi, aura le départ pour Tampa Bay. Dimanche, Bishop s'est épanché au sujet de la capacité de son équipe de répondre à l'adversité, peu importe qui est blessé -- que ce soit le capitaine Steven Stamkos, le défenseur Anton Stralman (aucun des deux joueurs n'a participé à un seul match du tournoi printanier) ou le gardien no 1.

« Nous avons déjà compté sur 28 ou 29 joueurs dans ces séries », a noté Bishop, qui a brièvement patiné avant l'entraînement de l'équipe dimanche. « Je crois que ça révèle beaucoup en ce qui concerne cette organisation. Tu as besoin de la profondeur pour atteindre cette étape. Tu n'arrives pas ici avec une seule formation, tu as besoin que de différents joueurs se fassent remarquer chaque soir. C'est une grande raison pour laquelle nous sommes ici. »

Bishop est une des plus grandes raisons qui expliquent les succès d'une équipe qui se retrouve à trois victoires d'un autre passage en Finale de la Coupe Stanley. Si tu rêves comme Bishop, elle n'est qu'à sept gains du prix ultime.

Dans un retournement de situation inattendu, le rêve de Bishop se poursuit.

« Je prends un jour à la fois pour l'instant, a dit Bishop. Je me sens mieux que [samedi]. C'est maintenant une question de me remettre au point où je crois que je suis prêt à sauter sur la glace pour aider mon équipe à gagner. »

En voir plus