Skip to main content

Anthony Duclair confiant d'en arriver à une entente « bientôt »

L'attaquant des Coyotes est joueur autonome avec compensation, mais n'a toujours pas signé de contrat avec l'organisation

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

QUÉBEC - Même s'il est toujours joueur autonome avec compensation et qu'il n'est pas admissible à l'arbitrage, l'attaquant des Coyotes de l'Arizona Anthony Duclair ne semble pas trop s'en faire avec sa situation contractuelle.

Rencontré samedi au Boot Camp, un tournoi caritatif qui se déroule cette fin de semaine à Québec, le patineur de 21 ans a affirmé que les deux parties n'étaient « pas très loin » d'en arriver à une entente.

« Je ne suis pas trop stressé, a-t-il expliqué. Je laisse ça entre les mains de mon agent. Je suis pas mal confiant d'avoir une entente bientôt. Je suis dans la ligue depuis seulement deux ans, donc un contrat d'une ou deux saisons, ce serait parfait.Ce sera une grosse saison pour moi cette année, j'aimerais revenir à la façon dont j'ai joué à mon année recrue. »

Après avoir disputé 18 matchs avec les Rangers de New York en 2014-15 - l'équipe qui l'a repêché en troisième ronde (no 80) en 2013 - Duclair a été renvoyé avec les Remparts de Québec dans la LHJMQ et a été échangé aux Coyotes, où il a connu une éclosion spectaculaire la saison suivante.

En 81 rencontres, il a amassé 44 points, dont 20 buts, en plus de maintenir un différentiel de plus-12.

Le « Duke », un surnom dont il a hérité lors de son court passage à New York, a cependant été victime de la guigne de la deuxième année, la saison dernière. Il a été limité à cinq buts et 10 aides en 58 rencontres et a été renvoyé dans la Ligue américaine à la mi-janvier jusqu'au début du mois de mars.

Cette baisse de régime et l'arrivée de plusieurs espoirs très talentueux en Arizona peuvent expliquer la lenteur des négociations puisque Duclair n'a pas beaucoup d'arguments à mettre sur la table pour l'instant.

En plus de ça, le directeur général de la formation John Chayka a été assez clair dans ses intentions de faire confiance dès cette saison aux plus récents choix de premier tour de l'organisation; les joueurs de centre Dylan Strome (2015) et Clayton Keller (2016).

« Ce sont de jeunes joueurs incroyables et je suis confiant qu'ils vont faire partie de notre équipe et qu'on va bien faire ensemble. Je ne suis aucunement stressé, a-t-il dit lorsque questionné sur sa place dans la hiérarchie de l'équipe.

« J'ai eu une bonne conversation avec le nouvel entraîneur Rick Tocchet. Il a de gros plans pour l'équipe et de gros plans pour moi. Je suis pas mal confiant qu'on va bien faire. »

Une occasion pour Domingue

Si le gardien Louis Domingue a vu la porte s'ouvrir pour lui lorsque les Coyotes ont échangé le vétéran Mike Smith aux Flames de Calgary en juin, il l'a vu se refermer partiellement moins d'une semaine plus tard quand Chayka a fait l'acquisition d'Antti Raanta.

Mais n'allez pas croire que le portier québécois de 25 ans a perdu espoir d'occuper le poste de partant de la formation arizonienne.

« Oui Raanta est vu comme notre premier gardien et je vais le soutenir là-dedans, sauf que ma philosophie ne change pas, a dit Domingue. Je vais arriver au camp pour jouer le plus de matchs possible et pour aider l'équipe à gagner. »

Le gardien finlandais a affiché une moyenne de buts alloués de 2,27 et un taux d'efficacité de ,922 l'an dernier comme réserviste d'Henrik Lundqvist avec les Rangers, mais il n'a jamais été no 1 au cours de sa carrière de quatre saisons dans la LNH.

Les choses peuvent donc changer rapidement et Domingue (3,08 et ,908) en est bien conscient.

« C'est certain qu'il va avoir besoin de moi comme je vais avoir besoin de lui. Ce n'est pas évident d'être premier gardien dans la LNH, a-t-il expliqué. C'est une occasion autant pour lui que pour moi.

« Pour être premier gardien, il faut que tu gagnes. On a beau dire que n'importe qui peut être premier gardien, si tu ne fais pas le travail l'équipe ne te remettra pas devant le but. »

En voir plus