Skip to main content

Aux leaders des Penguins de se lever

L'entraîneur Mike Sullivan se dit confiant que ses troupiers réagiront de nouveau de la bonne façon face à l'adversité

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

TAMPA - Les Penguins de Pittsburgh ont atteint la finale de l'Association de l'Est en partie grâce à une contribution inespérée de leurs joueurs de soutien. Maintenant que le spectre de l'élimination leur pend au bout du nez, ils ont plus que jamais besoin de voir les ténors de l'équipe de se faire valoir, mardi, dans le sixième match de la série contre le Lightning de Tampa Bay au Amalie Arena (20h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

À commencer par les vétérans attaquants vedettes Sidney Crosby et Evgeni Malkin qui sont éclipsés par les Nikita Kucherov et Tyler Johnson, âgés de 22 et de 25 ans respectivement.

Crosby (2-1) et Malkin (1-2) n'ont obtenu que trois points chacun dans la série, comparativement à sept points pour Kucherov (2-5) et quatre pour Johnson (3-1). Crosby et Johnson ont deux buts gagnants chacun.

Les deux autres principaux rouages des Penguins, les Québécois Marc-Andre Fleury et Kristopher Letang, voudront faire amende honorable pour leur performance en dents de scie dans la cinquième rencontre, dimanche.

Quoique dans le cas de Fleury, rien n'est moins assuré qu'il soit de la partie, mardi. L'entraîneur Mike Sullivan n'a pas voulu confirmer l'identité du gardien qu'il enverra dans la mêlée, au lendemain de la défaite de 4-3 des Penguins subie en prolongation.

Fleury a complété une première sortie depuis le 31 mars comme partant peu concluante, cédant quatre fois en 25 tirs. Il a même admis s'être déjà senti mieux.

Sullivan, qui n'a pas voulu commenter la soirée de travail de Fleury, est tenté de revenir avec le gardien recrue Matt Murray, à quelques heures de son 22e anniversaire de naissance mercredi. Murray avait amorcé les 13 rencontres précédentes des Penguins en séries, avant dimanche.

Patate chaude

Sullivan se retrouve avec une patate chaude entre les mains. Il a misé sur le vétéran Fleury pour le cinquième match, il doit maintenant jouer à quitte ou double.

« Nous devons composer avec une situation imparfaite (devant le filet) », a-t-il répété lundi avant le départ de l'équipe vers la Floride. « Nous souhaiterions qu'elle soit différente, mais ce n'est pas le cas. »

Pendant ce temps, le Lightning nage en plein bonheur avec le jeune Andrei Vasilevskiy en remplacement du gardien Ben Bishop, blessé. Bishop s'est infligé une blessure au bas du corps au début du match inaugural de la finale de l'Est. Même si son état de santé est analysé sur une base quotidienne, il serait maintenant très surprenant de le revoir d'ici la conclusion de la série.

Les Penguins dominent 196-131 dans les tirs après cinq confrontations, mais c'est le Lightning qui a l'avantage 15-14 dans les buts et 3-2 dans la série.

Contre vents et marée, malgré l'absence de Steven Stamkos, l'increvable équipe de la Floride tentera devant ses partisans d'accéder en finale de la Coupe Stanley pour la deuxième année d'affilée.

Dans l'entourage des Penguins lundi, il se dégageait une confiance tranquille malgré le contexte sans lendemain.

« J'ai confiance en ce groupe. Il a démontré une grande résistance cette saison, en passant au travers d'innombrables épreuves, a déclaré l'entraîneur Sullivan. Je me demande s'il y a une équipe qui a été plus éprouvée que nous, du début du camp d'entraînement jusqu'à ce jour. Les gars ont affiché beaucoup de résilience et ils devront en afficher plus que jamais. Je crois en eux et je suis assuré qu'ils sauront encore réagir de la bonne façon. »

Letang le sait

Le défenseur Letang avait déjà mis derrière lui la soirée difficile, marquée d'un différentiel en défense de moins-4, qu'il a connue. Le hockeyeur natif de Sainte-Julie, sur la rive-sud de Montréal, n'avait pas le sentiment d'avoir si mal fait.

« Ce n'est qu'une statistique, a-t-il souligné. Vous ne l'appréciez pas quand elle est négative, mais en y regardant de près, vous réalisez que c'est une affaire d'équipe. Il arrive parfois que je termine un match avec une fiche positive sans n'avoir rien foutu sur la glace. Cela dit, je sais que je dois être meilleur et c'est ce que je vais essayer de faire mardi. »

Le jeune défenseur Olli Maatta s'est bien tiré d'affaire à son retour dans la formation dimanche, mais les Penguins ont paru manquer par moments les services de Trevor Daley. Le vétéran Daley a vu ses séries prendre fin de façon abrupte en raison d'une fracture de la cheville gauche subie dans le match no 4.

Dimanche matin, Letang soulignait l'importance pour lui de ne pas tenter de trop en faire afin de combler la perte de Daley. On a cru le voir tomber dans le panneau, dimanche.

L'entraîneur a rappelé lundi que le défenseur âgé de 29 ans, qui passe presque la moitié des matchs dans le feu de l'action, est à son mieux quand il ne se complique pas la tâche.

« Il se met parfois dans le pétrin quand il essaie de trop en faire », a soumis Sullivan.

Se disant confiant de voir l'équipe revenir plus fort et provoquer la présentation d'une septième rencontre jeudi, Letang a avoué que c'est à lui et aux autres leaders du groupe de montrer la voie à leurs coéquipiers.

« Nous connaissons la recette. Tout ira pour le mieux si nous jouons de la bonne façon », a résumé le défenseur en précisant qu'on doit décocher davantage de lancers vers le filet du Lightning « parce qu'on ne sait jamais ».

En voir plus