Skip to main content

Enfin l'année d'Anthony Mantha?

Le gros attaquant québécois connaît un départ canon avec les Red Wings

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Ce n'est pas la première fois que les Red Wings espèrent qu'Anthony Mantha connaisse finalement son année d'éclosion - l'année où il s'établira comme un joueur d'impact dans la LNH.

Avec l'allure de son début de saison et le match de quatre buts qu'il vient de disputer face aux Stars de Dallas, dimanche, tous les espoirs sont permis. Il tentera de poursuivre sur sa lancée et de gâcher l'ouverture locale des Canadiens alors que les Red Wings sont en ville pour l'occasion, jeudi (19 h (HE); RDS, TSN2, NHL.TV).

À LIRE AUSSI: Poolers : Le top-100 des attaquants de la LNHTrois étoiles : Zibanejad, Mantha et Matthews à l'honneur

« Je pense que je suis prêt, a commenté l'attaquant de 25 ans. Ça fait plusieurs années que je veux amener mon jeu au niveau supérieur. D'après moi, c'est l'année pour le faire. […] Mon objectif principal est de marquer 30 buts. Je ne l'ai pas atteint au cours des deux dernières saisons, alors on va voir cette année. »

Ce qui est encourageant pour les Wings, c'est que les récentes prestations de Mantha sont le reflet de ce qu'il avait laissé entrevoir à la fin de la dernière saison quand l'entraîneur Jeff Blashill avait décidé de le jumeler avec Dylan Larkin et Tyler Bertuzzi, eux aussi en feu.

Lors des huit dernières rencontres de 2018-19, le Québécois avait amassé huit buts et sept aides. Avec ses cinq buts et deux passes en trois matchs cette saison, son total s'élève maintenant à 13 buts et neuf mentions d'assistance à ses 11 derniers matchs de saison régulière. C'est ce qu'on peut appeler une bonne production.

« Dans les huit derniers matchs de l'année dernière, ils étaient trois des meilleurs marqueurs de la LNH, a fait valoir Blashill. Dylan est le moteur de ce trio, il travaille toujours fort. Bertuzzi est le gars de cœur, mais il peut aussi jouer avec les joueurs talentueux. Et Anthony possède tous les ingrédients pour réussir. 

« Mentalement, il a eu des hauts et des bas. Il a traversé des périodes plus sombres. Je l'ai déjà dit dans le passé. Mais quand tu parviens à garder la tête en dehors de l'eau dans les périodes difficiles, ça fait de toi un meilleur joueur. »

Le moment de cueillir le fruit de ces longues années de développement est peut-être venu. Fidèles à leur philosophie, les Wings ont pris leur temps avec Mantha.

Video: DAL@DET: Mantha marque tous les quatre buts

« Je savais que c'était pour mon bien, a-t-il reconnu. C'est de l'apprentissage. Le niveau de jeu de la Ligue américaine est très élevé. Ç'a porté fruit pour le reste de ma carrière. » 

Même s'il avait atteint le plateau des 50 buts à deux occasions avec les Foreurs de Val-d'Or dans la LHJMQ, il a passé ses deux premières saisons chez les professionnels dans la Ligue américaine et a finalement disputé une première saison complète dans la LNH en 2017-18.

Il montre maintenant des signes du joueur que l'organisation avait vu en lui quand elle l'a sélectionné au 20e rang du Repêchage 2013 de la LNH.

« Est-ce que je pense qu'il est prêt ? Oui, je crois qu'il est prêt, a affirmé Blashill. Il est prêt mentalement et physiquement. Il a ajouté du poids et des muscles au cours des dernières années. Il est maintenant un gros, gros, gros ailier, il patine très bien, il a un tir foudroyant, il a de bonnes mains et il fait de bonnes passes. Il a vraiment tous les outils pour connaître du succès dans la LNH. »

Plus rapide

Un des éléments qui sautent aux yeux de Blashill quand il observe la progression de son poulain, c'est la manière avec laquelle il utilise désormais sa vitesse. Une blessure au poignet subie au mois de décembre dernier aura d'ailleurs été l'élément déclencheur de cette soudaine amélioration.

« Je suis venu à Montréal pendant deux semaines pour suivre des cours de power skating alors que je ne pouvais ni lancer ni faire de passes, a-t-il expliqué. Ç'a eu un impact immédiat sur mon patin, ma vitesse et mon agilité. »

Quand un gros bonhomme de 6 pieds 5 pouces et 225 livres ajoute la vitesse à son arsenal déjà bien garni, ça peut faire la différence entre une saison de 25 buts - comme l'année dernière - et une autre de 30 buts et plus.

« Anthony semble encore plus rapide, a lui aussi remarqué Larkin. Je sais qu'il a travaillé fort sur cet aspect au cours de l'été. Mais est-ce que je vois un joueur différent? Pas nécessairement. J'ai toujours vu un ailier dynamique et avec un grand potentiel. Il est dangereux dès qu'il saute sur la glace. Il joue vraiment avec confiance. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.