Skip to main content

Aperçu de la série Anaheim-Nashville

Les Ducks sont récompensés pour leur titre Pacifique avec les redoutables Predators

par Abbey Mastracco et Robby Stanley / Journalistes NHL.com

Les Ducks d'Anaheim se demandent peut-être quand ils vont être récompensés après avoir terminé au premier rang de la section Pacifique. 
Oui, les Ducks, en raison de leurs succès, vont affronter l'équipe qui a terminé à la première place de quatrième as, les Predators de Nashville, ce qui leur permet d'éviter leurs rivaux californiens, les Sharks de San Jose et les Kings de Los Angeles, du moins pour la première ronde. 
Cependant, ces Predators représentent un véritable test pour les Ducks. 

Dans une Association de l'Ouest très relevée, les Predators n'ont amassé que sept points de moins que les Ducks au classement, en plus d'avoir inscrit 10 buts de plus qu'Anaheim cette saison (228-218). 
De plus, alors que les Kings et les Sharks vont bénéficier de courts déplacements sur la côte californienne lors de matchs sur la route, les Ducks vont effectuer des vols de 2880 kilomètres chaque fois en plus de traverser deux fuseaux horaires chaque fois que la série changera d'amphithéâtre. 
Oh oui, Nashville a également eu le numéro d'Anaheim cette saison. Les deux équipes se sont affrontées à trois reprises, et les Predators ont signé deux gains, en plus d'avoir le dessus sur les Ducks 10-7 au chapitre des buts. 
Les Predators de Nashville pourraient ne pas représenter la récompense espérée par les Ducks pour avoir remporté le titre de leur section et avoir décroché la deuxième place de leur association, mais ils pourraient représenter l'adversaire parfait pour une série de première ronde inoubliable.


ATTAQUANTS
Ducks : Les Ducks possèdent de la profondeur à chacune des positions et ils ont renversé la vapeur cette saison en manœuvrant de manière efficace avec cette profondeur. Toutefois, cette profondeur a été amenuisée par les blessures, particulièrement à l'attaque.
Anaheim a dû se passer de Rickard Rakell et Brandon Pirri durant les deux dernières semaines de la saison régulière, en plus de David Perron, qui a raté les trois dernières semaines d'action.
Perron et Rakell représentent des pertes particulièrement dures. L'ajout de Perron par le biais d'une transaction réalisée le 15 janvier dernier avec les Penguins de Pittsburgh a permis aux Ducks de séparer les compagnons de trio de longue date Ryan Getzlaf et Corey Perry. Perron a été placé au sein du premier trio avec Getzlaf et le succès a été instantané, alors que Perron a amassé des points lors de cinq de ses six premières rencontres avec Anaheim. Perry a été déplacé au sein du deuxième trio afin de profiter de l'éclosion de Rakell.
Ajoutez à cela le trio défensif formé d'Andrew Cogliano, Ryan Kesler et Jakob Silfverberg, en plus d'une quatrième unité lourde et robuste, et les Ducks ont été en mesure d'utiliser tous leurs trios et rendre la vie difficile à leurs adversaires.
Les acquisitions de Pirri et de Jamie McGinn avant la date limite des transactions ont ajouté de la profondeur en offensive. Après avoir retrouvé la santé à la suite d'une blessure à une cheville, Pirri a marqué trois buts en neuf matchs, mais il n'a pas joué depuis qu'il a été blessé le 1er avril dernier. McGinn a été à son mieux au sein du deuxième trio avec Rakell et Perry, utilisant son gabarit pour se rendre au filet afin d'obtenir des déviations et servir d'écran.
Nate Thompson a pivoté le quatrième trio, habituellement avec Ryan Garbutt et Chris Stewart. Garbutt a occupé le rôle de joueur d'énergie pour lequel il est reconnu. Stewart a raté des matchs en raison d'une mâchoire fracturée, mais lorsqu'il est en santé, il représente une présence de taille devant le filet.
La formation à l'attaque qu'apprécierait l'entraîneur Bruce Boudreau lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley serait d'utiliser Getzlaf et Perry sur deux lignes différentes. Les quatre trios peuvent marquer, jouer en défensive et travailler avec acharnement en échec avant. Toutefois, si les blessures persistent, le premier trio aura davantage la même allure que lors des dernières saisons, avec McGinn qui se joindra à Getzlaf et Perry, et la profondeur s'en ressentira forcément après les deux premiers trios.


Predators : Les attaquants Filip Forsberg et James Neal ont été les plus dangereux, ayant tous deux dépassé le plateau des 30 buts. Forsberg a été l'un des joueurs les plus productifs de la LNH au cours des deux derniers mois du calendrier régulier.
«Il a été extraordinaire, a révélé le défenseur des Predators Roman Josi. Quand vous voyez les choses qu'il réalise lors des entraînements, vous vous dites que vous êtes le pire joueur de hockey. Il a été formidable pour nous et il a tout un avenir devant lui.»
Les Predators ont ajouté un véritable joueur de centre numéro un en janvier quand ils ont échangé le défenseur Seth Jones aux Blue Jackets de Columbus en retour de Ryan Johansen. Son arrivée a créé un effet domino pour le reste des attaquants de l'équipe, mais permet aux Predators de compter sur une attaque beaucoup plus équilibrée. 
Le vétéran centre Mike Ribeiro évolue avec Forsberg et Craig Smith au sein de la deuxième unité offensive. Smith a connu un lent début de saison en attaque, mais s'est ressaisi quand il a été muté de façon permanente en compagnie de Forsberg et Ribeiro pour surpasser la marque de 20 buts en deuxième moitié de saison. 
Mike Fisher est le centre de la troisième ligne d'attaque pour les Predators et a joué avec plusieurs coéquipiers différents au cours de l'année. L'ailier gauche Colin Wilson a connu une année difficile après avoir compté 20 buts en 2014-15 et devra élever son jeu d'un cran au cours des séries éliminatoires afin d'apporter un peu plus de production à l'équipe. 
Pour la majeure partie de la campagne, Paul Gaustad a été le pivot de la quatrième unité alors que l'attaquant Miikka Salomaki a apporté l'élément robustesse sur cette ligne d'attaque. L'ailier gauche Eric Nystrom est utilisé très fréquemment lors des désavantages numériques et le gros gabarit de l'ailier droit Austin Watson peut aider si jamais il est inséré dans la formation.


DÉFENSEURS
Ducks : Les jeunes défenseurs des Ducks ont été solides.
Hampus Lindholm et Josh Manson sont en compétition avec Cam Fowler et Kevin Bieksa pour le titre de premier duo. Lindholm s'est développé comme étant un défenseur défensif doté d'un bon gabarit et d'aptitudes offensives, lui qui n'a jamais peur de s'impliquer dans le jeu et de décocher son puissant lancer, même s'il choisit ces jeux intelligemment. Il ajoute également un aspect robustesse et il est devenu passablement plus agressif à sa troisième saison complète dans la LNH.
Manson ne manque pas d'agressivité et de robustesse. Un peu comme son père, l'ancien défenseur de la LNH, Dave Manson, il a cette capacité d'être une présence intimidante, et il utilise son gabarit à son avantage. C'est sa première saison dans la LNH, mais il a joué avec maturité aux côtés d'un autre jeune joueur mature.
Fowler, 24 ans, est pratiquement un vétéran maintenant, à sa sixième saison. Ce défenseur mobile est devenu plus raffiné, il offre un jeu solide dans les deux sens de la patinoire et il est un habitué en avantage numérique. Fowler ne joue pas de manière aussi robuste que certains des autres défenseurs d'Anaheim, mais Bieksa offre suffisamment de jeu physique pour les deux.
À sa première saison avec Anaheim, Boudreau s'est fié à Bieksa pour manger les minutes de jeu et tuer les pénalités.
Sami Vatanen a régulièrement joué au sein de la troisième paire de défenseurs, mais sa valeur va bien au-delà de celle d'un joueur de troisième duo en défensive, ce qui démontre la profondeur des Ducks à la ligne bleue. Vatanen paraît petit, mais il joue bien plus gros, lui qui n'a jamais peur d'aller vers un joueur adverse deux fois plus gros que lui. Excellent pour bouger la rondelle, il tue les pénalités, patrouille le point d'appui en avantage numérique et possède un tir lourd. Il a mené Anaheim au chapitre des passes chez les défenseurs, cette saison, et il est constamment positionné parmi les meilleurs défenseurs de la LNH au chapitre des buts et des points en supériorité numérique.
Vatanen a été utilisé en compagnie de Clayton Stoner, un gros défenseur défensif, ou Simon Després, un gaucher physique au coup de patin fluide, cette saison. Korbinian Holzer a rempli le rôle de remplaçant et il a joué de grosses minutes alors que les Ducks étaient privés de plusieurs défenseurs à cause des blessures.


Predators : Les défenseurs de Nashville aiment se porter en attaque. Josi est peut-être l'arme la plus dangereuse des Predators en raison de son habileté à passer rapidement de la défense à l'offensive et mener l'attaque. «Il patine tellement bien, a indiqué le capitaine des Coyotes de Phoenix Shane Doan. Son coup de patin est probablement sa plus grande qualité et il veut joindre l'attaque et préparer des jeux. Il y a plusieurs défenseurs qui patinent bien, mais qui ne voient pas le jeu de sa façon. Ils sont terriblement chanceux de pouvoir compter sur lui.»
Josi et le capitaine des Predators Shea Weber forment l'une des meilleurs paires de défenseurs de la LNH. Le tir frappé de Weber est une arme redoutable pour Nashville surtout lors des jeux de puissance. 
Les défenseurs Mattias Ekholm et Ryan Ellis aiment également se porter en attaque et Ekholm est également devenu très physique dans son territoire. Ellis et Ekholm sont plus efficaces lorsqu'ils évoluent ensemble, mais il ont été séparés à plusieurs reprises tout au long de la saison.  
Barret Jackman, Anthony Bitetto et Petter Granberg complètent la brigade défensive. Jackman et Granberg se concentrent plus sur la défensive alors que Bitetto aime bien appuyer l'offensive.
A la date limite des transactions, les Predators ont choisi de ne pas ajouter un vétéran défenseur après avoir échangé Jones à Columbus préférant se fier sur de jeunes comme Bitetto et Granberg pour ajouter de la profondeur.


GARDIENS
Ducks : Quand les Ducks étaient ciblés par une léthargie offensive répandue à travers toute l'équipe, plus tôt dans la saison, Frederik Andersen et John Gibson ont continuellement offert de solides performances pour garder Anaheim dans les matchs, chaque soir.
Andersen est plus expérimenté et il détient un meilleur dossier. Il a brillé lors des séries de fin de saison de l'année dernière, et les coéquipiers d'Andersen ont une foi inébranlable en lui. Athlétique avec de bonnes aptitudes pour manier la rondelle, Andersen est un compétiteur intense qui fait dire à ses coéquipiers qu'il leur donne de l'énergie sur la patinoire.
Gibson est comparable à Andersen au chapitre du gabarit et des aptitudes, mais il est beaucoup plus calme devant son but. Après deux performances extraordinaires contre les Kings de Los Angeles lors de la deuxième ronde des séries éliminatoires de 2014 dans l'Association de l'Ouest, il a eu à faire face à des blessures et à un manque de constance, avant de se frayer un chemin vers un poste régulier cette saison.
Durant la majorité de la saison, Gibson et Andersen se sont succédé devant le filet, alors que chaque gardien obtenait deux matchs consécutifs. Anaheim possède deux véritables options comme gardien de but numéro 1, mais Boudreau a refusé d'attribuer les étiquettes de premier et deuxième gardiens. La manière dont Boudreau a utilisé Andersen et Gibson en 2014, plutôt que Jonas Hiller, démontre qu'il n'est pas effrayé à l'idée d'utiliser le gardien avec peu ou pas d'expérience en séries éliminatoires.
Lorsque la question à savoir si oui ou non les Ducks vont continuer à effectuer une rotation entre les deux gardiens lors des séries éliminatoires a été posée, Boudreau a refusé d'y répondre.


Predators : La saison de Pekka Rinne est un reflet très fidèle de celle de Nashville. Elle a débuté en force, a connu des moments difficiles en novembre, décembre et janvier et s'est finalement terminée de belle façon. Les succès des Predators en séries seront directement reliés à ceux de de leur gardien numéro un.  
Rinne a été un excellent gardien en saison régulière au cours des dernières années, mais n'a jamais permis à son équipe de franchir la deuxième ronde dans l'Association de l'Ouest.  
Une des inquiétudes des Predators est le niveau d'énergie de Rinne, qui occupe le deuxième rang chez les gardiens au chapitre des minutes jouées dans la LNH.
Le gardien auxiliaire Carter Hutton a accompli un travail remarquable même s'il a très peu joué. Les succès des Predators en séries dépendent largement sur le jeu de Rinne, mais Hutton a prouvé cette année qu'il peut rendre de bons services si on fait appel à lui. 


ENTRAÎNEURS
Ducks : On pourrait dire que Boudreau est affublé d'un chiffre maudit lors des séries éliminatoires : le sept.
Autrefois reconnu comme un bon entraîneur en saison régulière, mais qui connaissait des difficultés en séries éliminatoires, Boudreau a été en mesure de retirer cette étiquette en atteignant la finale de l'Association de l'Ouest en 2015. Toutefois, sa série de défaites en situation de matchs numéro 7 continue de le tourmenter. Anaheim a disputé trois matchs numéro 7 désastreux de suite sous les ordres de Boudreau.
Le directeur général Bob Murray a démontré une grande confiance en Boudreau cette saison. Alors que les Ducks croupissaient au dernier rang de la section Pacifique et au dernier rang du circuit pour les buts marqués, plusieurs ont avancé que le congédiement de Boudreau était imminent. Mais l'ordre a été réinstauré et c'est en partie grâce à Boudreau, qui a conservé son emploi et qui a redressé le navire.
Surnommé affectueusement « Gabby » pour sa propension à avoir la langue bien pendue, Boudreau est un entraîneur qui est bon pour ses joueurs et il semble avoir main mise sur son vestiaire, après avoir surmonté toute cette adversité en début de saison. Cependant, tant qu'il ne remportera pas un septième match, son chiffre maudit le suivra. 

Predators : Le style de jeu préconisé par Peter Laviolette depuis son arrivée derrière le banc de l'équipe il y a deux ans, a fait des Predators une équipe beaucoup plus dangereuse en attaque.
Pour la première fois en dix ans, les Predators peuvent compter sur deux marqueurs de 30 buts et possèdent la brigade défensive qui a amassé le plus de points dans la LNH. A son arrivée, Laviolette avait en main une équipe forte en défensive et il a implanté un style de jeu rapide. Il veut que son équipe ait un style de jeu basé sur la vitesse à chaque partie.
Laviolette veut également que les défenseurs comme Josi et Ellis mènent l'offensive et provoquent des chances de marquer pour eux-mêmes et leurs coéquipiers. Cependant, il sait fort bien que la force et la base de son équipe est la défensive.
Laviolette a remporté la Coupe Stanley en 2006 avec les Hurricanes de la Caroline et a mené les Flyers de Philadelphie à la de 2010. Il possède beaucoup d'expérience en séries de fin de saison et les Predators espèrent que ce facteur les mènera loin en séries.
UNITÉS SPÉCIALES
Ducks
: Les unités spéciales ont été l'aspect le plus constant du jeu des Ducks cette saison, alors que l'unité d'infériorité numérique s'est avérée l'une des meilleures de la ligue durant toute la saison.
Grâce à l'entraîneur adjoint Paul MacLean, de petits ajustements ont eu de gros impacts sur le jeu de puissance. Vatanen, Fowler, Getzlaf et Perry ancrent toujours la première unité, habituellement en compagnie de Rakell comme troisième attaquant. Les deux meilleurs attaquants défensifs de l'équipe, Kesler et Silfverberg, mènent la deuxième unité.
Quand Anaheim a remporté un record d'équipe de 11 matchs de suite de février à mars, un but en avantage numérique a été marqué lors de chaque match.
Anaheim écope de plusieurs pénalités, mais l'équipe arrive habituellement à les écouler. Cogliano et Thompson jouent un grand rôle dans cette facette du jeu, avec Kesler qui brille encore davantage quand vient le temps de neutraliser la menace adverse en avantage numérique.
Predators : L'habileté de Josi de mener la première unité en attaque à cinq et l'addition de Johansen donnent plusieurs options aux Predators en avantage numérique. Le jeu de puissance de Nashville a passé la saison parmi les dix meilleurs de la LNH.  
Weber est l'option numéro un des Predators en raison de son formidable tir frappé. Josi doit normalement permettre à Weber de décocher un tir sur réception. Johansen et Ribeiro doivent jouer près de la bande tandis que Neal doit normalement décocher ses tirs de l'enclave. 
L'unité de désavantage numérique a connu des ennuis en début d'année, mais a semblé s'améliorer par la suite.
Les Predators utilisent normalement tous leurs défenseurs pour écouler les pénalités au cours d'un match.


JOUEUR D'IMPACT
Ducks  
Ryan Kesler
- L'instinct du tueur de Kesler est une raison majeure pour laquelle les Ducks l'ont amené à Anaheim au terme de la campagne 2013-14. Même s'il a connu un lent départ au niveau offensif, sa production s'est améliorée alors que le reste de l'équipe a retrouvé son élan en attaque. Il a bien d'autres responsabilités sur la glace que de marquer des buts, puisque Kesler est possiblement le meilleur joueur défensif de l'équipe. Il affronte les meilleurs centres de la LNH et il les réduit habituellement au silence, il remporte la majorité de ses mises au jeu et il est celui qui passe le plus de temps sur la glace.


Predators
Filip Forsberg
- Même si les Predators possèdent plusieurs attaquants de qualité, personne n'est plus dynamique que Forsberg. 
Il a connu un très lent départ ne marquant que deux buts à ses 21 premiers matchs, mais a explosé lors de la deuxième moitié de la campagne alors qu'il a été jumelé avec Ribeiro et Smith. 
Son habileté à décocher des tirs d'angles difficiles et son talent pour créer des ouvertures le distinguent de la plupart des autres attaquants du circuit. Il a aussi appris à se servir de son corps et a effectué un bien meilleur travail pour se positionner devant le filet cette année.  
Les Predators représentent une bien meilleure équipe quand Forsberg dirige beaucoup de tirs au but. Plus il lance, plus grandes sont les chances de gagner pour les Predators.
Anaheim va l'emporter si… Ils maintiennent leur excellence de la saison régulière et oublient leurs démons du passé en séries éliminatoires. Aucune équipe n'a remporté autant de matchs que les Ducks depuis le Jour de l'an, ce qui en fait une équipe favorite dans l'Ouest. Anaheim a atteint le septième match de la finale de l'Association de l'Ouest la saison dernière, mais avant cela, il y a eu une série de déceptions après de solides saisons régulières. Les Ducks doivent construire sur leur succès de la dernière saison et éviter de revenir à leur forme des séries éliminatoires précédentes.
Nashville va l'emporter si… S'Ils jouent selon leur force; la défensive. Nashville a disputé son meilleur hockey cette année en se concentrant à bien jouer défensivement devant ses gardiens. 
Josi et Weber seront les leaders de la défensive, mais les Predators seront vraiment efficaces quand les attaquants viendront aider leurs défenseurs. Ils peuvent provoquer beaucoup de revirements avec leur échec avant et en zone neutre et ainsi créer des chances de compter. 
Les Predators sont rapides, surtout en défensive. Cette vitesse leur permet de fermer la porte aux attaquants adverses provoquant ainsi une bonne couverture défensive. 
Quand la défensive va bien, il est très difficile pour les équipes adverses d'obtenir de bonnes chances de marquer, ce qui joue en faveur des Predators.

 

En voir plus