Skip to main content

Les Kings visent une forte deuxième moitié de saison et lorgnent la Coupe Stanley

par Brian Hunter @BrianHunterNHL / Journaliste LNH.com

LNH.com évalue la situation de chacune des équipes alors que s'amorce le dernier droit de la course pour accéder aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

La pause du Match des étoiles est maintenant terminée et le sprint de 10 semaines menant aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley commencera mardi.

Peu d'équipes se sont détachées suffisamment du peloton pour se permettre de commencer déjà à penser aux séries, ou ont pris tellement de retard qu'elles n'ont plus de chances. Dix-huit des 30 équipes sont à 10 points les unes des autres; seulement 10 de ces formations se qualifieront pour les séries.

Voici un aperçu de la situation dans laquelle se trouvent les sept équipes de la section Pacifique au moment de reprendre le collier :


KINGS DE LOS ANGELES (30-16-3, 63 points, 1er dans la section, 4e dans l'Association de l'Ouest)

Matchs à disputer: 33 (16 à domicile, 17 à l'étranger)

Unités spéciales: Avantage numérique 20,4 p.c. (ég.-7e); désavantage numérique 82,3 p.c. (11e)

Ce qui a bien fonctionné: À l'inverse des récentes saisons, alors que les Kings avaient dû se battre pour accéder aux séries (2012, 2013) ou les avaient carrément ratées (2015), ils ont passé la majorité de la présente campagne en tête du classement dans la section Pacifique. L'ailier gauche Milan Lucic, qui s'est amené avec l'équipe durant l'été, s'est bien intégré dans le rôle d'attaquant de puissance, alors qu'il s'aligne présentement aux côtés du joueur de centre Anze Kopitar et de l'ailier droit Tyler Toffoli au sein du premier trio, tandis que le vétéran attaquant Vincent Lecavalier connu un regain d'énergie à titre de joueur de centre du troisième trio depuis qu'il est arrivé en provenance de Philadelphie, le 6 janvier. Le défenseur Drew Doughty pourrait établir un nouveau sommet personnel pour les buts et il occupe le troisième rang dans la Ligue pour le temps de glace moyen par match (28:01).

Ce qui n'a pas fonctionné: Les attaquants Marian Gaborik et Dustin Brown n'ont pas affiché une production satisfaisante à l'aile, et Los Angeles se trouve en milieu de peloton pour les buts marqués par match, avec une moyenne de 2,59. Cela n'a eu guère d'impact étant donné que Jonathan Quick était devant le filet dans la plupart des rencontres, mais les buts venant de sources secondaires pourraient devenir un facteur-clé une fois rendu en avril… et au-delà.

Besoins: En allant chercher Lecavalier et le défenseur Luke Schenn chez les Flyers, Los Angeles a ajouté de la profondeur à l'attaque et de l'expérience à la ligne bleue après que Matt Greene eut subi une blessure à long terme à l'épaule. Les Kings pourraient toutefois chercher à améliorer davantage ces aspects du jeu. Christian Ehrhoff et Jamie McBain ont eu de la difficulté à s'établir sur une base régulière dans le rôle de sixième défenseur.
Espoirs de trophée: Quick (Vézina), Doughty (Hart, Norris), Kopitar (Selke), Darryl Sutter (Adams)

Calendrier: Huit des neuf prochains matchs des Kings auront lieu sur la route, alors que l'équipe fera notamment un séjour de sept matchs à l'étranger qui comprendra quatre rencontres contre des équipes de la section Métropolitaine, dont les Capitals de Washington, premiers au classement général de la LNH. Ils viendront ensuite disputer huit de leurs neuf matchs suivants au Staples Center.

Ce qu'il reste à faire: Los Angeles a été aussi efficace à l'étranger qu'à domicile; en tenant pour acquis que les Kings ne s'effondreront pas complètement au retour de la pause, ils devraient se retrouver en bonne position de prendre le contrôle de la section Pacifique quand commencera leur long séjour à la maison; et à partir de là, ils pourront commencer à tout mettre en place dans le but d'y aller d'un long parcours en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.


SHARKS DE SAN JOSE (26-18-4, 56 points, 2e dans la section, 6e dans l'Association de l'Ouest)

Matchs à disputer: 34 (17 à domicile, 17 à l'étranger)

Unités spéciales: Avantage numérique 22,5 p.c. (3e); désavantage numérique 79,3 p.c. (24e)

Ce qui a bien fonctionné: Le nouvel entraîneur Peter DeBoer a bien manoeuvré pour amener les Sharks en position de retourner dans les séries après que San Jose eut raté le tournoi printanier pour la première fois en 11 saisons. Joel Ward s'est avéré une excellente addition à l'avant, Joe Pavelski connaît une autre très bonne saison et le retour de Brent Burns au poste de défenseur a donné du tonus à la production offensive des Sharks depuis l'arrière, alors que Burns s'apprête à connaître sa meilleure saison à l'attaque en carrière dans la LNH. La transaction qui leur a permis de mettre la main sur le gardien Martin Jones a fait en sorte qu'ils peuvent compter sur un no 1 fiable soir après soir.

Ce qui n'a pas fonctionné: San Jose a dû disputer une bonne partie de la saison en l'absence d'un de ses meilleurs attaquants, Logan Couture, qui s'est absenté en début de campagne en raison d'une fracture du péroné droit à la hauteur de la cheville; et après avoir disputé deux matchs à son retour au jeu, il a fallu procéder à une intervention afin de réparer un léger saignement artériel dans sa hanche. Les Sharks ont été mauvais à domicile en première moitié de saison, mais ils semblent y avoir remédié alors qu'ils ont connu une séquence de 5-0-2 au SAP Center à l'approche de la pause du Match des étoiles.

Besoins: Un vétéran défenseur qui enlèvera de la pression à des jeunes comme Dylan DeMelo. Tout dépendant si l'attaquant Raffi Torres est en mesure d'effectuer un retour dans la LNH avec succès, les Sharks pourraient également chercher plus de profondeur à l'avant. Torres, qui a disputé cinq matchs dans la LNH depuis le début de la saison 2013-14, joue présentement avec le club-école de San Jose dans la Ligue américaine de hockey dans le but de retrouver la forme.

Espoirs de trophée: Pavelski (Hart, Selke)

Calendrier: Neuf de leurs 11 premiers matchs au retour de la pause seront disputés sur la route, ce qui est de bon augure si les Sharks peuvent maintenir leur rythme actuel, eux qui ont affiché un dossier de 16-6-2 loin du SAP Center; leurs 34 points récoltés à l'étranger leur donnant le deuxième rang dans la Ligue derrière les Capitals de Washington. Le mois de mars sera ponctué d'un séjour de six matchs à domicile qui se terminera par le seul match du calendrier régulier qui leur reste à disputer contre les Kings.

Ce qu'il reste à faire: Une défaite en prolongation aux mains des Kings, le 24 janvier, lors d'un match que les Sharks menaient jusque dans les dernières secondes du temps réglementaire, a débouché sur une différence de trois points au classement en faveur de Los Angeles; toutefois, les Sharks continuent d'aspirer avec confiance au premier rang dans leur section. Même si cela ne se matérialise pas, la présence d'un groupe de vétérans mené par Joe Thornton et Patrick Marleau devrait suffire à ramener l'équipe en séries.

COYOTES DE L'ARIZONA (24-20-5, 53 points, 3e dans la section, 9e dans l'Association de l'Ouest)

Matchs à disputer: 33 (16 à domicile, 17 à l'étranger)

Unités spéciales: Avantage numérique 17,8 p.c. (17e); désavantage numérique 76,6 p.c. (28e)

Ce qui a bien fonctionné: On s'attendait à ce qu'il y ait des moments difficiles en raison de la présence d'un aussi grand nombre de jeunes joueurs, mais les attaquants Max Domi et Anthony Duclair se retrouvent au sein d'un groupe de six recrues qui ont réussi un tour du chapeau cette saison et ils sont à égalité au troisième rang chez les Coyotes pour les buts. Domi occupe également le troisième échelon au chapitre des points, tandis que Duclair est sixième. L'attaquant Shane Doan, le capitaine de 39 ans des Coyotes, est le meneur de l'équipe avec 17 buts. Le gardien Louis Domingue a été une belle révélation, alors qu'il a aidé cette équipe surprise à rester à flots malgré l'absence du gardien no 1 Mike Smith.

Ce qui n'a pas fonctionné: Perdre les services de Smith, qui a subi une chirurgie afin qu'on répare une blessure aux muscles du tronc, aurait pu s'avérer fatal si Domingue ne s'était pas distingué à ce point. Reste que l'Arizona manquera de profondeur à cette position jusqu'au retour de Smith, alors qu'Anders Lindback a déçu dans le rôle de réserviste. Les Coyotes ont par ailleurs le troisième pire désavantage numérique dans la Ligue et la troisième pire production de tirs au but (27,4 par match), et ils affichent un différentiel de buts de moins-15.

Besoins: Un attaquant capable de se distinguer à quatre contre cinq serait le bienvenu, tout comme un vétéran défenseur puisque l'Arizona a une jeune brigade défensive qui manque d'expérience, mis à part Oliver Ekman-Larsson, Zbynek Michalek et Nicklas Grossmann.

Espoirs de trophée: Domi (Calder), Duclair (Calder), Ekman-Larsson (Norris), Dave Tippett (Adams)

Calendrier: Alors qu'ils se cramponnent à une avance de deux points en troisième place de leur section, ce qui leur donnerait une place automatique en séries, les Coyotes seront mis à rude épreuve dès le retour de la pause alors qu'ils disputeront des matchs à domicile contre les Kings et le Blackhawks de Chicago, des clubs qui à eux deux, ont remporté la Coupe Stanley à cinq reprises au cours des six dernières saisons. Sept des neuf prochains matchs des Coyotes auront lieu au Gila River Arena, mais le revers de la médaille c'est qu'un séjour de cinq rencontres à l'étranger suivra à la fin du mois de février, puis un autre de quatre affrontements au début de mars. Ils mettront un terme à la saison régulière avec un autre séjour de quatre matchs sur la route.

Ce qu'il reste à faire: Tippett a amené les Coyotes à obtenir des résultats au-delà des attentes jusqu'ici cette saison, mais ils devront résister à des équipes aguerries pour obtenir une place en séries pour la première fois depuis le printemps 2012, alors qu'ils avaient atteint la finale d'association. Leurs chances de réussite dépendant beaucoup de la capacité de Domingue à tenir le fort jusqu'à ce que Smith retrouve la santé, quelque part en février, et puisse prendre le relais à partir de ce moment.

DUCKS D'ANAHEIM (22-18-7, 51 points, 4e dans la section, 10e dans l'Association de l'Ouest)

Matchs à disputer: 35 (15 à domicile, 20 à l'étranger)

Unités spéciales: Avantage numérique 18,9 p.c. (12e); désavantage numérique 89,6 p.c. (1er)

Ce qui a bien fonctionné: John Gibson a joué à la mesure du statut gardien no 1 que les Ducks lui destinaient depuis qu'il a fait ses débuts dans la LNH en 2013-14, remportant alors ses cinq premiers départs, dont deux en séries. L'attaquant Corey Perry, qui en début de saison semblait se diriger vers une saison où il aurait eu de la difficulté à atteindre le cap des 20 filets, a inscrit 10 buts à ses 15 dernières rencontres avant la pause du Match des étoiles, si bien qu'il a atteint la vingtaine et semble maintenant destiné à en marquer 35. Le désavantage numérique est le meilleur dans la Ligue et le jeu de puissance a été correct compte tenu qu'Anaheim a connu certains problèmes à l'attaque.

Ce qui n'a pas fonctionné: Les Ducks ont inscrit 99 buts en temps réglementaire et en prolongation, en plus de maintenir une moyenne de 2,11 buts marqués par match en moyenne, ce qui leur donne le 30e rang dans la Ligue même s'ils occupent le neuvième rang au chapitre des tirs par match, avec une moyenne de 30,6. Cela laisse supposer que plusieurs joueurs qui affichent des pourcentages d'efficacité de tirs anormalement bas (Ryan Getzlaf, Jakob Silfverberg, etc.) semblent promis à des jours meilleurs dans le dernier droit. Mais en fin de compte, ils devront trouver quelque part les ressources qui leur permettront de marquer plus souvent.

Besoins: Il n'y a pas beaucoup de francs-tireurs de premier plan qui sont disponibles, mais Anaheim se doit de tenter de transiger afin d'en obtenir un. L'ascension de Gibson a fait en sorte que le gardien Frederik Andersen n'est plus indispensable; il n'a disputé que sept matchs depuis deux mois, et en Anton Khudobin, qui joue présentement dans la LAH, l'équipe compte sur un gardien qui pourrait faire le travail dans la LNH en tant que réserviste.
Espoirs de trophée: Gibson (Vézina)

Calendrier: Alors qu'un voyage de sept matchs les attend du 8 au 18 février et qu'un autre séjour de cinq rencontres à l'étranger suivra au mois de mars, les Ducks devront améliorer leur fiche loin du Honda Center - qui s'élève à 8-10-3 jusqu'ici - s'ils veulent aspirer à une place en séries. Ils devront aussi disputer le match contre les Capitals au Verizon Center qui a été remis en raison d'une tempête de neige.

Ce qu'il reste à faire: Après être venus à une seule victoire d'atteindre la finale de la Coupe Stanley, le printemps dernier, la présente campagne sera considérée comme une déception si les Ducks n'arrivent pas à disputer davantage que 82 matchs cette saison. Que ce soit au moyen d'une transaction ou simplement en trouvant le moyen de s'améliorer au chapitre de la finition, les Ducks devront afficher plus de constance à l'attaque afin de donner un peu plus de marge de manœuvre à Gibson. Sinon, ils risquent d'être exclus du portrait des séries.


CANUCKS DE VANCOUVER (20-19-11, 51 points, 5e dans la section, 11e dans l'Association de l'Ouest)

Matchs à disputer: 32 (19 à domicile, 13 à l'étranger)

Unités spéciales: Avantage numérique 16,8 p.c. (24e); désavantage numérique 80,5 p.c. (18e)

Ce qui a bien fonctionné: Ceux qui pensaient que Henrik Sedin et Daniel Sedin étaient sur le point de ralentir semblent avoir eu tort. Daniel Sedin affiche déjà sa meilleure production de buts en une saison depuis 2011-12 et il a dépassé Markus Naslund à titre de meilleur buteur dans l'histoire des Canucks. Henrik Sedin n'est pas loin derrière au deuxième rang des pointeurs de l'équipe même s'il a raté six matchs en raison d'une blessure. L'attaquant Jannik Hansen est à seulement deux buts d'établir un nouveau sommet personnel, tandis que les jeunes attaquants Bo Horvat et Jared McCann tiennent leur bout.

Ce qui n'a pas fonctionné: Les Canucks ont connu des difficultés dans les matchs qui se terminent en prolongation, s'inclinant neuf fois sur 12 dans les affrontements s'étant décidés à 3 contre 3. S'ils avaient réussi à récolter un deuxième point au classement dans la moitié de ces rencontres, ils occuperaient un rang suffisant pour accéder aux séries. Il y a aussi des vétérans qui devront élever leur niveau de jeu : l'attaquant Radim Vrbata, qui a amassé 63 points la saison dernière, se dirige vers une campagne de 37 points; et Alexandre Burrows, lui, semble promis à une production de 23 points.

Besoins: De la profondeur en défensive. Dan Hamhuis n'a disputé que 27 matchs en raison d'une blessure et c'est plutôt mince à la ligne bleue au-delà du premier duo composé d'Alexander Edler et Christopher Tanev. Un attaquant d'expérience capable de marquer des buts serait également utile.

Espoirs de trophée: Daniel Sedin (Hart)

Calendrier: Bien qu'ils soient à égalité aux points avec Anaheim et à deux points de l'Arizona, les matchs en mains pourraient aider la cause des autres équipes à leurs dépens. Vancouver a disputé trois matchs de plus qu'Anaheim et un de plus que l'Arizona. Le reste du calendrier est favorable alors que 14 des 19 prochains matchs auront lieu à domicile, mais pour que cela ait un impact, il faudra que Vancouver gagne plus souvent au Rogers Arena que l'équipe l'a fait jusqu'à maintenant (9-9-4).

Ce qu'il reste à faire: Alors que l'entraîneur Willie Desjardins tente de mener les Canucks jusqu'en séries pour la deuxième année de suite, il devra prendre une décision importante concernant ses gardiens. Jacob Markstrom est en voie de connaître sa meilleure saison dans la LNH et il affiche des statistiques supérieures à celles du vétéran Ryan Miller. Le niveau de jeu devant le filet dans le dernier droit, et la capacité de l'équipe à améliorer sa production à l'attaque (24e dans la Ligue pour l'instant) seront des facteurs-clés.

FLAMES DE CALGARY (21-24-3, 45 points, 6e dans la section, 13e dans l'Association de l'Ouest)

Matchs à disputer: 34 (17 à domicile, 17 à l'étranger)

Unités spéciales: Avantage numérique 13,5 p.c. (30e); désavantage numérique 75,7 p.c. (29e)

Ce qui a bien fonctionné: La guigne de la deuxième année, l'attaquant Johnny Gaudreau ne connaît pas ça alors qu'il récolte un point par match en moyenne. Le capitaine Mark Giordano est complètement remis de la déchirure au tendon du biceps qui a mis fin à sa saison en 2014-15 et il est la pierre d'assise de la brigade défensive des Flames. Calgary a réussi à déterminer qui est le gardien no 1 de l'équipe et Karri Ramo a mis l'épaule à la roue, ses statistiques ressemblant de plus en plus à celles qu'il avait affichées l'hiver dernier. Une séquence de 11 victoires à domicile, un record d'équipe, a permis aux Flames de rester dans la course pour une place en séries.

Ce qui n'a pas fonctionné: Comme le démontrent les chiffres ci-dessus, les unités spéciales ont saboté les efforts des Flames. Une poignée de buts supplémentaires en avantage numérique, ainsi que quelques désavantages numériques réussis de plus, les auraient placés en bien meilleure position dans la course pour une place en séries. Un premier mois difficile, alors qu'ils ont affiché un dossier de 3-8-1 et ont signé leur première victoire en temps réglementaire le 31 octobre seulement, leur a mis du plomb dans l'aile dès le départ.

Besoins: Un ailier droit de premier trio pour épauler Gaudreau et Sean Monahan. Calgary a essayé une demi-douzaine de scénarios au moins pour essayer de trouver quelqu'un qui mérite de se retrouver au sein de cette unité sur une base régulière. Micheal Ferland, qui est plutôt un joueur d'énergie, a récemment profité d'un essai dans ce rôle; Mason Raymond, qui a récolté cinq points cette saison, occupait ce poste mercredi dernier contre les Predators de Nashville.

Espoirs de trophée: Sam Bennett (Calder)

Calendrier: Calgary disputera trois de ses quatre premiers matchs après la pause à domicile contre des équipes de l'Association de l'Est, et aucune d'entre elles n'occupe présentement une place au classement suffisante pour participer aux séries. Les Flames auront également droit à un séjour de six matchs à la maison au mois de mars, mais devront aussi effectuer deux séjours de quatre rencontres à l'étranger.

Ce qu'il reste à faire: Une des belles histoires du printemps 2015 alors qu'ils ont accédé aux séries pour la première fois en six ans et atteint le deuxième tour éliminatoire dans l'Association de l'Ouest, les Flames auront fort à faire pour y retourner. Les éléments sont là, toutefois, pour que l'équipe connaisse des moments intéressants d'ici la fin.


OILERS D'EDMONTON (19-26-5, 43 points, 7e dans la section, 14e dans l'Association de l'Ouest)

Matchs à disputer: 32 (17 à domicile, 15 à l'étranger)

Unités spéciales: Avantage numérique 16,6 p.c. (26e); désavantage numérique 80,8 p.c. (16e)

Ce qui a bien fonctionné: Les Oilers ont ajouté de l'expérience et de la stabilité durant la saison morte lorsqu'ils ont embauché le directeur général Peter Chiarelli et l'entraîneur Todd McLellan, et au rythme actuel ils vont terminer la saison avec 70 points, ce qui serait leur total le plus élevé depuis 2011-12. Cam Talbot a accepté une prolongation de contrat de trois ans et il pourrait être le gardien no 1 que les Oilers recherchent depuis des années. Taylor Hall continue de produire à un rythme digne d'un joueur de premier plan. Leon Draisaitl se développe bien et le premier choix au dernier repêchage, Connor McDavid, a semblé être à la hauteur des attentes à l'occasion des 13 matchs qu'il a disputés avant de se fracturer la clavicule gauche.

Ce qui n'a pas fonctionné: McDavid n'a pas enfilé l'uniforme depuis le 3 novembre, date à laquelle il s'est blessé durant un match contre les Flyers de Philadelphie. En l'absence de leur joueur d'une génération, les Oilers ont fait des progrès cette saison, mais pas autant que plusieurs l'espéraient. Ils occupent encore le dernier rang dans leur association et ils devront dépasser quatre rivaux de section au classement pour décrocher une place en séries pour la première fois depuis 2006, alors qu'ils s'étaient rendus jusqu'en finale de la Coupe Stanley.

Besoins: De la patience, surtout, alors que leur noyau de jeunes joueurs continue de se développer. Les Oilers sont la quatrième pire équipe dans la Ligue au chapitre de la moyenne de buts alloués par match, mais c'est là un aspect du jeu qui devrait s'améliorer lorsque des défenseurs comme Oscar Klefbom, Darnell Nurse et Griffin Reinhart auront emmagasiné de l'expérience et auront trouvé leurs repères dans leurs rôles respectifs. Ils auraient intérêt à ajouter de la profondeur au poste de centre, ayant été affaiblis à ce poste en raison des absences de McDavid et Ryan Nugent-Hopkins.

Espoirs de trophée: Hall (Hart)

Calendrier: Les Oilers profiteront de séjours à domicile de six et cinq matchs d'ici la fin, et ils effectueront deux périples de quatre rencontres à l'étranger. Ils affronteront des équipes de l'Association de l'Est à leurs six premiers affrontements au retour de la pause. Leurs sept dernières rencontres seront disputées contre des rivaux de section, ce qui donnera aux Oilers l'opportunité d'avoir une influence sur le scénario des séries, à tout le moins en sabotant les chances de leurs adversaires.

Ce qu'il reste à faire: Les Oilers sont tournés vers l'avenir, mais cela ne les empêche pas nécessairement de donner des raisons à leurs partisans d'être optimistes en vue des deux prochains mois. McDavid s'apprête à revenir au jeu et s'il peut au moins les aider à entretenir l'espoir d'une place en séries, cela mettrait la table pour une belle première saison dans leur nouvel aréna, Rogers Place, en 2016-17.

En voir plus