Skip to main content

Backes dit au revoir à St. Louis… pour l'instant

L'ancien capitaine des Blues signe un contrat de cinq ans pour 30 millions $ avec les Bruins

par Amalie Benjamin @amaliebenjamin / Journaliste NHL.com

Ses derniers moments à St. Louis ont été marqués par les larmes, alors qu'il pensait à l'avenir, au passé, à l'inconnu.

David Backes a été anéanti par l'élimination des Blues aux mains des Sharks de San Jose à l'occasion du sixième match de la finale de l'Association de l'Ouest. Il savait qu'il était venu près d'accéder à la Finale de la Coupe Stanley et il sentait qu'il n'enfilerait peut-être plus l'uniforme des Blues.

 

L'inconnu a fait place à une certitude, vendredi, alors que l'ancien capitaine a officiellement quitté les Blues. Il a appris qu'il allait s'établir à l'est de St. Louis, la seule organisation pour laquelle il ait jamais joué dans la LNH, afin de se joindre aux Bruins de Boston, une équipe dont les exploits du passé semblent bien se marier à son style et à sa combativité.

Backes a conclu une entente de cinq ans d'une valeur de 30 millions $ avec les Bruins, mais il n'a pas été facile pour lui de partir. Ce sont les Blues, après tout, qui l'ont repêché. La ville de St. Louis était devenue l'endroit où il avait fait sa vie. Il avait grandi avec l'équipe et l'équipe avait grandi avec lui, partant des bas-fonds de la ligue pour se retrouver dans le carré final au printemps dernier.

« Je ne peux imaginer meilleur endroit pour jouer au hockey, pour évoluer comme personne et pour vivre avec sa famille comme ç'a été le cas ces 10 dernières années », a écrit Backes dans un long gazouilli affiché à 12 h 55, vendredi, moins d'une heure après qu'il soit devenu joueur autonome sans compensation.

« Mes innombrables rêves de devenir le premier joueur des Blues à soulever une coupe et de disputer ma carrière au grand complet avec la même organisation ont pris fin de façon soudaine et inattendue. Je passe le flambeau à celui qui me succédera et je souhaite à l'équipe et à la ville le championnat qu'ils attendent de célébrer depuis 50 ans. Je vais chérir pour toujours les poignées de main, les cris d'encouragement et le temps que j'ai passé dans cette ville. Je ne dis pas adieu, je dis au revoir… pour l'instant. Merci St. Louis ! »

Il ne donnait pas l'impression d'être un homme qui avait hâte de partir ni d'être un homme qui fermait la porte à un retour. Et le directeur général des Blues Doug Armstrong n'avait pas l'allure d'un homme qui voulait perdre Backes, déclarant à l'occasion d'un entretien avec NHL Network que le joueur de centre « manquerait énormément » à l'équipe, autant en raison de sa robustesse que de ses qualités de meneur.

Mais, a-t-il ajouté, il était un peu nerveux à l'idée d'accorder un contrat à long terme à un joueur de 32 ans.

« Tu veux que la production soit à la hauteur de la compensation financière qui est offerte », a-t-il noté.

En fin de compte, ce n'était pas le montant du salaire qui le rendait nerveux. C'était le nombre d'années.

Et cela a mis fin à l'union entre Backes et les Blues, l'équipe pour laquelle Backes a marqué 206 buts et récolté 254 aides en 10 saisons, ce qui lui procure le sixième rang de l'histoire chez les pointeurs de l'équipe.

Il s'est souvenu de deux de ces buts, vendredi, et l'a relaté sur Twitter.

« Je me souviens vivement de mon premier but avec les Blues, c'était contre les Kings de Los Angeles à mon premier match à domicile au Scottrade Center, tout comme je me souviens de mon dernier filet avec les Blues, lors du premier match de la finale de l'Ouest contre les Sharks de San Jose, a écrit Backes. Entre les deux, je garde avec moi 10 années de merveilleux souvenirs au sein d'une concession qui a beaucoup grandi, passant de pire équipe dans la LNH à une des quatre meilleures dans la Ligue, avec toutes les épreuves et tous les triomphes qu'il y a eu en cours de route.

« Je me souviendrai du temps que j'ai passé à jouer à St. Louis en raison des gens incroyables et des relations que j'y ai tissées, des fidèles et fervents partisans qui soutiennent l'équipe et de la communauté très dévouée qui a bien accueilli le travail caritatif que mon épouse et moi faisons. Tous ces éléments incroyablement positifs ont rendu notre famille fière de dire qu'elle avait fait de St. Louis son foyer. »

St. Louis n'est plus le foyer des Backes, du moins pas pour le hockey. Il s'agit maintenant de Boston, alors que Backes troquera maintenant l'uniforme bleu des Blues pour le chandail noir et or des Bruins.

 

En voir plus