Skip to main content

Alexander Radulov dit que la paternité l'a changé

Le talentueux ailier veut revenir dans la LNH afin de se mesurer aux meilleurs au monde

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - Alexander Radulov va arriver à Montréal animé des meilleures intentions. Il a dit avoir appris de ses erreurs et être prêt à se plier aux exigences de l'entraîneur Michel Therrien chez les Canadiens.

« Ce qui est arrivé fait partie du passé. Je vais de l'avant. J'ai un enfant qui représente ce que j'ai de plus précieux au monde.

« J'ai fait une erreur », a-t-il poursuivi en évoquant le couvre-feu raté en 2012 dans l'uniforme des Predators de Nashville. « Je n'essaie pas de le nier ou de trouver des excuses. Le temps passe et vous repensez à ce que vous auriez pu faire de différent ou ce que vous n'auriez pas dû faire. Vous réalisez des choses.

« Je sais exactement ce que je fais actuellement. Je sais ce que je veux et comment je vais faire afin de l'obtenir, a-t-il avancé. Vous devez vous concentrer davantage sur le hockey, travailler fort et être prêt pour chacun des matchs. »

Répondant aux questions avec franchise, Radulov a affirmé que la paternité l'avait changé pour le mieux.

« C'est une toute nouvelle expérience de vie pour moi. Je ne vis que pour mon fils maintenant. C'est ce que disent sûrement tous les pères. Je fais tout en fonction de lui. Je veux être un modèle pour lui. Je veux qu'il tente d'être comme moi quand il grandira. Je dois donc lui montrer le bon exemple. »

Radulov a sans doute renoncé à beaucoup d'argent afin de revenir dans la LNH. Il touchait assurément un meilleur salaire dans la KHL.

« À l'âge que j'ai (30 ans, le 5 juillet), je voulais réellement revenir dans la meilleure ligue au monde, jouer contre les meilleurs joueurs et essayer de gagner la Coupe Stanley. »

Celui qui a dit avoir rencontré le directeur général Marc Bergevin à New York après la conclusion de la saison dans la KHL a indiqué qu'il tenait à ce que son retour se fasse chez les Canadiens, une « prestigieuse organisation ».

« Je connais bien le Québec pour y avoir demeuré pendant deux ans. Je sais comment sont les amateurs de hockey. J'ai réellement apprécié mon passage là-bas », a dit l'ancien des Remparts de Québec dans la LHJMQ. « Je veux uniquement me prouver ainsi qu'à tout le monde que je peux réussir, qu'on peut croire en moi à Montréal. »

Radulov s'est même dit prêt à obtempérer aux directives de l'entraîneur, lui qui possède la réputation de n'en faire qu'à sa tête.

« Je peux jouer un style rapide et combatif, me défoncer afin d'aider l'équipe à connaître du succès et à participer aux séries éliminatoires. Peu importe ce que l'entraîneur me demande, je le fais. »

Il a souligné que la représentativité russe au sein des Canadiens, avec Andrei Markov et Alexei Emelin, n'a pas été un facteur dans sa prise de décision.

« Peu importe que vous soyez Tchèque, Russe ou Canadien, vous devez faire en sorte de bien vous entendre avec tous les membres de l'équipe. Vous devez former une famille. »

Quand on lui a mentionné que son ancien coéquipier chez les Predators Shea Weber avait eu de bons mots à son endroit, Radulov a simplement réagi en disant : « Merci Shea! »

En voir plus