Skip to main content

Aperçu de la série Dallas-Minnesota

La meilleure équipe dans l'Ouest, les Stars effectuent un retour aux sources contre le Minnesota

par Steve Hunt et Dan Myers / Journalistes NHL.com

La fierté des North Stars sera en jeu dans la série de première ronde de l'Association de l'Ouest entre les Stars de Dallas et le Wild du Minnesota.
Les Stars, les champions de l'Association de l'Ouest et de la section Centrale après avoir eu le dessus sur les Blues de St. Louis dans la dernière ligne droite de la saison, sont les descendants directs des défunts North Stars du Minnesota, la première équipe de la LNH de l'État. Lorsque les North Stars ont été relocalisés à Dallas en 1993, ils sont devenus les Stars.

Le Wild, qui a décroché la deuxième place de quatrième as dans l'Association de l'Ouest, ont comblé ce vide laissé par le départ des North Stars lorsqu'il a joint la ligue à titre d'équipe d'expansion en 1997 avant de disputer une première saison en 2000.
Maintenant, les deux organisations croisent le fer pour la première fois en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. 
Les Stars (50-23-9, 109 points) ont amassé 22 points de plus que le Wild (38-33-11, 87 points), mais les duels entre les deux équipes cette saison ont été beaucoup plus serrés que cela. Les deux formations ont signé un gain en temps réglementaire, le Minnesota s'imposant 2-1 le 9 janvier, et Dallas 6-3 le 21 décembre. Les trois autres affrontements entre ces deux rivaux ont été décidés en prolongation, chaque fois en faveur des Stars.
Cependant, ces résultats doivent être analysés sous un angle différent. John Torchetti a remplacé Mike Yeo à titre d'entraîneur du Wild le 13 février, quatre jours après le dernier match entre les deux équipes cette saison.
Le Wild affiche un dossier de 15-11-1 depuis que Torchetti est arrivé derrière le banc. Cinq de ses 11 défaites en temps réglementaire ont été subies par un but. 
De plus, les Stars n'ont effectué qu'une présence en séries éliminatoires au cours des sept dernières campagnes, et certains joueurs clés, comme leur meilleur pointeur Jamie Benn et leur défenseur numéro un John Klingberg, ont peu ou pas d'expérience en séries.
Le noyau du Wild a participé au tournoi printanier à chacune des trois dernières saisons et a atteint la deuxième ronde à chacune des deux dernières années avant d'être éliminé par les Blackhawks de Chicago chaque fois.

ATTAQUANTS 
Stars: Pendant une bonne partie de la saison, Dallas a mené la LNH au chapitre des buts marqués, la source principale de cette production étant le duo dynamique offensif des Stars composé de Jamie Benn et Tyler Seguin.  

Benn, le lauréat en titre du trophée Art-Ross, occupe le premier rang chez les Stars pour les buts, les mentions d'aide et les points. Il a remporté le Art Ross la saison dernière, alors que Dallas n'a pas réussi à se qualifier pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Benn n'est pas dans la course pour remporter cet honneur individuel cette saison, mais le plus important aux yeux du capitaine des Stars, c'est que son équipe soit de retour en séries.
« Je crois que c'est le genre de joueur qu'il est », a dit l'entraîneur des Stars Lindy Ruff de Benn. « Les besoins de l'équipe sont plus importants que les siens. »
Benn est resté en santé et il a produit à un rythme constant, mais on ne peut dire la même chose de Seguin, qui a raté les huit derniers matchs des siens en raison d'une blessure au tendon d'Achille qu'il a subie le 14 mars lors d'un match disputé contre le Lightning de Tampa Bay. Seguin a récemment recommencé à patiner et il espère revenir au jeu à temps pour le début des séries, mais c'est possible qu'il n'y parvienne pas.
Selon Benn, un des facteurs qui ont permis à Dallas de renouer avec les séries est le fait que la formation de la saison 2014-15 est restée intacte en vue de la présente campagne, si bien que le groupe en place tenait à faire amende honorable et à retourner en séries.
« Oui, c'est difficile quand tu ne participes pas aux séries. Je sais que collectivement, nous avons joué en deçà de notre potentiel la saison dernière. Nous pensions avoir l'équipe qu'il fallait pour y arriver, mais nous n'avons pas réussi, a noté Benn. Cette saison, aucune excuse n'était valable et nous nous sommes concentrés sur la nécessité de faire les bonnes choses à chaque jour afin de remporter des matchs de hockey. »
Dallas a obtenu une bonne contribution de la part du vétéran joueur de centre Jason Spezza, qui a passé une bonne partie de la campagne au centre du deuxième trio. Le nouveau venu Patrick Sharp, qui a remporté la Coupe Stanley à trois reprises avec les Blackhawks de Chicago, s'est amené dans le cadre d'une transaction complétée durant la saison morte pour apporter des renforts à l'attaque, de l'expérience et du leadership.
Patrick Eaves, Ales Hemsky, Antoine Roussel, Colton Sceviour, Valeri Nichushkin et Cody Eakin permettent aux Stars de miser sur des joueurs de talent au sein de leurs deux derniers trios, et ils peuvent contribuer à la production de buts.

Wild : Le Wild compte sur plusieurs éléments qui, individuellement, ont le potentiel d'être très bons. Il revient à l'entraîneur intérimaire John Torchetti de trouver les bonnes combinaisons qui permettront à ces individus de s'épanouir.

Le duo formé d'Erik Haula et Nino Niederreiter a pratiquement été la seule constante depuis l'arrivée de Torchetti derrière le banc le 13 février. 

Les blessures et les contre-performances l'ont contraint à jouer avec ses trios. Malgré tout, certains joueurs ont connu de bonnes séquences. 

Zach Parise et Mikko Koivu sont les piliers du jeu de puissance du Minnesota, et ce, peu importe leur utilisation à forces égales. Mikael Granlund, un centre naturel, a joué à la droite de Parise et Koivu récemment, ce qui a transformé cette unité. 

Charlie Coyle, un des meilleurs joueurs du Wild en février et en mars, est passé de l'aile au centre d'un match à l'autre et même d'une période à l'autre. On voit souvent Coyle et Granlund être interchangés selon la situation.

Quand il était en santé, Jason Pominville s'est souvent retrouvé aux côtés de Haula et Niederreiter. Ce trio n'a pas toujours été aussi explosif que vers la fin du mois de février et le début du mois de mars, mais il a été assez productif pour que Torchetti le laisse intact. Haula, Niederreiter et Pominville ont connu leurs meilleurs moments quand ils étaient utilisés contre les meilleurs trios adverses. Ils sont particulièrement dangereux quand ils transposent leur jeu défensif en zone offensive.

Le vétéran Jarret Stoll a apporté de la stabilité à la position de centre du quatrième trio après avoir été réclamé au ballottage des Rangers de New York dix jours avant Noël. Chris Porter, Ryan Carter, Justin Fontaine et Jordan Schroeder ont été insérés dans l'alignement en fonction des adversaires et des blessures.

David Jones, acquis des Flames de Calgary Flames à la date limite des transactions, a bien fait sur l'aile droite des troisième et quatrième trios, mais il peut aussi être utilisé sur les deux premières unités à l'occasion. Son gabarit, sa rapidité et sa ténacité en font l'un des favoris de Torchetti. 

Jason Zucker et Thomas Vanek sont imprévisibles. Vanek a été écarté de la formation en raison d'une blessure au haut du corps en fin de saison et on ne sait toujours pas s'il sera disponible pour le début des séries. Même lorsqu'il était en santé, Torchetti a prouvé qu'il n'avait pas peur de laisser Vanek de côté quand son vétéran ne répondait pas à ses attentes.

Zucker a tout ce qu'il faut pour être un joueur d'impact, mais il a connu des ennuis vers la fin du calendrier régulier. Sa vitesse le rend extrêmement menaçant et il a été l'un des francs-tireurs les plus efficaces de la LNH cette saison (21 buts en seulement 51 parties), mais son irrégularité à l'attaque et en zone défensive frustre Torchetti.

DÉFENSEURS 
Stars : Les Stars ont surtout eu droit aux éloges en raison de leur production de buts, mais il faut également noter qu'ils ont resserré leur jeu en défensive, alors qu'ils ont accordé 228 buts cette saison après en avoir alloué 260 l'hiver précédent. La saison dernière, Dallas a affiché un différentiel de buts de plus-1 comparé à plus-37 cette saison. 

Les Stars ont fait preuve d'une belle stabilité à la ligne bleue. Alex Goligoski, le défenseur qui a le plus d'ancienneté au sein de la formation, et John Klingbergont formé le premier duo d'arrières de l'équipe pendant une bonne part de la saison.
Goligoski, qui s'est amené dans le cadre d'une transaction avec les Penguins de Pittsburgh survenue à la date limite des échanges de la LNH en 2011, est bien placé pour analyser ce qui a permis aux Stars de s'améliorer défensivement.
« Nous contrôlons la rondelle beaucoup, tout comme l'an dernier. Notre jeu de possession est bon. Mais je pense que nous avons beaucoup gagné en confiance dans les moments où nous avons l'avance au score et dans notre façon de jouer avec une avance, a indiqué Goligoski. Je pense que ç'a quelque chose à voir avec ça. Mais c'est une combinaison de différentes choses, en fait. »
Johnny Oduya a été le pilier du deuxième duo, alors qu'il a passé beaucoup de temps cette saison aux côtés d'un autre vétéran, Jason Demers. Quand Demers a dû s'absenter au mois de mars à cause d'une blessure à l'épaule, le joueur recrue Stephen Johns, que les Stars ont obtenu dans la transaction du mois de juillet dernier avec Chicago qui impliquait également Sharp, a assuré la relève et a fait du travail exemplaire.
Demers semble près d'un retour au jeu, alors Ruff pourrait devoir modifier ses duos de défenseurs juste avant le début des séries afin de lui permettre de réintégrer l'alignement.
Jordie Benn a été affecté au troisième duo, alors qu'il a joué aux côtés de Patrik Nemeth, Jamie Oleksiak puis, plus récemment, Kris Russell, alors que ce dernier a été obtenu des Flames de Calgary avant la date limite des transactions de la LNH.


Wild : Quand Ryan Suter et Jared Spurgeon sont tous les deux en santé, il y a peu de duos plus efficaces qu'eux dans les deux zones dans la LNH.

Suter a établi de nouvelles marques personnelles au chapitre des assistances et des points cette saison et il a conservé un différentiel positif pour la septième année consécutive et la 10e fois en 11 saisons dans la LNH. Son temps de glace est encore un peu trop élevé, mais il a légèrement diminué comparativement aux deux dernières campagnes. Cela pourrait l'aider en séries éliminatoires.

Spurgeon a aussi connu sa meilleure saison à l'attaque et il est devenu un des meilleurs du Wild pour les relances. Mesurant seulement 5 pieds et 9 pouces, Spurgeon ne se laisse pas intimider et il gagne souvent ses duels contre des adversaires plus imposants. 

Marco Scandella a connu une année en dents de scie, mais il a démontré qu'il possédait tous les outils nécessaires pour devenir un élément important du noyau du Wild. Cependant, il a récemment été victime de nombreux revirements et il n'a pas été aussi robuste qu'en début de saison. Scandella a toujours affiché un différentiel positif à ses trois dernières campagnes, mais il a montré un différentiel négatif lors du dernier mois. Scandella, qui compte sur un puissant lancer frappé, a inscrit 11 buts l'an dernier, mais seulement cinq cette année.

Tout comme Scandella, Matt Dumba a montré de belles choses, mais des failles sont apparues dans son jeu défensif, comme en témoignent les erreurs qu'il a commises dans une défaite contre les Jets de Winnipeg en fin de saison. Il a d'ailleurs été laissé de côté lors du match suivant. Or, Dumba a le talent nécessaire pour être un arrière d'impact quand il est en possession de tous ses moyens.

Jonas Brodin s'est fracturé un pied tôt en février et il a raté un mois d'activité, mais il joue un rôle crucial en infériorité numérique et il peut disputer beaucoup de minutes. Malgré son excellent coup de patin, Brodin produit peu à l'attaque, mais le Wild compte sur plusieurs autres défenseurs capables de le faire.

Le Wild devra déterminer qui de Mike Reilly, Christian Folin ou Nate Prosser peut lui donner de 10 à 12 bonnes minutes de jeu par match. Torchetti a récemment déclaré qu'il cherchait quelqu'un de fiable qui éviterait de trop en faire. Reilly, Folin et Prosser apportent tous quelque chose de différent : Reilly possède un coup de patin exceptionnel et il peut évoluer en avantage numérique, Folin a un bon gabarit et préconise un style plus robuste, alors que Prosser est le plus expérimenté des trois.

GARDIENS 
Stars : Ruff a réparti les tâches en parts quasi égales cette saison entre Kari Lehtonen et le nouveau venu Antti Niemi, qui a remporté la Coupe Stanley avec Chicago en 2010 et a conclu une entente avec les Stars à titre de joueur autonome durant la saison morte. Lehtonen et Niemi ont affiché des statistiques étonnamment similaires cette saison et Ruff n'a pas encore arrêté son choix sur un gardien ou l'autre en vue des séries. Il pourrait continuer d'alterner.
Lehtonen en est à sa troisième présence en séries, sa deuxième avec Dallas, et le vétéran gardien est heureux d'être de retour.
« Nous savons que ce n'est pas facile d'accéder aux séries. Nous l'avons appris dans le passé, a affirmé Lehtonen. Maintenant, nous sommes en bonne position. Nous jouons bien et je pense que la chose la plus importante, c'est que nous sommes à l'aise peu importe qui est l'adversaire et nous savons que nous avons de bonnes chances de l'emporter peu importe qui nous affrontons. C'est un sentiment plaisant. »


Wild : Devan Dubnyk a beaucoup joué cette saison et il est parmi les dix meilleurs gardiens dans presque toutes les catégories statistiques, telles que les matchs joués, les minutes jouées, les victoires, les arrêts et les blanchissages. Sa moyenne de buts accordés le place dans la moitié supérieure des gardiens du circuit. 

Dubnyk a connu un excellent départ, puis il a éprouvé des difficultés en milieu de saison, alors qu'il n'a pas gagné pendant presque un mois. Par contre, il semble avoir retrouvé ses repères dernièrement. 

L'an dernier, Dubnyk a participé aux séries éliminatoires pour la première fois de sa carrière et il affirme que cette expérience devrait lui être utile cette année. 

« Il y a moins de distractions. J'ai plus d'expérience et je sais à quoi m'attendre, a-t-il avancé. Ç'a été difficile de regarder la troisième ronde et la finale en sachant que notre équipe aurait pu y être si on avait joué comme on l'avait fait lors des mois précédents. 

« On apprend vite qu'il ne faut pas se contenter de se qualifier pour les séries. On ne sait pas combien de fois cette chance pourra se présenter et si on aura d'autres occasions de gagner la Coupe Stanley. Il faut le vouloir et je le veux plus que jamais après la déception de l'an passé. » 

Darcy Kuemper a été efficace au poste d'auxiliaire, et ce, malgré une utilisation limitée. Il a disputé neuf matchs en séries éliminatoires en carrière avec un dossier de 3-1-1, un pourcentage d'arrêts de ,911 et une moyenne de buts accordés de 2,13.

ENTRAÎNEURS 
Stars : Ruff a 214 matchs d'expérience en séries. Il a vécu la plupart d'entre eux durant son long séjour à la barre des Sabres de Buffalo, mais alors qu'il en est maintenant à sa troisième année comme entraîneur des Stars, ce sera son deuxième séjour en séries d'après-saison avec Dallas.
En 2014, les Stars ont été éliminés en six matchs par les Ducks d'Anaheim en quarts de finale de l'Association de l'Ouest, alors que Dallas participait aux séries pour la première fois en six saisons.
Et selon Ruff, si son équipe a réussi à renouer avec les séries cette saison après une année d'absence, c'est pour une raison toute simple.
« Nous avons été en mesure de rester d'humeur égale tout au long de la saison, a dit Ruff. Nous avons connu un excellent début de saison, puis nous avons connu une séquence difficile en janvier et nous avons réussi à nous en sortir. »


Wild : Torchetti a déjà remporté un titre de champion de la Coupe Stanley lorsqu'il était l'adjoint de Joel Quenneville avec les Blackhawks de Chicago en 2010, alors il sait comment gérer la pression des séries printanières. 

Torchetti a roulé sa bosse comme entraîneur-chef avec des arrêts dans la Ligue centrale de hockey, la Ligue internationale de hockey, la Ligue américaine de hockey, la Ligue de hockey junior majeur du Québec et la Ligue continentale de hockey.

Au fil des ans, Torchetti a aussi été entraîneur adjoint avec les Blackhawks, le Lightning de Tampa Bay, et les Thrashers d'Atlanta.

Torchetti a également occupé les fonctions d'entraîneur intérimaire chez les Panthers, les Kings de Los Angeles et maintenant le Wild et cette étiquette semble vouloir rester. Il a accompli un travail remarquable pour relancer le Wild, qui présentait une fiche de 1-11-2 dans les 14 matchs précédant le congédiement de Mike Yeo à la mi-février. Il reste à savoir s'il peut transposer ces succès dans les séries éliminatoires. 

UNITÉS SPÉCIALES 
Stars
: La saison dernière, Dallas a maintenu un taux de succès de 19,3 pour cent en avantage numérique, bon pour le huitième rang dans la LNH. Cette saison, les Stars ont un taux d'efficacité de 22,1 pour cent en supériorité numérique, ce qui leur donne le quatrième rang dans la Ligue. 

Et Ruff estime que son jeu de puissance est devenu encore plus dangereux depuis que Dallas a obtenu les services de Russell, le 29 février.
« Je trouve qu'il nous aide en réalisant des jeux simples et efficaces, a dit Ruff de Russell. Il relaie la rondelle sur les flancs et il dirige la rondelle au filet, pas nécessairement au moyen d'un tir lourd ou de façon très spectaculaire, mais il a le don de réaliser le bon jeu quand l'occasion se présente. »
Les Stars ont toutefois affiché une plus belle progression encore en désavantage numérique, en raison du jeu solide et constant de la part des membres-clés de cette unité, comme par exemple Sceviour.
« Il a été un élément important de notre jeu à quatre contre cinq, qui selon moi s'est beaucoup amélioré au cours des cinq à six dernières semaines, a notéRuff. Il a été un facteur important dans notre capacité à remporter des matchs et à fermer la porte dans les fins de match. »
Wild : Le jeu de puissance du Wild s'est beaucoup amélioré sous la tutelle de Torchetti et il était l'un des meilleurs de la ligue vers la fin du calendrier régulier.

Parise, Koivu et Suter sont les piliers de cette unité depuis quelques saisons. Quand la première vague a du succès, elle est assez puissante pour gagner une série à elle seule. Par contre, quand les choses vont moins bien, elle a tendance à laisser l'adversaire dicter le jeu. 

Plus de la moitié des buts de Koivu cette saison ont été inscrits en avantage numérique. 

Le Wild est particulièrement efficace en supériorité numérique quand il parvient à placer des joueurs devant la cage adverse pour s'emparer des retours. Spurgeon, Dumba et Suter sont tous capables de lancer la rondelle au filet, il revient donc à Parise, Koivu et Vanek, quand il est en santé, de profiter des retours.

L'unité en infériorité numérique du Minnesota est beaucoup moins efficace que la saison dernière, alors qu'elle était la meilleure de la LNH.

Cette année, le Wild a été parmi les pires formations de la ligue à ce chapitre et il est 29e depuis l'arrivée de Torchetti. Dernièrement, l'utilisation de joueurs plus agiles comme Parise, Granlund et Coyle en désavantage numérique a semblé porter fruit, mais le Wild devra faire mieux pour aller loin en séries.

Par contre, le Wild dispose d'un atout sur ce plan : c'est l'équipe la moins pénalisée de la LNH, et ce, depuis le début de la saison. Rester loin du banc des punitions pourrait donc permettre au Wild de camoufler sa plus grande faiblesse.

JOUEUR D'IMPACT
Stars 

John Klingberg - Tout dépendant de l'état de santé de Seguin au moment d'amorcer les séries, les Stars auront besoin que la production de buts vienne de sources secondaires, que ce soit de la part de leurs attaquants de soutien ou bien de leurs défenseurs, pour aider à alléger le fardeau qui repose sur les épaules deBenn, Seguin, Sharp et Spezza.
Qui de mieux placé pour ce faire que Klingberg? Il fera ses débuts en séries et le jeune défenseur suédois aura peut-être des papillons dans l'estomac, mais pendant pas mal toute la saison, il a souvent été celui qui a fourni du jeu solide à l'offensive dans les moments-clés.
Klingberg a un excellent tir et il se sert de sa vision du jeu hors du commun pour repérer des coéquipiers libres pour ainsi créer des occasions de but de grande qualité.
Si Klingberg joue comme d'habitude et n'affiche aucun signe de nervosité, alors la menace qu'il représenterait sur le plan offensif permettrait de libérer de l'espace pour Benn, Seguin, Sharp et Spezza.

Wild
Mikko Koivu - Il a été invisible lors des trois derniers périples du Wild en séries éliminatoires. Il n'a compté que deux buts en 28 parties des séries depuis 2013. 

Torchetti a récemment déclaré que Koivu était l'un des meilleurs attaquants défensifs qu'il a dirigés, ce qui est un beau compliment venant de quelqu'un qui a participé au développement de Jonathan Toews avec les Blackhawks. 

Koivu est aussi un des meilleurs de la LNH dans le cercle des mises au jeu et il excelle en infériorité numérique. 

Le Wild ne s'attend pas à ce que Koivu marque un but par match en séries, mais il souhaite que son capitaine élève son niveau de jeu d'un cran à l'attaque, surtout comparativement aux dernières années. Koivu est un des rares joueurs qui peut réellement influencer l'allure d'un match dans les trois zones et sur les unités spéciales. 

S'il parvient à le faire, cela soulagerait considérablement tous ses coéquipiers.

Dallas l'emportera si...Les Stars respectent la formule qui a fait leur succès, c'est-à-dire de jouer avec rythme mais en se concentrant aussi sur la nécessité de bien jouer collectivement en défensive.
Les Stars de la saison dernière ont marqué pratiquement autant de buts que l'équipe de cette année, mais ils avaient également tendance à prendre plus de chances en défensive, et ils avaient dû en payer le prix. Ruff a maintenant fait comprendre à ses joueurs qu'il faut faire preuve de discipline aux deux extrémités de la patinoire; le résultat, c'est que son équipe joue du hockey beaucoup plus équilibré qu'elle le faisait la saison dernière.
Dallas ne manque pas de munitions à l'attaque. La brigade défensive ne mise peut-être pas sur un imposant groupe de têtes d'affiche, mais elle a affiché une belle cohésion et a bien joué ensemble cette saison.

Le Wild l'emportera si… Il profite de ce qui est probablement son meilleur atout, sa profondeur à l'attaque. 

Bien que ses combinaisons de joueurs puissent parfois sembler étranges, le Wild possède un amalgame intéressant de robustesse et de vitesse, d'expérience et de jeunesse, de talent et de hargne. Le Minnesota ne pourra pas s'imposer dans une série où le jeu est ouvert avec des relances explosives. Ce n'est pas son style.

Le Wild excelle plutôt quand il peut s'imposer avec un échec avant agressif pour provoquer des revirements et forcer l'adversaire à commettre des erreurs. Pour que cette stratégie fonctionne, il doit utiliser ses quatre trios et tout le monde doit être mis à contribution. 

Profiter des erreurs de l'adversaire sera crucial. C'est exactement ce que le Minnesota a fait quand il a connu du succès.

C'est une recette éprouvée que le Wild a souvent utilisée cette année. S'il compte aller loin en séries, il serait sage de tenter de l'appliquer encore une fois.

En voir plus