Skip to main content

Aperçu de la série Floride-New York

Une défaite lors du dernier match de la saison a forcé les Islanders à affronter les champions de l'Atlantique

par Alain Poupart et Brian Compton / Journalistes NHL.com

Les Panthers de la Floride ont représenté une des plus agréables surprises dans la LNH cette saison. Avec Jaromir Jagr comme chef de file et faisant appel à l'acteur de Hollywood Kevin Spacey comme porte-bonheur, l'équipe de la Floride a remporté un deuxième titre de section dans l'histoire de la concession et elle est de retour en séries éliminatoires pour la première fois en quatre ans. Les Panthers, qui n'ont pas remporté un tour en séries éliminatoires depuis 1995-96, sont soudainement considérés comme de sérieux aspirants pour l'obtention de la Coupe Stanley.

Les Islanders de New York, menés par John Tavares, vont également tenter de mettre fin à une mauvaise séquence. Ils sont de retour en séries pour la troisième fois en quatre ans, mais ils n'ont pas gagné une série depuis 1992-93. Une équipe va donc voir sa disette prendre fin.

Il y a quelques liens historiques entre les deux concessions. Le gardien numéro un des Panthers Roberto Luongo a été le premier choix des Islanders au repêchage 1997 de la LNH (quatrième au total). Il n'a disputé que sept matchs dans l'uniforme des Islanders en 1999-00 avant d'être échangé aux Panthers.

La dernière fois que les Islanders ont gagné une série, ils l'avaient fait contre Jagr et les Penguins de Pittsburgh en 1993, en finale de la section Patrick.

Et, bien entendu, l'ancien défenseur vedette des Islanders Denis Potvin est l'analyste à la radiodiffusion des matchs des Panthers.

Les Panthers ont enlevé les honneurs de deux des trois affrontements face aux Islanders cette saison.  

ATTAQUANTS 

Panthers : Le premier trio composé de Jaromir Jagr, Aleksander Barkov et Jonathan Huberdeau a affiché un belle production depuis que Jagr s'est joint aux Panthers dans le cadre de la transaction conclue avec les Devils du New Jersey en février 2015, mais l'attaque de la formation de la Floride a également trouvé ses sources ailleurs cette saison.
Pour la première fois dans l'histoire de la concession, les Panthers ont vu plus de quatre de leurs joueurs atteindre le cap des 50 points et ils ont vu quatre joueurs marquer au moins 25 buts pour la première fois dans les annales de l'équipe.
L'unité Jagr-Barkov-Huberdeau a dominé bien des matchs cette saison en raison de sa capacité à contrôler la rondelle.
Le trio composé de Reilly Smith, Vincent Trocheck et Jussi Jokinen a été l'unité la plus prolifique de l'équipe à certains moments de la campagne. C'est aussi l'unité la plus rapide des Panthers. Mais Trocheck représentait un point d'interrogation pour le début des séries éliminatoires de la Coupe Stanley en raison d'une blessure au pied qu'il a subie le 29 mars en bloquant un tir. Nick Bjugstad a fini la saison au centre du trio à la place de Trocheck et il a alors commencé à produire davantage à l'attaque après avoir connu ce qui s'avérait une saison décevante jusque-là.
Pour ajouter de la profondeur à leur attaque, les Panthers ont fait l'acquisition de Jiri Hudler et Teddy Purcell lors de transactions distinctes avant la date limite des échanges dans la LNH. Les deux vétérans, qui ont terminé la saison jumelés à un joueur rappelé de la Ligue américaine (Rocco Grimaldi) quand Bjugstad a été promu au sein du deuxième trio, seront utiles en raison de leur longue expérience des séries.
Le joueur-clé au sein du quatrième trio est le joueur de centre Derek MacKenzie, qui fait partie de la première unité du désavantage numérique à l'avant avec Smith. MacKenzie a dû composer avec une blessure au pied, lui aussi après avoir bloqué un tir, durant les dernières semaines du calendrier régulier. Shawn Thornton, qui a remporté la Coupe Stanley à deux reprises, apporte un élément de robustesse en plus de son expérience.


Islanders : L'attaque des Islanders n'a pas été autant explosive que la saison dernière, mais elle a été efficace. Trois joueurs ont marqué au moins 20 buts, apportant un bon soutien à John Tavares en l'absence d'un ailier vedette à ses côtés.
New York a amorcé la saison en nourrissant de grandes ambitions à l'endroit de l'attaquant de deuxième année Ryan Strome, qui avait amassé 50 points à titre de recrue. Mais Strome a éprouvé tellement de problèmes en début de saison qu'il a été rétrogradé à Bridgeport dans la Ligue américaine de hockey (LAH) en novembre.
Ç'a été un court séjour, mais la situation ne s'est pas réellement améliorée. Strome a obtenu un but et il a amassé quatre passes depuis le 1er mars.
Brock Nelson a bien fait par moments et il a surpassé le total des 25 buts. Kyle Okposo, qui peut se prévaloir du statut de joueur autonome sans compensation le 1er juillet, a glané plus de 60 points même s'il n'a pas passé beaucoup de temps en compagnie de Tavares. Frans Nielsen, l'attaquant le plus complet du groupe qui pourrait également être libre comme l'air en juillet, a atteint la cinquantaine de points pour la deuxième fois de sa carrière.
Tout indique que les Islanders seront sans les services de Mikhail Grabovski pour le début des séries éliminatoires. Grabovski est à l'écart du jeu depuis le 15 mars en raison d'une blessure au haut du corps. Nikolay Kulemin a été solide en défense, mais il n'a pas atteint la dizaine de buts.
Josh Bailey, choix de premier tour des Islanders en 2008, a été incapable d'obtenir 40 points pour la deuxième saison d'affilée et il a amassé son plus faible total depuis sa récolte de 32 points en 80 matchs en 2011-12. 
Le quatrième trio formé des Matt Martin, Casey Cizikas et Cal Clutterbuck a indéniablement été le plus constant d'entre tous au cours de la saison.
Clutterbuck a fourni 15 buts, incluant cinq victorieux. Cizikas a signé un sommet personnel de 28 points et Martin a marqué un sommet de neuf buts, la prevue que ces trois-là peuvent s'imposer autrement que physiquement.

DÉFENSEURS
Panthers : Aaron Ekblad, le premier choix du repêchage 2014 de la LNH et lauréat du trophée Calder la saison dernière, a retrouvé Brian Campbell vers la fin de la saison régulièreafin de composer le premier duo d'arrières de l'équipe et ces deux-là ont repris là où ils avaient laissé l'an dernier.

Ekblad et Campbell sont tous deux des défenseurs à caractère offensif capables de bien faire circuler la rondelle, et la capacité qu'a Ekblad d'atteindre la cible avec son tir fait de lui un atout sur le jeu de puissance.

Le défenseur de longue date des Red Wings de Detroit Jakub Kindl a été obtenu avant la date limite des transactions et il a hérité de responsabilités accrues dans le dernier droit de la saison. Il s'agit d'un autre joueur au coup de patin fluide capable de soutenir l'attaque, tout comme le choix de premier tour en 2009 Dmitry Kulikov - le joueur qui a le plus d'ancienneté chez les Panthers.

Erik Gudbranson, qui a dû composer avec différentes blessures cette saison, apporte un élément de robustesse. Gudbranson est resté à l'écart du jeu pendant une bonne partie des deux derniers mois en raison d'une commotion cérébrale et d'une blessure au pied, et son état de santé était une préoccupation à la fin du calendrier régulier.

La brigade défensive est complétée par Alex Petrovic, un autre joueur robuste, et Steven Kampfer, un bon patineur.

Le capitaine Willie Mitchell n'a pas joué en deuxième moitié de saison après avoir dû s'absenter à cause d'une commotion cérébrale, mais il a commencé à s'entraîner avec l'équipe ces dernières semaines après avoir réfléchi à la possibilité de prendre sa retraite.

Islanders : Les Islanders pourraient encore amorcer les séries privés de leur meilleur défenseur, Travis Hamonic, qui a raté il y a un an la série de sept matchs que l'équipe a perdue face aux Capitals de Washington. Hamonic a subi une blessure au bas du corps le 31 mars et on réévaluera son état de santé au terme de la saison. Hamonic est utilisé dans toutes les aspects du jeu et il était le meneur de l'équipe au chapitre du temps de glace (23:49 par match) au moment où il s'est blessé.
La perte de Hamonic ajoute une forte pression sur le reste du groupe en défense, particulièrement sur le désormais premier duo composé de Nick Leddy et de Johnny Boychuk. Leddy, quart-arrière de la première unité en supériorité numérique, a amélioré son sommet personnel de passes cette saison. Et la frappe de Boychuk représente une arme redoubtable.
Calvin de Haan a peut-être été le défenseur le plus mésestimé des Islanders cette saison. Il n'est pas flamboyant, mais il est fiable. Il fait de bonnes premières passes de son territoire et il a été un des meneurs de la ligue pour ce qui est des tirs bloqués.
Ce sera intéressant de voir si les Islanders seront prêts à accorder du temps de jeu au jeune Ryan Pulock, premier choix en 2013. Pulock possède un puissant lancer qui franchit les 100 milles à l'heure. Il a passé une partie de la saison à polir son jeu en défense dans la LAH.
Thomas Hickey a été un pilier du troisième duo de défenseurs de l'équipe au cours des trois dernières saisons. Hickey n'est pas le plus imposant physiquement et il ne préconise pas un style très robuste. Son sens inné du jeu compense pour tout. Brian Strait, Marek Zidlicky et Scott Mayfield sont d'autres défenseurs sur lesquels l'entraîneur Capuano peut miser.

GARDIENS 
Panthers : La décision de Roberto Luongo de donner son aval à une transaction le ramenant en Floride, au mois de mars 2014, a porté ses fruits alors qu'il en sera à sa première présence en séries éliminatoires de la Coupe Stanley en sept saisons complètes avec les Panthers. 

Luongo, qui a eu 37 ans le 4 avril, a participé pour la cinquième fois au Match des étoiles de la LNH cette saison alors qu'il a continué d'être un gardien de premier plan, capable de voler des matchs au profit de son équipe.

Luongo est de retour dans les séries pour la première fois depuis 2013, quand il s'alignait avec les Canucks de Vancouver. Il avait alors été remplacé au poste de gardien partant par Cory Schneider au milieu du premier tour éliminatoire pour la deuxième année d'affilée.

Les Canucks avaient été éliminés dans cette série, mais Luongo les avait auparavant aidés à atteindre la finale de la Coupe Stanley en 2011, réalisant alors quatre jeux blancs en 25 rencontres éliminatoires.

Le gardien réserviste des Panthers Al Montoya a bien rebondi après une saison décevante en 2014-15, affichant cet hiver un niveau de jeu impressionnant qui lui a permis d'afficher un pourcentage d'arrêts et une moyenne de buts alloués par match semblables aux statistiques de Luongo. 


Islanders : En plus de Hamonic, les Islanders amorceront les séries sans leur gardien numéro un Jaroslav Halak, à l'écart de l'action depuis le 8 mars en raison d'une blessure au bas du corps. Les Islanders avaient alors évoqué une absence d'au minimum six semaines pour Halak. C'est donc peu probable qu'il puisse effectuer un retour avant la fin du premier tour des séries.
Thomas Greiss a été à la hauteur pendant toute la saison, étant même le joueur par excellence de l'équipe au cours de la première moitié de saison. Il a établi des marques personnelles pour ce qui est des rencontres disputées et des victoires. On verra de quel bois il se chauffe, compte tenu que son experience en séries se résume à un match.
Jean-François Bérubé, réclamé au ballotage des Kings de Los Angeles avant l'ouverture de la saison, secondera Greiss.

ENTRAÎNEURS
Panthers : À sa deuxième saison avec les Panthers, Gerard Gallant a aidé son équipe à surmonter une série de blessures attribuables à la malchance, alors que quatre joueurs ont notamment dû s'absenter après avoir bloqué des tirs. Il constitue un candidat légitime pour le trophée Jack-Adams, remis à l'entraîneur de l'année.

Gallant, dont le premier séjour comme entraîneur-chef dans la LNH a duré trois saisons avec les Blue Jackets de Columbus, en sera à sa première présence en séries de la Coupe Stanley dans ce rôle. Gallant a aussi été entraîneur adjoint avec les Canadiens de Montréal en 2012-13, aidant l'équipe à terminer au deuxième rang dans l'Association de l'Est avant que celle-ci se fasse éliminer en cinq matchs par les Sénateurs d'Ottawa au premier tour éliminatoire.

Gallant a par ailleurs mené les Sea Dogs de Saint-Jean au championnat de la Ligue de hockey junior majeur du Québec en 2011 et 2012.

Un des joueurs de Gallant à Saint-Jean était Huberdeau, un des nombreux jeunes joueurs des Panthers qui ont vécu une belle éclosion sous le mentorat de Gallant, à l'instar de Barkov et Trocheck. 

Gallant était reconnu comme un joueur pugnace durant sa carrière de 11 saisons dans la LNH, mais il a adopté une approche calme et équilibrée en Floride, ce qui l'a bien servi.


Islanders : Jack Capuano a savouré plus de 200 victoires depuis qu'il a été engagé comme entraîneur des Islanders en novembre 2010. Il doit maintenant trouver une façon de guider ses troupiers vers la conquête d'une première série éliminatoire depuis 1993.
 
Possédant la réputation d'être un entraîneur proche de ses joueurs, Capuano a adopté une attitude inattendue au cours de la dernière semaine de la saison régulière, en exigeant un meilleur effort de quelques joueurs - les attaquants Josh Bailey, Brock Nelson et Ryan Strome -- et les Islanders ont répondu à l'appel en alignant de solides performances.

Les Islanders ont été affectés par les blessures au cours du dernier droit de la saison, mais Capuano joue gros dans ces séries. La concession n'a pas livré un match de deuxième tour depuis 23 ans. Accéder au deuxième tour pourrait être vital pour la sécurité d'emploi de l'entraîneur.

UNITÉS SPÉCIALES 
Panthers
: Les Panthers n'ont assurément pas accédé aux séries en raison de leur jeu de puissance ou de leur désavantage numérique, qui se classent tous deux dans le dernier tiers de la LNH.
La Floride a mis fin à une séquence de 28 matchs sans réussir à marquer plus d'un but en avantage numérique à l'occasion de sa victoire contre les Canadiens, le 5 avril, quand Bjugstad et Hudler ont tous deux battu le gardien Mike Condon dans ce contexte.
Les Panthers n'ont pas de joueur capable d'y aller de boulets de la ligne bleue, bien qu'Ekblad réussit bien à atteindre la cible. Barkov est le meilleur buteur de l'équipe en supériorité numérique.
L'unité à quatre contre cinq a été affectée par les blessures à Gudbranson et MacKenzie, qui font tous deux partie de la première unité en compagnie de Kulikov et Smith.

Islanders : Le jeu de puissance des Islanders a bien fonctionné par moments et l'équipe a fini la saison en milieu de peloton dans la ligue. Il devra procurer d'importants buts en séries. C'est peut-être à ce chapitre que l'apport de Pulock peut être utile. Le personnel d'entraîneurs pourrait envisager de l'utiliser au sein de la première unité. La perte de l'attaquant Anders Lee, victime d'une fracture du péroné dernièrement, pourrait s'avérer coûteuse. Lee occupait beaucoup d'espace devant le filet, acceptant de payer le prix, et il était habile pour faire dévier les lancers ou récupérer les retours.
Le rendement en infériorité numérique a constitué une agréable surprise chez les Islanders, qui ont terminé dans le groupe des trois meilleures équipes de la LNH. En l'absence du gardien Jaroslav Halak, les Islanders n'ont pas le choix que d'être au sommet de leur art dans cet aspect du jeu.

JOUEUR D'IMPACT 
Panthers
Aleksander Barkov
- Le joueur de centre a été solide dans les deux sens de la patinoire depuis qu'il s'est joint aux Panthers en 2013-14, mais sa production à l'attaque a débloqué cette saison.

Même s'il a raté 16 matchs à cause d'une commotion cérébrale, Barkov a terminé au premier rang chez les Panthers pour les buts et se trouvait parmi les meneurs de la Ligue au chapitre des filets vainqueurs.

En plus d'être un superbe passeur, Barkov utilise bien son gros gabarit pour contrôler la rondelle en zone adverse et se mettre en bonne position devant le filet. En zone défensive, Barkov arrive souvent à faire avorter les jeux amorcés par l'adversaire.

Barkov est utilisé à toutes les sauces chez les Panthers. Il pivote le premier trio et participe régulièrement aux unités spéciales, tant en avantage qu'en désavantage numérique.


Islanders
John Tavares
- le capitaine des Islanders a connu une autre saison de 30 buts et plus. Il a élevé son niveau de jeu au cours des deux dernières semaines de la saison régulière. Il devra poursuivre dans cette voie en séries éliminatoires parce que les espoirs de l'équipe de passer au deuxième tour pourraient reposer grandement sur lui. S'il demeure sur sa lancée, les chances des Islanders de progresser ne seront que nettement meilleures.
La Floride l'emportera si… Les unités spéciales des Panthers produisent davantage qu'en saison régulière.
L'équipe de Gallant a tous les ingrédients nécessaires pour faire un long parcours en séries, mais elle doit trouver le moyen d'être plus efficace en avantage et désavantage numérique.
Le désavantage numérique en profiterait énormément si MacKenzie et Gudbranson pouvaient afficher leur meilleur niveau.
De la même façon, le jeu de puissance bénéficierait grandement d'un retour au jeu hâtif de Trocheck.
New York l'emportera si… Le hockey des séries éliminatoires repose souvent sur la performance des gardiens, et ce ne sera pas différent cette année. Greiss n'a pas réellement fait ses preuves en séries, mais s'il peut le faire, et que les Islanders continuent de trouver des façons de marquer, ils vont accéder aux demi-finales d'association pour la première fois depuis 1993.

En voir plus