Skip to main content

Aperçu de la série Stars-Blues

Les rivaux de la section Centrale tenteront d'atteindre la finale de l'Association de l'Ouest

par Steve Hunt et Louie Korac / Correspondants NHL.com

L'ordre des choses a changé dans l'Association de l'Ouest et les Stars de Dallas, tout comme les Blues de St. Louis, veulent saisir l'occasion de s'affirmer en tant que meilleure équipe de ce côté du tableau dans la LNH.

Les rivaux de la section Centrale, qui ont terminé aux premier et deuxième rangs dans la section alors que Dallas a eu le dessus en présentant la meilleure fiche dans l'association, s'affrontent au deuxième tour éliminatoire dans l'Association de l'Ouest et se disputeront le droit de disputer la finale d'association. Celle-ci avait été monopolisée par les Kings de Los Angeles et les Blackhawks de Chicago au cours des quatre dernières années.

 

Les Kings et les Blackhawks ont été éliminés au premier tour cette saison. St. Louis a eu raison de Chicago, l'équipe championne en titre de la Coupe Stanley, en sept matchs.

Les Blues et les Stars se sont affrontés cinq fois en saison régulière et bien peu les séparent.

St. Louis a remporté quatre des cinq rencontres, deux en prolongation et une autre en fusillade. Chaque équipe a remporté un match par le score de 3-0.

L'ailier gauche Jamie Benn et le défenseur Alex Goligoski ont été les chefs de file des Stars avec une récolte de cinq points chacun face aux Blues cette saison. Benn a par ailleurs marqué quatre buts et récolté 10 points au premier tour éliminatoire pour aider les siens à éliminer le Wild du Minnesota en six matchs.

Le défenseur Kevin Shattenkirk a été le meilleur pointeur des Blues face aux Stars cette saison, avec cinq points, tandis que Vladimir Tarasenko et Paul Stastny ont amassé quatre points chacun. Tarasenko a inscrit quatre buts et deux aides au premier tour, enregistrant ainsi un point de moins que le meilleur marqueur de l'équipe face au Wild, soit Jaden Schwartz.

C'est en 2001 que ces deux équipes se sont affrontées pour la dernière fois en séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Les Blues avaient alors balayé la série du deuxième tour en quatre matchs.

Video: MIN@DAL, #5: Benn crée l'égalité sur un but excellent

ATTAQUANTS
Stars : Le centre des Stars Tyler Seguin n'a pu participer qu'au deuxième match de la première ronde en raison des conséquences d'une opération subie en mars pour soigner le tendon d'Achille partiellement déchiré de son pied gauche. Seguin ne s'est pas entraîné la semaine dernière et il n'a pas accompagné les siens au Minnesota pour les matchs numéro 3, 4 et 6. Donc, son statut pour le deuxième tour demeure incertain.

Or, Dallas a réussi à bien se débrouiller offensivement sans lui en première ronde.

Le capitaine Jamie Benn a montré l'exemple avec dix points aux côtés du centre du deuxième trio Jason Spezza, qui en a obtenu neuf.

« J'essaie d'être solide sur la rondelle et de jouer un rôle important en avantage numérique », a déclaré Spezza après le sixième match. « J'aime mon rôle ici. Je suis bien et j'apprécie mes coéquipiers en ce moment. Je pense que les choses vont bien pour nous. »

Patrick Eaves (cinq points) et Patrick Sharp (quatre points), deux vétérans avec beaucoup d'expérience en séries éliminatoires, ont aussi apporté leur contribution au premier tour. Cody Eakin a amassé quatre points, tandis qu'Ales Hemsky et la recrue Mattias Janmark en ont récolté trois.

Radek Faksa, une autre recrue, a compté le but gagnant lors du premier affrontement.

Vernon Fiddler a inscrit un point avec son style toujours aussi pugnace et il a remporté plusieurs mises en jeu. Antoine Roussel a marqué un but chanceux dans le deuxième match et il a surtout fait sentir sa présence en dérangeant le Wild du Minnesota.

Colton Sceviour a aussi marqué contre le Minnesota et il a réalisé des jeux très importants, même s'ils n'apparaissent pas sur les feuilles de pointage. Valeri Nichushkin a été blanchi, mais l'entraîneur des Stars Lindy Ruff a apprécié sa présence physique dans les cinq matchs qu'il a disputés.

Lors de la sixième partie, Ruff a préféré le vétéran Travis Moen, qui portait les couleurs des Ducks d'Anaheim en 2007 quand ils ont remporté la Coupe Stanley, à Nichushkin.

« C'est un vétéran qui a bien joué pour nous », a mentionné l'entraîneur des Stars Lindy Ruff au sujet de Moen après le sixième match. « Il est très solide avec la rondelle et très fiable. Il a bien joué. »

Video: STL@CHI, #4: Tarasenko marque avec l'aide de Lehtera

Blues : St. Louis a profité de l'excellent travail de son « trio STL » composé de Schwartz, Tarasenko et Jori Lehtera face aux Blackhawks à l'occasion du premier tour. Cette unité a totalisé 17 points en sept rencontres, alors que Schwartz a mené le bal avec sept points (trois buts, quatre aides). Lehtera a trouvé le fond du filet lors du septième match, remporté par le score de 3-2.

Le joueur de centre Paul Stastny et ses compagnons de trio Troy Brouwer et Robby Fabbri ont eu pour mission de freiner tout trio qui était pivoté par le joueur de centre des Blackhawks Jonathan Toews ; et à partir du cinquième match, ils ont eu à composer avec l'ailier Patrick Kane. Au début de la série, l'entraîneur des Blues Ken Hitchcock a mis Alexander Steen à la place de Fabbri, jumelant ce dernier à Patrik Berglund et David Backes avant que Fabbri retrouve Stastny et Brouwer, au sein du trio qui a affiché la plus belle production chez les Blues durant le dernier mois du calendrier régulier.

Brouwer a marqué dans le septième match d'une série éliminatoire pour la première fois de sa carrière, réussissant le filet vainqueur en troisième période, alors que Stastny et Fabbri ont chacun récolté une mention d'aide. Fabbri a été le chef de file de cette unité en vertu d'une production d'un but et quatre aides.

« Cela signifie beaucoup pour moi et ç'a beaucoup d'importance pour l'organisation, a dit Brouwer de la victoire contre les Blackhawks. La saison a été longue et difficile. Que l'équipe soit récompensée ainsi, surtout contre un rival de section comme Chicago dans un contexte aussi dramatique… Tout le monde est souriant. »

Kyle Brodziak a été solide à titre de joueur de centre du quatrième trio aux côtés de Scottie Upshall, et aussi de Ryan Reaves au début de la série du premier tour. Steve Ott, qui est revenu au jeu après une absence de 57 matchs en raison d'une déchirure à l'ischio-jambier et d'une colite, a ensuite pris la relève.

DÉFENSEURS
Stars :
Ruff a utilisé sept défenseurs en première ronde, mais il a surtout fait appel à son noyau de six arrières formé de Jason Demers, Alex Goligoski, Stephen Johns, John Klingberg, Johnny Oduya et Kris Russell.

Le septième défenseur, Jordie Benn, a participé au troisième affrontement quand Russell a été contraint de se retirer pour cause de maladie.

Klingberg a récolté trois points dans cette série, tous lors des cinquième et sixième parties.

Ruff a jonglé avec ses duos défensifs au cours du premier tour contre le Wild, mais le groupe de six arrières qui a disputé la majorité des rencontres est constitué de joueurs en qui il a confiance pour la suite des séries. Si l'un d'eux devait ralentir ou être blessé, Jordie Benn, Patrik Nemeth et Jamie Oleksiak sont en mesure de prendre la relève.

Deux membres de ce groupe ont déjà gagné la Coupe Stanley : Goligoski avec les Penguins de Pittsburgh en 2009 et Oduya avec les Blackhawks de Chicago en 2013 et en 2015.

Blues : Alex Pietrangelo a probablement connu, au premier tour, ses meilleurs moments en carrière en séries éliminatoires de la Coupe Stanley depuis qu'il est arrivé à St. Louis en 2012.

Il a terminé à égalité au deuxième rang chez les pointeurs des Blues au premier tour avec six points (un but, cinq aides), mais il s'est surtout illustré par son calme avec la rondelle, ce qui a permis aux Blues de compter sur un duo de défenseurs capable de freiner le trio de Toews. Il devra faire la même chose face à Jamie Benn.

« J'ai juste essayé de donner l'exemple derrière, a souligné Pietrangelo. Les entraîneurs m'ont donné beaucoup d'opportunités d'aller sur la glace, de réaliser des jeux et donner un effort exemplaire. Je me nourris de l'énergie de mes coéquipiers. Ils ont été formidables. »

Kevin Shattenkirk a connu une série difficile face aux Blackhawks, mais il faut dire qu'il a dû passer beaucoup de temps du côté droit, qui n'est pas son côté naturel, jumelé à la recrue Colton Parayko. Shattenkirk, qui a inscrit un but et trois aides, est toutefois retourné aux côtés de la recrue Joel Edmundson en fin de série, tandis que Parayko s'est retrouvé de nouveau avec Carl Gunnarsson, qui semble disputer son meilleur hockey lorsqu'il joue avec lui.

GARDIENS
Stars :
Pendant la saison régulière, Ruff a réparti son utilisation de ses deux gardiens, Kari Lehtonen et Antti Niemi, de façon presque égale. Or, lors de la première ronde, Lehtonen a obtenu quatre départs et il a offert de bonnes performances, comme le montre sa fiche de 3-1 avec une moyenne de buts accordés de 2,27, un pourcentage d'arrêts de ,911 et un blanchissage.

Le rendement de Niemi n'a pas été aussi convaincant lors de ses deux départs contre le Wild. Il a présenté un dossier de 1-1 avec une moyenne de buts accordés de 3,36 et un pourcentage d'arrêts de ,870.

Ruff a vanté la prestation de Lehtonen dans le sixième et dernier match, dimanche dernier, au XCel Energy Center.

« Je pense que notre gardien a été excellent, a révélé Ruff. Il nous a donné une chance de gagner la série. »

Lehtonen a amorcé les matchs numéro 1, 2 et 3 devant le filet, mais Niemi l'a remplacé lors du quatrième affrontement après une défaite de Dallas. Niemi a de nouveau obtenu le départ pour le cinquième match, que le Wild a remporté 5-4 en prolongation pour forcer la tenue d'une sixième rencontre. Lehtonen était de retour devant la cage pour ce match décisif.

La rotation des gardiens a bien fonctionné en saison régulière et lors du premier tour, mais est-ce que cette situation peut perdurer? Est-ce que Ruff va choisir un partant et décider de vivre ou mourir avec ce choix?

Blues : Brian Elliott a affiché une moyenne de buts alloués par match de 2,40 et un pourcentage d'arrêts de ,929 contre les Blackhawks, alors qu'il a stoppé 236 des 254 tirs dirigés vers lui. Il a effectué 30 arrêts ou plus dans six des sept rencontres, repoussant notamment 44 tirs lors du troisième affrontement.

« Quand tu vises un championnat, bien souvent tu dois éliminer le champion », a fait remarquer Elliott, qui a remporté un septième match pour la première fois de sa carrière contre les Blackhawks.

Jake Allen est un excellent réserviste, mais il est devenu évident qu'Elliott s'est débarrassé de ses fantômes du passé en séries.

« Je n'essaie pas de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit en ce moment », a déclaré Elliott.

ENTRAÎNEURS
Stars :
Cette victoire en première ronde est un grand soulagement pour Ruff. C'était la première fois qu'il gagnait une série depuis que ses Sabres de Buffalo avaient éliminé les Rangers de New York en six matchs en demi-finale de l'Association de l'Est en 2007.

Avant cette victoire contre le Wild, Ruff s'était incliné trois fois de suite au premier tour : deux fois avec les Sabres et une fois il y a deux ans, à sa première année à la barre des Stars.

Un des facteurs qui a permis à Ruff de mener Dallas au deuxième tour est son noyau de vétérans, dont font partie Oduya et Sharp, deux joueurs acquis pendant la saison morte. À eux deux, ils ont remporté la Coupe Stanley à cinq reprise avec les Blackhawks.

« On n'a pas beaucoup d'expérience ensemble en tant qu'équipe, mais on peut remarquer ceux qui ont déjà joué [dans ce contexte] », a expliqué Spezza après le sixième match. « Patrick Sharp a été très bon [dimanche]. Johnny Oduya a été excellent. On le remarque, on voit qu'ils savent comment aborder ces rencontres. »

Blues : Hitchcock a remporté sa deuxième série éliminatoire avec St. Louis en cinq saisons.

Puisqu'il n'a qu'un contrat d'un an, une quatrième élimination de suite au premier tour aurait probablement signalé la fin de son séjour avec les Blues. Mais comme ç'a été le cas pendant une bonne partie de la saison régulière, l'homme de 64 ans et ses adjoints ont bien manoeuvré pour amener leurs joueurs à resserrer les rangs face à l'adversité.

Et pour la première fois depuis que Hitchcock a quitté Dallas, équipe qu'il a aidée à remporter sa seule Coupe Stanley (en 1999), il affrontera son ancienne formation en séries.

« Peut-être les gens vont-ils commencer à parler du fait que nous avons une équipe spéciale, a dit Hitchcock, qui a une fiche de 14-20 en séries avec les Blues. Nous avons une équipe qui est véritablement une équipe dans tous les sens du terme. Ça faisait longtemps que je n'avais pas dirigé un groupe d'athlètes aussi uni. Qui sait ce qui va arriver, mais je sais une chose : ceci est vraiment une équipe dans tous les sens du terme.

« … En raison de tout ce que nous avons accompli collectivement et des liens serrés qu'il y a entre ces gars-là, je voulais les voir connaître du succès et ils y sont arrivés. Les critiques auraient donc intérêt à prendre un jour de congé et nous laisser célébrer le temps d'une journée, et ensuite ils pourront recommencer à nous dénigrer. »

Video: MIN@DAL, #1: Eaves scelle la victoire des Stars

UNITÉS SPÉCIALES
Stars : Le jeu de puissance des Stars, le quatrième meilleur du circuit en saison régulière avec un taux d'efficacité de 22,1 pour cent, a maintenu le rythme en première ronde avec un taux de réussite de 21,4 pour cent (4 buts en 19 occasions).

Toutefois, ils ont amorcé leur série de six parties contre le Wild avec un piètre rendement d'un but en 13 avantages numériques lors des trois premiers affrontements. Les Stars ont débloqué dans la quatrième partie avec une performance parfaite de deux buts en deux occasions et ils ont touché la cible trois fois en six supériorités numériques lors des trois derniers matchs de la série.

L'unité en infériorité numérique de Dallas a conservé un taux d'efficacité de 82,3 pour cent en saison régulière, mais ce taux a chuté à 75,0 pour cent contre le Wild. Les Stars devront améliorer cette facette au deuxième tour.

Video: STL@CHI, #3: Parayko crée l'égalité sur un tir vif

Blues : Le jeu de puissance a marqué cinq buts en 18 opportunités (27,7 pour cent) contre Chicago. Lle désavantage numérique devra toutefois être meilleur qu'il l'a été face aux Blackhawks, qui ont affiché un taux de succès de 31,5 pour cent (6-en-19) en supériorité numérique.

Schwartz a marqué trois des cinq buts des Blues en avantage numérique ; Tarasenko et Parayko ont inscrit les autres.

Les Blues ne craignent pas d'utiliser l'une ou l'autre de leurs unités à cinq contre quatre. Tarasenko, Steen, Shattenkirk, Backes et Schwartz composent la première unité, tandis que Pietrangelo, Parayko, Stastny, Brouwer et Fabbri forment la deuxième.

Video: NJD@DAL: Nichuskin ouvre la marque d'une belle feinte

JOUEUR D'IMPACT
Stars
Valeri Nichushkin -
Nichushkin, le 10e choix du repêchage 2013 de la LNH, a été laissé de côté lors du sixième match quand Ruff lui a préféré Moen en raison de son expérience en séries. Cependant, les commentaires de Ruff après la rencontre prouvent qu'il n'a pas perdu confiance en Nichushkin.

« Valeri travaille très fort », a déclaré Ruff à propos de Nichushkin. « Les résultats ne sont pas là pour lui et il n'a pas eu de chance. Il n'a pas eu de cages béantes, de passes déviées ou de rondelles qui l'ont frappé. Par contre, chaque fois que je l'envoie sur la glace, ce jeune-là se défonce. »

Nichushkin a été blanchi en première ronde, mais Ruff croit qu'il pourrait bientôt exploser.

« Il a été malchanceux jusqu'à présent, mais je crois sincèrement que le vent va tourner », a-t-il admis.

Video: STL@CHI, #6: Tarasenko marque sur un tir parfait

Blues
Vladimir Tarasenko -
L'ailier droit a marqué deux buts et amassé deux aides en cinq matchs contre les Stars en saison régulière, et il a huit buts et cinq aides en 14 matchs en carrière contre Dallas.

On a beaucoup fait de cas du temps de glace limité qu'a obtenu Tarasenko dans la série contre Chicago - il a affiché une moyenne de 17:02 par rencontre - mais étant donné que Hitchcock préfère utiliser quatre trios et que d'autres joueurs ont montré leur capacité à rehausser leur niveau de jeu face aux Blackhawks, les minutes de jeu ont été réparties de façon plus équilibrée ; on a également porté beaucoup d'attention aux confrontations entre certains trios. Par contre, étant donné qu'on s'attend à voir du hockey plus ouvert dans cette série, Tarasenko devrait obtenir d'innombrables opportunités de s'illustrer contre Dallas.

Les Stars vont l'emporter si… Ils parviennent à corriger certains problèmes qui ont surgi en première ronde, notamment leurs mauvais départs et les avances bousillées.

Les Stars ont connu plusieurs mauvais débuts de match contre le Wild, surtout lors du cinquième affrontement quand le Minnesota a vite pris les devants 2-0 pour finalement l'emporter 5-4 en prolongation et ainsi forcer la tenue d'une sixième rencontre. Les Stars ont mieux entrepris le match numéro 6 en se forgeant une avance de 4-0, mais ils ont dû se contenter d'un gain de 5-4 pour mettre la main sur les honneurs de cette série.

Cette incapacité à préserver une avance a été un problème majeur pour les Stars la saison dernière et c'est en grande partie pour cela qu'ils avaient raté les séries éliminatoires. Cette faiblesse se trouve amplifiée en séries et les Stars ne peuvent pas se permettre de poursuivre dans cette veine s'ils veulent prolonger leur saison.

Les Blues vont l'emporter si… St. Louis peut exploiter les faiblesses de la brigade défensive des Stars, ainsi que l'incertitude concernant l'identité de leur gardien partant.

Les Blues ont une attaque équilibrée et ils ont réussi à faire ressortir les faiblesses des arrières des Blackhawks tout en forçant les défenseurs Duncan Keith, Brent Seabrook et Niklas Hjalmarsson à passer beaucoup de temps sur la patinoire.

Les Blues aiment chercher à épuiser les défenseurs adverses en affichant beaucoup de combativité en échec-avant, ce qui provoque souvent des revirements.

St. Louis a affiché une moyenne de 2,71 buts marqués par match face aux Blackhawks, mais les Blues auront l'occasion d'accroître ce chiffre face aux Stars. Douze joueurs de l'équipe ont trouvé le fond du filet au premier tour.

 

En voir plus